LIVRE FILM LES PLANÈTES | Alejandro Simón Partal, auteur du journal de tournage de ‘Segundo Premio’ : “Secrètement, je pense que tous les membres de Los Planetas sont enthousiasmés par le film” |

LIVRE FILM LES PLANÈTES | Alejandro Simón Partal, auteur du journal de tournage de ‘Segundo Premio’ : “Secrètement, je pense que tous les membres de Los Planetas sont enthousiasmés par le film” |
LIVRE FILM LES PLANÈTES | Alejandro Simón Partal, auteur du journal de tournage de ‘Segundo Premio’ : “Secrètement, je pense que tous les membres de Los Planetas sont enthousiasmés par le film” |
-

Les projets de films ont tendance à être cuits à feu doux et il n’est pas rare qu’ils connaissent certains hauts et bas, mais mettre six ans pour en arriver à un projet peut être considéré comme un chiffre un peu excessif. En 2018, le producteur Christophe García et l’écrivain et scénariste Fernando Navarro Ils ont décidé de faire un film sur leur groupe préféré, Les planètes. Il s’agirait d’un moment clé de la carrière des Grenadens, celui qui a donné naissance à leur album. Une semaine dans le moteur d’un bus (1998), un processus de création psychédélique parsemé d’excès lysergiques et de conflits entre les membres du groupe qui a malgré tout donné naissance à un superbe album.

Le premier réalisateur choisi pour le réaliser fut Jonas Trueba. Trueba a appelé un écrivain et ami de confiance, Alejandro Simon Partal (Estepona, 1983), pour prendre soin de écrire un journal de ce tournage. Mais les retards s’accumulaient déjà : le Covid et les désaccords entre l’équipe du film et le groupe Granada, apparemment jaloux de la manière dont leur image était traitée, s’ajoutaient aux difficultés normales pour faire démarrer un projet. Au fil du temps, le premier défendrait cela le projet n’était pas destiné à être une reconstruction fiable de ce qu’était cette aventure musicale, ni un portrait fidèle de chacun de ses protagonistes, mais plutôt une fiction inspirée de faits réels, au point que sur son affiche on peut lire le message “ce n’est pas un film sur Les Planètes”. .

Le fait est que Trueba est parti, fatigué que cela prenne si longtemps, et il a fini par réaliser le film Isaki Lacuestamême si des circonstances personnelles très compliquées l’ont amené à le faire à distance et à être son assistant habituel, Pol Rodríguezqui a pris la tête du ensemble. Le résultat, malgré les difficultés, a été un grand succès: le film a remporté plusieurs prix au Fête de Málagaentre autres le Argent Biznaga pour le meilleur film, et les critiques et le public l’ont bien accueilli.

Alejandro Simón Partal, témoin privilégié de tout depuis qu’il s’est impliqué dans le tournage pour écrire ce livre, dit qu’il n’ose parler au nom de personne pour dire quelle opinion ont Los Planetas sur le film, ce qui est exactement ce que tout le monde pense. Le monde veut le savoir après que la spéculation et la morbidité soient devenues monnaie courante. Mais l’auteur de Le rez-de-chaussée. Journal de tournage (Plaza & Janés), qui est le nom du livre, s’aventure en déclarant que «Secrètement, je pense que tout le monde est enthousiasmé par le film. Parce que c’est un cadeau de recevoir un tel hommage, réalisé par Isaki Lacuesta, l’un des cinéastes les plus reconnus et nécessaires du cinéma espagnol. Et je pense aussi que Los Planetas va être ressuscité par les jeunes générations qui ne les connaissent pas aussi.”

