La science dans les manuels gratuits – Distance par temps

-

Après avoir révisé les livres de première et sixième années Nos connaissancesainsi que Nos langues En sixième année, dans la partie physique, il est frappant que le contenu soit en réalité un ensemble de définitions qui ressemblent parfois davantage à un dictionnaire de concepts. Premièrement, cela met en évidence le mépris de la science qui – comme cela a déjà été souligné dans le cas des mathématiques – est réduit au minimum ; La même chose se produit dans d’autres disciplines qui sont disproportionnellement négligées, comme la physique et la chimie et un peu moins la biologie. Dans le champ de pensée « Connaissance et pensée scientifique », la connaissance est mise en premier, puis la pensée scientifique. Cela montre que ceux qui ont rédigé les manuels méprisent ou ignorent ce savoir. En revanche, dans la partie des sciences humaines, ils ont mis « l’humanité » au premier plan, dans le domaine « De l’humain et de la communauté ».

Illustration : Victor Solis

En première année du livre d’école primaire Nos connaissances On peut lire à la page 50 : « Les énergies renouvelables sont toute forme d’énergie d’origine solaire, géophysique et biologique. » Le pétrole, le gaz et le charbon, qui sont des énergies non renouvelables et à l’origine du changement climatique mondial, sont des sources d’énergie issues de la sédimentation des organismes vivants il y a environ 300 millions d’années ; Autrement dit, ils ont une origine géophysique, puisqu’ils se trouvent à l’intérieur de la Terre, et une origine biologique, puisqu’il s’agit d’organismes vivants. Ainsi, la définition des énergies renouvelables inclut le pétrole, le gaz et le charbon, qui sont les sources d’énergie que nous ne souhaitons plus utiliser en raison des dommages qu’elles causent à la planète. Dans le même livre, à la page 128, il est dit : « Sur une rampe plus raide qu’une autre, il faut moins d’effort, mais il faut plus de distance. » Ne serait-ce pas l’inverse ? Si une rampe est plus inclinée, cela signifie qu’elle se rapproche de la verticale et c’est à ce moment-là qu’un plus grand effort est nécessaire pour vaincre la force de gravité, c’est pourquoi des poulies avec une corde sont utilisées pour changer la direction de la force de gravité et juste. accrocher pour soulever quelque chose de lourd. Sur une rampe légèrement inclinée, par rapport à l’horizontale, une plus grande distance est parcourue, mais moins d’effort est fourni ; Si la pente est plus grande, l’effort est plus important, mais la distance parcourue est moindre et l’effort est plus important lorsqu’un objet ou une personne est transporté. À la page 211, on peut lire : « Les facteurs qui transforment la nature sont les catastrophes naturelles. » En réalité, ils transforment la nature, mais ils ne sont pas les seuls. Cela se fait par l’exploitation minière, la pêche, l’agriculture, l’élevage, la construction, l’obtention de carburant, les logements, la construction de routes pour le transport, les usines, en général l’exploitation des ressources de la nature par les hommes et les femmes qui vivent sur la planète bleue.

En revanche, dans le livre de sixième année de Nos connaissances lit-on à la page 118, dans la section masse: “Contrairement au poids, sa valeur ne change pas en fonction du lieu ou de la hauteur où se trouve l’objet.” Donc, si je suis à Acapulco, j’ai un peso et si je suis à Veracruz, ce sera un autre ? Il ne précise pas – à tort – que le lieu fait en réalité référence à un objet céleste de masses différentes, comme la Terre et la Lune. Et aussi à tort – selon les auteurs – le poids varie en fonction de la taille, par exemple, un parachutiste pèse moins qu’une personne qui se trouve à la surface de la Terre.

À la page 120, il est noté : « L’énergie électrique. C’est une forme d’énergie dérivée de l’existence de charges positives et négatives. La simple existence produit-elle de l’électricité ? Une définition plus précise est que l’énergie électrique consiste en le mouvement d’électrons (charges négatives) entre deux points, lorsqu’il existe une différence de potentiel ou de tension entre eux, ce qui permet la production ou la génération d’un courant électrique à travers un matériau conducteur, tel que , par exemple, un câble en cuivre. Elle se mesure en joules (J) ou en kilowattheures (kWhr).
À la page 120, nous parlons des forces d’attraction et de répulsion. Dans les forces attractives, il est indiqué qu’ils se déplacent dans des directions opposées et dans la force répulsive, il est noté : “Dans ce cas, ils se déplacent dans des directions opposées”. Alors, on se demande quelle est la différence entre les deux s’ils se déplacent tous deux dans des directions opposées. Ce serait bien s’ils nous expliquaient la différence.

La partie astronomique du même livre mentionne, à la page 125, la cerfs-volants:”[…] Lorsqu’ils sont suffisamment proches du Soleil, ils émettent une queue composée de poussière et de gaz ionisés, qui reflète la lumière du soleil et est très visible. » Se pourrait-il qu’ils émettent une file d’attente ? Les comètes se trouvent dans la ceinture de Kuiper et dans le nuage d’Oort et décrivent des orbites elliptiques très allongées autour du Soleil ; périodiquement, ils s’approchent de la Terre ; La comète de Halley le fait tous les 76 ans, on la verra en 2061. Comme elles sont constituées de glace — Julieta Fierro les définit comme une boule de glace sale de plusieurs kilomètres de diamètre — lorsqu’elles passent près du Soleil, une partie d’entre elles fond, A un nuage de gaz et de poussière se forme et lorsque la lumière du soleil le frappe, elle se reflète et une pointe avec une queue est observée sur le côté fondu. Mais seuls les objets dotés de leur propre lumière, comme les étoiles, peuvent émettre de la lumière et une comète n’a pas sa propre lumière. La même chose se produit avec la Lune.

