analystes sur la crise communautaire

-

« Il y avait un secteur du Parti Vert, qui est probablement le plus de centre-droit, qui n’était pas d’accord avec le soutien apporté au président Gustavo Petro, qui est le produit du fait que la communauté n’a pas de idéologique clair. » .

C’est une des causes qui, selon le politologue Alejandro Echeverry, a conduit l’Alliance verte à faire face à une crise qui a laissé plusieurs militants en dehors du parti déjà une scission interne entre un côté pétriste et un autre qui s’oppose à jouer du côté du gouvernement.

Même si l’on parlait déjà dans la communauté de l’intention de certains militants de « se couvrir », c’est avec le scandale de corruption au sein de l’Unité Nationale de Gestion des Risques de Catastrophes, Ungrd, au milieu duquel certains « verts » de donner et de recevoir de l’argent favoriser les réformes de l’Exécutif, ce qui a provoqué des démissions et des refus de rester dans cette force politique.

Claudia López et Carlos Ramón González. | Photo: API

C’est ce qu’ont exprimé dans leurs lettres de démission les anciens maires Claudia López et Antanas Mockus, qui ont demandé que la direction du parti prenne des mesures contre le président du Sénat, Iván Name, et l’ancienne ministre régionale Sandra Ortiz, pour leur éventuelle relation avec le cadre.

Pour elle, « la figure de la scission est difficile, mais c’est ce qui correspond. Quelle douleur qu’un parti qui représentait le changement, l’espoir et les nouvelles formes politiques se termine ainsi, car je crois que la communauté est finie.»

SANDRA ORTIZ ET OLMEDO LÓPEZ | Photo: Haut Conseil des Régions

Echeverry, à son tour, indique qu’une partie de la responsabilité de ce qui se passe dans cette communauté est due à son directeur, Carlos Ramón González, nommé directeur du Département administratif de la présidence, Dapre, et aujourd’hui il est responsable du Département national de renseignement, DNI.

« Le directeur du parti a eu un impact très important, n’oublions pas qu’il fait partie du gouvernement, dans un poste très important et cela a également influencé le Parti Vert à avoir les problèmes qu’il a aujourd’hui. “C’est une crise généralisée”, constate-t-il.

Et Catalina Ortiz d’insister : « les ‘verts’ sont dans une période de corruption effrayante. Les gens honnêtes qui sont restés sont partis ou veulent partir. Bien sûr, c’est plus facile pour ceux qui n’ont pas de siège. »

« Responsabilité partagée »

Par ailleurs, le représentant à la Chambre de ce groupe, Duvalier Sánchez, indique qu’« il est impossible qu’il y ait des parlementaires qui profitent de la corruption sans que des fonctionnaires au plus haut niveau du gouvernement national le permettent, donc la responsabilité est partagée ».

Réunion de l’Alliance verte.
Réunion de l’Alliance verte. | Photo: Alliance verte

«Un parti peut avoir des nuances parmi ses membres, mais il existe déjà ici des différences programmatiques et de principe qui sont insurmontables. La seule chose dont je suis sûr, C’est que la démocratie se renforce avec des partis sérieux, cohérents, avec des agendas clairs, et tout cela est sur le point d’être construit dans le cadre des Verts.», a-t-il ajouté dans un communiqué publié sur son compte de réseau social X.

Dans le même temps, son collègue au Sénat Ariel Avila a demandé « l’expulsion immédiate de tous les dirigeants impliqués dans ces scandales de corruption, nous faisons spécifiquement référence à Sandra Ortiz et Iván Name. “Cette mesure est essentielle pour préserver la crédibilité et la légitimité du parti, ainsi que pour démontrer notre engagement en faveur de la transparence, de l’éthique et de la justice.”

D’un autre côté, les appels des députés « verts » continuent de se multiplier pour que Carlos Ramón González soit expulsé du gouvernement du président Gustavo Petro, en coordonnant prétendument la livraison de 4 milliards de dollars aux présidents du Sénat et de la Chambre des représentants.

-

PREV Séisme d’aujourd’hui, mardi 21 mai, épicentre et magnitude
NEXT Ils saisissent à Huila 1,4 milliard de dollars qui appartiendraient à des structures de trafic de drogue