Un journal personnel

Malgré son titre, Le rez-de-chaussée… Ce n’est pas tant un journal de tournage qu’un journal personnel de Simón Partal dans lequel le film finit par n’occuper qu’une partie de ses pages. En fait, la phrase d’ouverture est similaire à l’avertissement sur l’affiche du film : “Ceci n’est pas un livre sur le film Planètes”. Il explique : « L’idée au départ, lorsque le réalisateur allait être Jonás, était d’être impliqué très directement dans le tournage. Mais au fur et à mesure que les événements se déroulaient, je me suis éloigné”, raconte l’écrivain à EL PERIÓDICO DE ESPAÑA. « J’ai préféré rédiger le journal en position de témoin extérieur. Je ne voulais pas écrire un livre technique sur le cinéma parce que je ne saurais pas comment m’y prendre, et je ne voulais pas non plus écrire une monographie sur Les Planètes. “Je voulais juste faire un journal, parce que j’aime ce genre de livres et je voulais raconter mes journées à Grenade et ailleurs avec en arrière-plan le film en cours de tournage.”

L’idée au départ, lorsque le réalisateur allait être Jonás, était d’être impliqué très directement dans le tournage. Mais au fur et à mesure que les événements se déroulaient, je me suis éloigné. »

Tout au long de ses près de 200 pages, nous sommes témoins des vicissitudes qui se produisent dans la vie de l’auteur pendant deux ans et parallèlement à ce qui se passe avec ce tournage. Cela commence lorsqu’il reçoit la mission de Trueba alors qu’il survit à l’ennui pandémique dans une université en République tchèque, et traverse une New York vers laquelle il se rend pour d’autres raisons professionnelles et personnelles, mais où cela devait aussi coïncider avec la partie du film qui y a été tournée, la ville où l’album a été enregistré, ce qui n’a finalement pas eu lieu car il a été reporté. Mais Il se concentre surtout sur son séjour à Grenadeoù Simón Partal s’est installé quelques mois pour suivre l’essentiel du tournage.

Même si nous assistons au tournage de certaines de ses scènes les plus emblématiques, mais aussi à des fêtes et des conversations avec les membres de l’équipe, la plupart des pages sont occupées par les réflexions de l’auteur, qui a dû faire face pendant cette période au deuil de la mort de son père, ses aventures personnelles à travers la ville et quelques rencontres émotionnelles et sexuelles. Lorsqu’on lui demande si ce que l’on peut lire dans le livre sont des choses qui se sont réellement produites, il répond énigmatiquement que “tout est vrai et c’est peut-être même arrivé“, même s’il admet avoir inclus quelques doses de fiction. Bien sûr, il admet qu’à Grenade, il a pas mal flirté. ” La vérité est que j’ai eu beaucoup de succès là-bas, j’ai passé un très bon moment. “Ces rencontres m’ont permis de rencontrer des gens et de m’amuser.”

On aurait pu s’attendre à ce que le tournage d’une aventure de la démesure comme l’enregistrement de cet album, avec des personnages qui passent la moitié du film défoncés, ait donné lieu à un tournage tout aussi sauvage, d’autant plus que ses acteurs principaux sont également jeunes musiciens locaux. Mais ça c’est pas passé comme ça. “Et cela m’a déçu. Parce que venant de la très triste ville de République tchèque où le confinement m’a rattrapé, L’un de mes espoirs était que la vie à Grenade soit beaucoup plus occupée. Mais c’était très calme. Les membres de l’équipe sont des personnes en très bonne santé, peut-être que le moins sain de toute l’équipe était moi”, dit-il avec amusement.

Personnages réels et acteurs qui sont des personnages

Iota, chanteur et leader historique de Los Planetas, apparaît à différents moments du récit. C’est un ami de l’auteur, même si leur relation a traversé des moments difficiles. Un jour, au début du projet, “j’étais chez moi et j’ai reçu un message de Jonás me disant que Jota était très en colère parce qu’il y avait quelqu’un qui avait lu le scénario avant lui et qui aurait lu la copie du scénario de Simon”. scénario “Il est parti de chez lui et l’a avoué à Jota dans cet environnement toujours brumeux qu’est une loge ; c’était la personne avec qui l’écrivain partageait sa vie à cette époque.”Jota voulait quitter le projet“, souviens-toi.

Jota est une personne très perfectionniste. “Un érudit en musique, très obsédé par le contrôle de tout ce qui a trait à Los Planetas et à son propre nom.”

