100 livres qui ne pourront être lus que dans 100 ans – Chubutline – Dernières nouvelles

100 livres qui ne pourront être lus que dans 100 ans – Chubutline – Dernières nouvelles
100 livres qui ne pourront être lus que dans 100 ans – Chubutline – Dernières nouvelles
-

Aux portes d’Oslo, en Norvège, un projet littéraire et écologique unique se développe : la Bibliothèque du Futur. Situé dans une jeune forêt, ce projet plante un arbre pour chaque manuscrit inédit, dans le but de les publier dans un siècle, lorsque les arbres fourniront le papier nécessaire.

Par Luis Hara*

Depuis 2014, des écrivains du monde entier soumettent leurs œuvres, qui ne seront lues qu’en 2114. L’artiste Katie Paterson dirige ce projet qui cherche à élargir les perspectives du temps et à mettre en lumière la responsabilité envers les générations futures.

Chaque année, un nouveau titre est ajouté à la collection, mettant en vedette des auteurs d’horizons divers, notamment des écrivains de fiction, des poètes et des essayistes. À ce jour, une centaine d’arbres ont été plantés, chacun marqué d’un ruban rouge, symbolisant les manuscrits qui deviendront à terme des livres. Chaque auteur participant au projet doit se rendre personnellement livrer le manuscrit à Oslo, où se trouve le siège de la Bibliothèque du Futur.

La participation de l’écrivain mexicain Valeria Luiselli à ce dialogue intergénérationnel constitue une étape importante pour la littérature latino-américaine, la positionnant comme un pont entre le présent et le futur. Les auteurs impliqués, conscients qu’ils ne vivront pas assez longtemps pour voir leurs œuvres publiées, ne peuvent que révéler les titres de leurs manuscrits pour promouvoir le projet. A la fin du siècle, ces livres inédits verront enfin le jour.

Les manuscrits sont conservés dans la « Salle du Silence » de la bibliothèque publique d’Oslo, et seul leur titre est révélé. Ce projet symbolise la patience, la conservation de l’environnement et l’espoir, confiant que les générations futures apprécieront l’écrit.

La forêt de Nordmarka, où un millier d’épicéas ont été plantés en 2014, sera la source du papier pour ces livres. Des écrivains tels que Margaret Atwood et David Mitchell ont déjà contribué, et même s’ils ne verront pas leurs œuvres publiées, leur héritage perdurera, attendant les lecteurs du 22e siècle.

*PS

Image : Vogue Scandinavie

-

NEXT les subventions aux livres sont discriminatoires