Investissement privé pour améliorer la praticabilité de la route nationale 51

Investissement privé pour améliorer la praticabilité de la route nationale 51
Investissement privé pour améliorer la praticabilité de la route nationale 51
-

Fin janvier, Diego Pestaña, directeur général du groupe AGV Servicios Mineros et président de la Chambre des fournisseurs d’entreprises minières de Salta (Capemisa), a annoncé que le revêtement d’un important tronçon de la route nationale 51, depuis San Antonio de los Cobres , était en cours d’analyse vers Sico, avec une injection importante de capitaux privés. La proposition a rapidement suscité l’intérêt des mineurs, des entreprises de construction locales, des transporteurs et des communautés Puna elles-mêmes, qui espéraient également depuis longtemps disposer de routes plus sûres et plus praticables dans la région.

Fin janvier, Diego Pestaña, directeur général du groupe AGV Servicios Mineros et président de la Chambre des fournisseurs d’entreprises minières de Salta (Capemisa), a annoncé que le revêtement d’un important tronçon de la route nationale 51, depuis San Antonio de los Cobres , était en cours d’analyse vers Sico, avec une injection importante de capitaux privés. La proposition a rapidement suscité l’intérêt des mineurs, des entreprises de construction locales, des transporteurs et des communautés Puna elles-mêmes, qui espéraient également depuis longtemps disposer de routes plus sûres et plus praticables dans la région.

Hier, Pestaña a confirmé au Tribuno que depuis lors, on travaille sans interruption et au risque des propres promoteurs de l’initiative, sur l’ingénierie de construction qu’ils espèrent avoir achevée avant la fin du premier semestre pour la soumettre à l’examen de autorités nationales et provinciales. De cette manière, se dessine ce qui pourrait être le premier grand projet routier avec participation public-privé (PPP) ou le projet « à la chilienne » que le gouvernement de Javier Milei a proposé de mettre en œuvre en Argentine dans le des mesures de réduction. Les dépenses actuelles se sont traduites par la paralysie de nombreux travaux d’infrastructure financés par des fonds nationaux.

Pestaña a réitéré qu’un projet d’investissement axé sur le corridor routier qui relie Salta au nord du Chili vise à remettre dans des conditions raisonnables les tronçons de la route 51 qui attendent d’être asphaltés depuis au moins 40 ans entre San Antonio de los Cobres et Sico.

L’idée, comme l’a exprimé le représentant de Capemisa, est née de la fatigue générée par tant d’annonces du début des travaux qui, pour une raison ou une autre, n’ont abouti qu’aujourd’hui. Parallèlement, les déplacements de véhicules augmentent dans le département de Los Andes, au rythme des projets miniers qui entrent en production, et de nombreuses unités de transport sont en panne ou impliquées dans des accidents de la route.

En raison de l’état de la route 51 et des autres routes de Puna, un trajet en camion depuis Salta coûte 3 000 dollars. Avec de meilleures routes, selon les estimations de l’industrie, cela coûterait 1 800 dollars américains. Les conditions de circulation se traduisent actuellement par un surcoût de 40 % dans les frais de transport qui déplacent les projets métallurgiques dans la région. Le retard des infrastructures routières et ferroviaires des Andes est l’une des plus grandes limitations auxquelles Salta est confrontée dans son transit vertigineux d’une province minière à l’autre.

Pestaña a souligné qu’en plus de l’initiative privée, qui comprendrait 78 kilomètres dans la zone d’Abra Chorrillos, le tronçon le plus compliqué de la route 51, la province aurait défini la construction du tronçon Cauchari-Pocitos. Il y aurait, au total, environ 110 kilomètres d’asphalte qui changeraient la logique actuelle de Puna en raison des complications que représente son infrastructure routière actuelle.

Le représentant de Capemisa a souligné que la proposition de participation public-privé cherche à rendre le parcours possible et non le tracé idéal qui n’arrive jamais faute de ressources budgétaires. Pestaña a insisté sur le fait qu’il n’y a pas de temps à attendre encore cinq, six ou sept ans pour un projet qui pourrait ne pas se réaliser. Dans cette logique, les travaux d’ingénierie de construction en cours ces jours-ci envisagent de paver le tracé actuel de la Route 51 avec des améliorations raisonnables qui changeraient la vie de ceux qui l’utilisent quotidiennement.

Le projet serait accompagné d’un système de péage dont la contribution serait payée par les entreprises qui utilisent le tracé pour leur activité commerciale et non par les populations des communautés. Ce système de péage serait établi non seulement en fonction de la construction des sections pavées, mais également en fonction de leur entretien nécessaire.

L’objectif serait étendu, dans des étapes ultérieures, à Tolar Grande (une ville accessible depuis Cauchari via la route provinciale 27) et au Salar del Hombre Muerto. L’idée est d’améliorer légèrement les routes et de bitumer progressivement les circuits. Les entreprises contribuant aux travaux récupéreraient l’investissement avec le péage, en plus de disposer, en tant qu’utilisateurs, de meilleurs itinéraires et de coûts de transport plus accessibles. Les communautés de Puna, sans payer de péages, bénéficieraient également de routes plus praticables et plus sûres.

-

PREV Camila Osorio a déjà une rivale pour les huitièmes de finale au Maroc. Qui est-elle et à quelle heure joue-t-elle ?
NEXT un événement de diffusion scientifique