Cette crise, dit-il, n’a duré que 24 heures. Leur relation s’est ensuite rétablie. Mais le musicien est le nom clé de cette histoire. Il dit de lui dans le livre : “Il est aussi attiré par l’idée de ce film qu’il est angoissé d’y être mal représenté.” Mais à quoi ressemble Jota au-delà de ces clichés qui le décrivent comme un être compliqué et sauvage ? “Je dirais que c’est une personne très perfectionniste. Un étudiant en musique, très obsédé par le contrôle de tout ce qui a à voir avec Los Planetas et son propre nom. Malgré leur réputation de maudit ou cette époque de désordre dans laquelle ils vivaient, je pense que dans le groupe, ils ont toujours été très conscients de l’endroit où ils voulaient aller.“. Il ajoutera également que “il me semble que Jota est l’un des grands paroliers et compositeurs espagnols. Le génie de ses paroles est écrasant.” Bien qu’il ait écrit un journal ici et qu’il se concentre désormais davantage sur la narration, celui qui y est mentionné est un poète plusieurs fois primé, son opinion sur les vers et les strophes est donc pertinente.

Si Jota est le véritable personnage qui a le plus de poids dans le livre, c’est Cristallinel’acteur qui joue Florence, guitariste du groupe, celui qui a le plus attiré leur attention lors du tournage. La relation entre les deux musiciens qui ont été la force motrice du groupe, une amitié étroite et une complicité créative qui dans le film confine parfois à l’homoérotisme et qui se heurte à l’incapacité de deux hommes à gérer leur affection, est un élément fondamental de l’intrigue. Et le rôle joué par Cristalino, un musicien grenadin qui faisait ses débuts en tant qu’acteur, est l’un des grands atouts du film. “J’espère que lorsque tout cela arrivera, Cristalino ne sera pas ‘celui qui a fait Los Planetas’, parce que C’est un garçon qui a un magnétisme très spécial et en tant qu’acteur, il a été extraordinaire“, dit Simón Partal, qui estime que le Florent du film, très maigre et souvent enveloppé dans un nuage ou immergé dans un épais rêve provoqué par la drogue, “crée un charme particulier, par exemple lorsqu’il se promène dans New York avec Morente de fond. Il fait que tout s’enchaîne dans son corps : Granada, Lorca, Morente, New York. “Cela fait monter en flèche le film.”

De qui presque rien n’est dit tout au long du livre, c’est May, bassiste du groupe dans sa première étape et troisième sommet lorsque Jota et Florent formaient avec elle un triangle qui n’a survécu que jusqu’à l’album sur lequel est centré le film. Elle est partie avant parce qu’elle a vu que cette vie n’était pas pour elle, et dans le film, elle est un personnage extérieur au groupe mais décisif dans l’avenir émotionnel des protagonistes. L’auteur du journal estime qu’elle n’était pas d’accord avec ce que cela soit fait Deuxième prix. Mais il ne comprend pas qu’on ait tant parlé de la nécessité d’obtenir l’approbation du film par les personnages réels qui y apparaissent “si ce qui est réalisé est une fiction”. Je suppose que l’équipe a été si respectueuse qu’elle voulait qu’il y ait un accord de toutes les personnes impliquées.“. Un respect qui s’explique, dit-il, car ceux qui l’ont lancé étaient des fans qui rendaient hommage à la bande originale de leur éducation sentimentale.

Concernant Los Planetas en tant qu’artistes, Simón Partal conclut : “Je les remercie de maintenir malgré tout l’élégance et le mystère. En cette époque de surexposition, Cela me semble romantique de voir comment ils sont restés dans l’ombre, vivant en marge mais sans défendre la périphérie.” Ou autrement dit : sans travailler, comme d’autres le font, à véhiculer un mystère qui souvent n’en est pas un. Et il cite en exemple Scott Walker, un autre musicien, forgé celui-ci dans les années 60, qui comme les Grenadens était à la fois une légende mais savait rester dans l’ombre. Des ombres qui, avec ce film et le journal de tournage qui l’accompagne, sont désormais un peu moins sombres.

-

NEXT les subventions aux livres sont discriminatoires