La foudre ne frappe-t-elle jamais deux fois au même endroit ? : quel est le livre qui cherche à clarifier 50 malentendus scientifiques ?

La foudre ne frappe-t-elle jamais deux fois au même endroit ? : quel est le livre qui cherche à clarifier 50 malentendus scientifiques ?
La foudre ne frappe-t-elle jamais deux fois au même endroit ? : quel est le livre qui cherche à clarifier 50 malentendus scientifiques ?
-

Il y a des entrées sur la foudre (ne frappent-elles jamais vraiment deux fois au même endroit ?), sur les dinosaures (pourquoi répète-t-on qu’ils ont disparu après la collision d’un astéroïde avec la Terre ?), sur les chauves-souris (sont-elles vraiment aveugles ?), sur les sens (et s’il y en avait plus de cinq ?). Dans le tout nouveau 50 malentendus en science (Éditions Godot, 2024) Le chercheur britannique Brian Clegg cherche à clarifier certaines idées erronées ou déroutantes qui circulent comme si elles étaient vraies sur des sujets d’un grand intérêt pour tous.: la nature, les phénomènes climatiques, le ciel, les parties du corps, la santé, les origines de l’humanité, entre autres. Et il le fait avec bienveillance, avec des exemples concrets, avec des explications fortes qui cherchent à clarifier scientifiquement des concepts erronés cristallisés par la répétition.

Pour chacun des 50 malentendus, Clegg propose un texte bref mais très complet qui, loin d’expulser, invite dans chaque cas à faire preuve de curiosité et souvent à comprendre les racines de ces confusions. « L’arc-en-ciel a sept couleurs », « Le sucre rend les enfants hyperactifs », « Les humains n’utilisent que 10 % de leurs capacités cérébrales », « Newton a découvert la gravité lorsqu’une pomme lui est tombée sur la tête » sont certains des concepts que le chercheur cherche à réfuter, élucider ou éclaircir.


« Depuis des milliers d’années, l’humanité s’est tournée vers le folklore et la sagesse des proverbes pour tenter d’expliquer le monde qui nous entoure », explique Clegg dans l’introduction de son livre et ajoute : « Certaines de ces croyances, le produit de l’expérience, puis elles avoir prouvé qu’ils avaient une base scientifique ; Par exemple, le ciel rougeâtre la nuit est une véritable indication qu’il fera beau le lendemain matin (…). Cependant, il existe également des explications et des croyances fausses qui persistent aujourd’hui, malgré de nombreuses preuves scientifiques prouvant le contraire.».

consulté par elDiarioAR Concernant le pouvoir des dictons populaires et des dictons célèbres pour propager ces confusions scientifiques, Clegg précise par courrier électronique depuis le Royaume-Uni : « Ce ne sont pas toujours des dictons anciens. Il s’agit parfois d’une approche incorrecte ou d’un malentendu motivé en partie par le « bon sens » qui ne comprend pas toujours bien la science.. La plus grande influence réside probablement dans le fait que ces vieux dictons, simplifications et malentendus associés aux dictons populaires nous sont parvenus pendant notre enfance et ont tendance à nous accompagner toute la vie.

D’après ce qu’il a dit à ce média, Il lui a fallu environ six mois pour développer chacun des concepts. et expliquez-les en détail.


Amoureux des sciences, des mathématiques et de la physique, Clegg se consacre depuis quelques années à la diffusion scientifique dans des ouvrages tels que Une brève histoire de l’infini, Dix modèles qui expliquent l’univers, La bible de la physique quantique qui a eu un grand impact dans leurs éditions anglaises.

Dans le cas d 50 malentendus en sciencepublié pour la première fois en espagnol par le label argentin Godot et traduit par Paula Guertlera décidé de regrouper plusieurs des problématiques qui le révèlent et qui apparaissaient déjà dans ses autres publications.

« Si je dois être honnête, il en restait 50 dans le livre parce que c’est ce que l’éditeur m’a demandé. Et 50 est toujours un nombre que les éditeurs adorent. Il existe de nombreux livres avec « les 50 » de ceci ou de cela. Je trouve que c’est un bon chiffre et bien plus pratique pour un livre que pour une centaine», a-t-il plaisanté.

Diplômé de la Manchester Grammar School puis en Sciences Naturelles de l’Université de Cambridge, l’auteur s’est spécialisé en physique expérimentale. Quelque temps plus tard, il a également complété une maîtrise en recherche opérationnelle, une discipline apparue pendant la Seconde Guerre mondiale pour appliquer les mathématiques au comportement en temps de guerre. et se concentre actuellement sur la résolution des conflits et la prise de décision dans le monde des affaires.

Avec son propre cabinet de conseil, qui conseille entre autres Sony, la BBC et la Bank of Scotland, Clegg se consacre à la diffusion des connaissances scientifiques dans des conférences et également dans des livres.

« L’un des grands avantages d’être écrivain sur des sujets liés à la science, par rapport à travailler en tant que scientifique, est que je peux choisir d’écrire spécifiquement sur ce qui m’intéresse. C’est pourquoi j’ai eu la chance d’écrire des livres sur n’importe quoi : de l’infini au voyage dans le temps. Mais, comme cela arrive toujours avec ce type de livre, alors que d’autres sujets étaient en cours de finalisation, j’ai trouvé dans ma recherche de nouvelles choses qui me fascinaient autant que celles que j’avais imaginées au début.“, a-t-il assuré à propos de 50 malentendus en science.

« Inévitablement, certaines de ces histoires me frappent ou font partie de mes préférées. Celui du titre du livre en anglais autour de l’éclair (N. de R : l’original en anglais est La foudre frappe souvent deux fois), par exemple, parce qu’il y a une histoire intéressante derrière. Ou encore l’idée fausse qu’une pièce tombant des hauteurs de l’Empire State Building pourrait vous tuer, par exemple, en partie parce que quelqu’un pourrait aller jusqu’à tenter l’expérience. Et aussi l’idée que les toasts tombent toujours du côté du beurre, car c’est l’un de ceux qui sont généralement relégués au rang de mythe et ne devraient pas“il ajouta.

Lorsqu’on lui demande s’il y a des problèmes qui ressortent parmi ces croyances répandues mais incorrectes, Clegg conclut : « Beaucoup de ces malentendus sont liés à l’alimentation et à la santé, qui sont des questions auxquelles nous pensons toujours. Dans le cas de la santé, en même temps, c’est quelque chose qui nous préoccupe généralement.. Donc en général, ce sont des choses qui ont à voir avec notre vie quotidienne donc, inévitablement, elles sont importantes pour nous tous.

AL/MG

-

NEXT les subventions aux livres sont discriminatoires