À la page suivante de la définition de étoiles dit : « Ce sont des corps célestes sphériques, composés d’hydrogène et de gaz. » Ensuite, les élèves se demanderont : « Maître, l’hydrogène n’est-il pas un gaz ? Tous les éléments, y compris l’hydrogène, peuvent se présenter sous forme de gaz, liquide, solide et plasma.

À la page 127, nous lisons la définition de trous noirs: « Ce sont les restes de ce qui étaient autrefois des étoiles massives ; Ils sont constitués de gaz et de poussières. Ils contiennent un champ gravitationnel si grand que même la lumière ne peut pas s’en échapper. Ce sont en effet des objets très denses dans lesquels la lumière ne peut pas s’échapper, mais sont-ils composés de gaz et de poussières ? Comment se fait-il qu’ils ne soient pas très denses ?

Dans le cas du livre de sixième année Nos langues Le texte est inclus : « Au Mexique, nous regardons aussi l’Univers. » D’emblée, une position « timide » est adoptée : croyez-le ou non, l’astronomie se fait aussi au Mexique. Et avec une grande surprise ! Nous trouvons l’histoire du télescope Tonantzintla, construit en 1942. On pourrait s’attendre à ce que, selon la grande tradition de récupération des connaissances indigènes de notre pays, ils nous parlent de l’Observatoire de Chichen Itzá que les Mayas ont construit à l’époque préhispanique. et comment ils ont calculé avec une grande précision l’année solaire, parmi bien d’autres avancées. Ou la participation de l’Institut d’Astronomie de l’UNAM au Grand Télescope des Îles Canaries ou à notre bien-aimé télescope de 2,1 m de San Pedro Mártir ou, plus encore, au Grand Télescope Millimétrique « Alfonso Serrano », avec lequel les premiers trous noirs ont été découverts. Mais non, on ne raconte que la partie de l’histoire qui convient à ceux qui ont réalisé le manuel, à savoir celle de Guillermo Haro et Luis Enrique Erro, l’ancien mari d’Elena Poniatowska. Il convient de noter, d’après ce que m’a dit mon professeur Carlos Graef, que l’Observatoire de Tonantzintla a été construit à Puebla parce que Don Manuel Ávila Camacho était de Puebla, et non parce que c’était le meilleur endroit pour l’observation, qui est San Pedro Mártir, à Baja. Californie, près d’Ensenada. Donc ce que dit le texte selon lequel c’est le meilleur endroit pour l’observation n’est pas vrai. Et où étaient les Mayas et l’astronomie actuelle ?

Dans le même livre, nous trouvons également un texte sur le Rubik’s cube. Je me souviens que j’ai commencé à essayer de résoudre le Rubik’s Cube quand j’étais à l’université en physique et j’ai réussi, après trois mois d’essais. Tout le monde est d’accord que ce n’est pas facile à résoudre, donc comme puzzle pour élèves de sixième cela ne me semble pas très adapté, à moins que vous vouliez leur expliquer les transformations.

Après une lecture de quelques heures, il apparaît clairement que les livres n’ont pas été réalisés avec une qualité éditoriale et académique adéquate – à l’exception de la conception, de la plupart des illustrations et des photos – ni avec les conseils pertinents sur les différents sujets. Bien entendu, ce travail nécessite les efforts spécialisés des éditeurs, des éditeurs et des enseignants. Et ce doit être un travail professionnel bien rémunéré dont vivent de nombreux professionnels de l’enseignement, dont jusqu’à présent je ne connais personne qui soit devenu millionnaire grâce à cela. Ne pas le faire signifie négliger le travail spécialisé visant à éduquer les filles, les garçons et les jeunes dans tout le pays. Le manque d’investissement dans un travail de qualité est évident et encore pire lorsqu’il s’agit de l’éducation publique. Enfin, ma suggestion est que toutes les erreurs soient corrigées. Autrement, nous commencerons à apprendre des choses qui ne sont pas vraies dans l’éducation de base du pays. Et comment allons-nous dire à des millions d’étudiants que ce qu’ils ont appris n’est pas vrai ? Faire des manuels scolaires est une grande responsabilité. C’est pour cette raison que des milliers d’enseignants et de spécialistes les élaborent et les révisent. Compte tenu de la fin imminente du mandat de six ans, il convient de se demander si le nouveau gouvernement va entreprendre la tâche de procéder à une révision approfondie des livres ou si nous allons continuer avec ces textes de qualité douteuse.

Juan Tonda Mazón
Physicien et vulgarisateur scientifique. Il travaille à la Direction générale de la diffusion scientifique, UNAM.

-

NEXT les subventions aux livres sont discriminatoires