À Valledupar, la revue GACETA a été diffusée lors de sa première foire régionale du livre

À Valledupar, la revue GACETA a été diffusée lors de sa première foire régionale du livre
À Valledupar, la revue GACETA a été diffusée lors de sa première foire régionale du livre
-

Sur la Plaza Alfonso López, à Valledupar, il y a un manguier qui vieillit au son des 36 fêtes vallenato qui y sont célébrées. Il est si emblématique qu’ils ont composé des chansons et interprété des sérénades, et maintenant que le Festival se déroule dans un autre quartier de la ville, il éclipse la Foire du livre, la Felvaqui a célébré cette année sa deuxième version, à côté d’une scène avec des haut-parleurs qui ont amplifié pendant quatre jours les chansons d’Ómar Geles, récemment décédé.

La revue Gazette Il est arrivé là-bas, à sa première foire régionale du livre, avec le premier numéro de cette troisième étape, une monographie sur la jungle réalisée pour les cent ans de La vorágine. Sous le manguier et à côté des enceintes, elle a été accueillie par une vingtaine d’exposants qui ont offert du 6 au 9 juin aux promeneurs des livres d’histoires, des romans de mœurs, de la poésie, du journalisme, des études académiques sur la Caraïbe et, bien sûr, des textes. à propos de Vallenato.

Cette essence musicale de Felva va au-delà des accordéons qui jouent en arrière-plan. C’est dans les livres qui y sont publiés, lus à haute voix et mis en vente, comme cela s’est produit cette année avec “Les astuces de Zuleta”sur la vie du chanteur Poncho Zuleta, de l’écrivain Julio Oñate et “Si le fêtard connaissait les chiffres”, une étude de 1 117 albums vallenato sortis entre 1961 et 2019 réalisée pendant une décennie par l’ingénieur Fabián Dangond. Et quand la musique manque, elle manque, comme l’a fait cet orateur qui, en parlant du livre posthume de Gabriel García Márquez, “On se voit en août”il s’est plaint que dans ce roman “Le grand absent est le vallenato.” C’est une essence que résume le journaliste culturel et caricaturiste Edgardo Mendoza : “nous (les vallenatos), plus que des lecteurs, sommes des auditeurs, car c’est une région d’oralité”.

Vous etes peut etre intéressé: Jorge Ali Triana : « Les réalisateurs et les acteurs ont plus de sept vies. »

L’un de ces lecteurs-auditeurs est William de Ávila, journaliste et poète qui, à la fin d’un débat sur le journalisme culturel auquel Felva a invité Gaceta, s’est approché pour nous dire qu’il avait reçu son exemplaire avec une affection particulière car dans le passé il était un lecteur judicieux du magazine dans les années 80.

Il l’a rencontrée dans une bibliothèque. Peut-être que c’était celui de la Maison de la Culture, dit-il, mais où que ce soit, il se souvient bien qu’il est devenu un lecteur régulier de la collection qu’il trouvait dans la bibliothèque du journal. Bien sûr, il avait une émission culturelle sur Radio Guatapurí et avait auparavant été libraire.

“C’étaient des magazines très variés”dit. « Je me souviens beaucoup des articles de littérature, que j’ai toujours aimés ; ceux de la critique littéraire, des photographies. C’étaient des textes écrits par des spécialistes, par des gens impliqués dans l’art. Il y avait des illustrations réalisées par des artistes colombiens ; mémoire d’Álvaro Barrios, d’Alejandro Obregón; photographies de Leo Matiz, de Nereo López. Là, vous avez aussi beaucoup appris sur le cinéma colombien et étranger. »

William de Ávila et la commentatrice radio Valeria Mora.

Gaceta a vécu sa première étape entre 1976 et 1984 et la seconde entre 1989 et 2001. Tous les numéros que William lisait étaient empruntés, mais il voulait qu’ils lui appartiennent, alors un jour de 1990, à l’âge de 27 ans, il écrivit une lettre à Colcultura (ancien ministère de la Culture) pour demander que des revues lui soient envoyées. « Cette année-là, je me suis inscrit à un séminaire/atelier de promotion de la lecture animé par quelqu’un de Colcultura. Je m’attendais à ce que les magazines arrivent par la poste avant le début du séminaire. Le jour est venu et rien. Mais, à ma grande surprise, lorsque nous avons commencé l’événement, l’un de ceux qui allaient le diriger m’a demandé : « Qui connaît William de Ávila Rodríguez ? C’était moi ! Alors j’ai levé la main et il a dit : « Écoute, je t’ai apporté un paquet de magazines qu’ils t’ont envoyé. Il y avait environ dix et cinq ou six livres de la Bibliothèque fondamentale de la culture. “C’était une grosse surprise !”

Depuis, il les chérit. Ces jours-ci, il les garde dans des boîtes parce qu’il est “reconstitution” sa bibliothèque, mais maintenant que le ministère de la Culture, des Arts et du Savoir a donné naissance pour la troisième fois à Gaceta, il nous a dit qu’il souhaitait recommencer à lire ces revues.

William est un exemple de l’ancien lecteur de Gaceta qui se prépare à une nouvelle étape, mais à Valledupar nous trouvons surtout de nouveaux lecteurs comme Yamil Álvarez, un écrivain d’une vingtaine d’années qui s’est connecté avec la revue lorsque nous lui avons raconté ce que ce premier numéro c’était à peu près. « À propos de la jungle ? Bien sûr que je l’aime ! “Comme j’aime la nature !” Il s’est immédiatement assis pour le regarder, et plus tard nous l’avons vu rouler à vélo dans une rue du centre historique, avec Gaceta sous le bras.

Ou l’accordéoniste et créateur de contenu sur vallenato sur les réseaux sociaux Víctor José Navarro, qui a participé avec nous à la discussion sur le journalisme culturel et a pris une revue pour laquelle il était reconnaissant, mais pas avant de donner un autre exemple de l’essence musicale de Felva et Valledupar et sortez l’accordéon pour chanter en guise d’avertissement que “Si tu ne chantes pas, tu l’oublies”:

traditions orales

Les traditions orales sont comme l’écriture

musique, littérature

de chansons originales.

Sa beauté incomparable

aujourd’hui engagé

mérite d’être protégé pour les nouvelles générations

défendre ses créateurs

Si on ne le chante pas, on l’oublie.

Post-scriptum : Nous sommes de retour de Valledupar et nous préparons maintenant le lancement du deuxième numéro de Gaceta, consacré à la télévision, sur les 70 ans de la télévision en Colombie. Ce sera ce mercredi 19 juin à 18 heures dans l’auditorium Germán Arciniegas de la Bibliothèque nationale, dans une conversation intitulée « Un monde portable : la télévision du 21ème siècle ». Sandro Romero Rey, réalisateur et scénariste, y participera ; Silvia María Hoyos, journaliste et documentariste ; Diana Díaz, directrice de l’audiovisuel chez Minculturas ; et Santiago Rivas, journaliste culturel. L’entrée est gratuite et il y aura des magazines pour tous les participants.​

Cela pourrait vous intéresser : Le défi de consolider des mouvements sociaux qui durent.​​​

-

PREV Un ancien membre célèbre de « l’Académie » vend désormais des livres pour enfants ; nous le savons
NEXT Le Salon du livre jeunesse débute ce lundi avec une entrée gratuite et plus de 300 activités