Les collisions de piétons ont commencé à être prises au sérieux il y a 100 ans. Alors quelqu’un a créé le “capteur de piétons”

Les collisions de piétons ont commencé à être prises au sérieux il y a 100 ans. Alors quelqu’un a créé le “capteur de piétons”
Les collisions de piétons ont commencé à être prises au sérieux il y a 100 ans. Alors quelqu’un a créé le “capteur de piétons”
-
  • D’une pelle comme s’il s’agissait d’un chasse-neige à une barre de montagnes russes en passant par un airbag dans le nez

  • Depuis 100 ans, des choses folles ont été tentées pour réduire les dommages causés aux piétons après une collision.

La technologie automobile continue d’évoluer et elle est de plus en plus chargée de systèmes d’aide à la conduite et à la sécurité. Mais quelle que soit la technologie dont ils disposent, les piétons sont toujours du côté des perdants lorsqu’ils sont heurtés. C’est un problème qui existe pratiquement depuis que les voitures ont commencé à circuler et auquel nous essayons de résoudre depuis 100 ans.

Et une idée était de créer une sorte d’airbag pour les piétons à l’avant des voitures.

Les abus. À 30 km/h, la possibilité de mourir d’une collision est de 10 %, mais elle monte à 80 % si cette vitesse est de 50 km/h. A 60 km/h, le pourcentage est de 100 %. Ce sont des chiffres de la DGT et il est évident que nos corps ne sont pas préparés à résister à la force d’un choc à cette vitesse.

Curieusement, le problème des accidents de la route semble se poser dans certaines zones. En 2022, par exemple, plus de 7 500 personnes ont été tuées par des véhicules aux États-Unis, le pire chiffre des 40 dernières années. En Europe, les choses étaient différentes, puisque de 2010 à 2020, le nombre de décès avait diminué de 36 %. Pour situer le contexte, en Espagne, 1 104 personnes sont mortes des suites d’accidents en 1993. En 2021, il y en a eu 183.

Quoi qu’il en soit, ils sont encore nombreux et c’est pourquoi il existe différentes propositions comme peindre les rues des villes ou gérer la circulation avec des clôtures GPS dans les villes. En plus de continuer à affiner les systèmes de prévention des accidents, qui continuent de tomber en panne lorsque cela est le plus nécessaire.

La pelle française. Bridget Driscoll a le curieux honneur d’être la première personne à être heurtée par un véhicule dans l’histoire. Qu’il y ait au moins des preuves. C’était le 17 août 1896 lorsqu’une des rares voitures qui se trouvaient en Grande-Bretagne à cette époque a écrasé la femme de 44 ans à « une vitesse énorme, aussi rapide qu’un bon cheval pouvait galoper ». Une enquête a été ouverte, mais l’important est qu’elle a constitué un tournant qui a encouragé les fabricants et les inventeurs à mettre leur talent à profit pour éviter de nouveaux abus à l’avenir.

L’un de ces systèmes documentés était un type de « pelle » testé à Paris en 1924 et qui consistait en quelque chose de similaire à une brosse ou une pelle qui « balayait » le piéton allongé sur le sol pour éviter de lui écraser et de courir. sur lui avec les pneus. Comme un chasse-neige, wow.

Une démarche similaire a également été tentée à Berlin, mais avec un réseau. Adieu les chevilles.

Le receveur de piétons. Il semble que cette pelle ne soit pas allée plus loin, mais ce qui a été commercialisé en 1939 était une invention qui remplissait une double fonction. C’était une sorte de bâche sur une armature métallique qui pouvait attraper les piétons avant qu’ils ne soient heurtés, comme un énorme gant de baseball sur le nez d’une voiture. Comme il serait inconfortable de l’avoir toujours là, lorsqu’on n’en avait pas besoin, il était plié et faisait office de pare-chocs.

Le système n’était évidemment pas automatique et le conducteur devait tirer un levier pour activer le mécanisme. À vitesse modérée, l’appareil permettrait au piéton de s’y accrocher et, en plus, comme la pelle française, il éviterait qu’il se fasse renverser. Cependant, si la vitesse était élevée ou si le conducteur n’actionnait pas le levier à temps, des problèmes surviendraient. Il n’est pas resté longtemps sur le marché.

Autres solutions. Ce capteur de piétons n’est pas la seule fois où les constructeurs ont flirté avec des ajouts au nez du véhicule pour minimiser les dommages. Un modèle très curieux est un type de barre de sécurité qui a été testé en 1974 (avec des voitures de puissance bien supérieure à celles de 1939) et qui, désormais automatiquement, se levait lorsqu’un piéton était heurté afin qu’il ne soit pas jeté, mais plutôt rester sur le capot de la voiture pendant le freinage.

Et pour les autres véhicules ? Pour des raisons évidentes, aucun de ces systèmes n’a survécu à ce jour, mais curieusement, nous avons vu il y a quelques semaines qu’en Suisse on testait un système d’airbag très similaire au piège à piétons. Il s’agit d’un système gonflable placé à l’avant d’un tramway qui s’active lorsqu’il détecte quelqu’un sur la route, amortissant le choc même si, d’après les images, il s’agit encore d’un impact assez fort.

Comme nous l’avons dit, les accidents restent un problème et, avec plus ou moins de sens, la société a essayé d’y remédier avec les moyens technologiques disponibles à chaque moment. Même si, en fin de compte, une brique peut être le moyen le plus efficace pour traverser un passage pour piétons. Au moins jusqu’à ce que nous trouvions quelque chose de mieux (comme des trains qui aboient).

Image |Pathé britannique

À Xataka | Mourir dans un accident de la route et être persécutée pour payer les frais de la route : le cas bizarre d’une famille

-

PREV NETFLIX AUTOMNE ! Le rapport du deuxième trimestre est meilleur que prévu, mais les prévisions futures sont décevantes Par Investing.com
NEXT Mt. Gox a transféré 2,7 milliards de dollars de BTC vers une nouvelle adresse de portefeuille