«Je rêve que le Tango revienne sur les grandes scènes»

-

Ian Férioli Il fait partie de la nouvelle scène Tango à l’échelle nationale. Le samedi 6 juillet à 21h il se produira avec son orchestre à Santa Rosa, La Pampadans le CC Médasur. Son rêve aujourd’hui, à 24 ans, c’est que le Tango revienne sur les grandes scènes du pays.

Ian est né dans une petite ville du sud Cordoue, les Lions. Depuis 5 ans, il vit Ville de Buenos Aires, “dans la grande ville, à la recherche du rêve”.

Identitango C’est l’album qu’il présentera. Un répertoire qui embrasse le tango à différentes époques jusqu’à nos jours, avec des compositions de grandes références du tango contemporain comme Eladia Blázquez, Chico Novarro, Horacio Ferrer, Astor Piazzolla, Raul Garellodes classiques de notre musique citoyenne et des versions d’autres genres proches du tango, avec des arrangements originaux et un orchestre formé spécialement pour ce projet : Santiago Diaz Garcés à la guitare, arrangements et direction, Diana Ginzburg au piano, Florencia Amengual au bandonéon, Juan Ignacio De Abreu à la basse et Horacio Moreno à la batterie.

Un peu de sa vie La musique est pour lui un temps plein. “C’est la Passion, c’est la discipline”a-t-il déclaré lors d’un entretien avec #IAA, «à chacune de ses étapes : diffusion, production, répétition, composition, sortie à la recherche de nouveaux espaces pour jouer. C’est une grande réussite de pouvoir le faire.

Comment la musique est-elle entrée dans votre vie ?

—La musique m’a embrassé. Quand j’avais 4 ans, mon frère est mort. Je n’ai pas parlé pendant un moment. La musique m’a fait communiquer à nouveau. J’ai un moment marqué : en première année, en première école. Mon professeur de musique s’est mis à chanter «chanson pour ma mort« de Sui generis et ce fut une grande émotion pour moi… ces accords, ces paroles, ont été la force motrice qui m’a poussé à décider de chanter. Là, j’ai décidé d’embrasser la musique comme elle m’a embrassé et de marcher ensemble.

«En novembre de l’année dernière, nous avons fait un théâtre à Buenos Aires, mon premier théâtre dans la capitale, à 24 ans, c’était merveilleux.»

Comment êtes-vous entré dans le Tango ?

—C’est un souvenir que je chéris beaucoup. Tango était toujours à la maison. Mon père est un grand me’lonmao. Un jour, en jouant avec des disques, j’ai entendu un disque de Roberto Goyenehce et mon sentiment était “Je ne sais pas ce que c’est, mais je veux le faire”. Surtout avec une chanson – qui est au répertoire et que nous allons chanter à Santa Rosa – : «oranger en fleur«. Je me souviens des paroles. Le même jour j’ai découvert un autre sujet Méné de châtaignier «Gorge avec du sable» -que nous allons le faire aussi-, que je découvre ce que je voulais faire de ma vie.

Qu’est-ce qui vous captive dans le Tango ?

— Musicalement, nous avons un répertoire de Tango merveilleux et inoxydable. Tous les grands orchestres et solistes du monde ont le tango à leur répertoire. De grands solistes du monde ont enregistré Tango. Travaux en inox : Piazzolla, Gardel. Une musique qui décrit grandement notre paysage, notre façon de vivre, et qui continue de nous passionner. C’est l’une des grandes choses de ce genre.

Et comment est la scène Tango aujourd’hui en Argentine ?

— Le tango dans le monde est un genre super reconnu. Il existe de grands festivals en Europe et en Asie, mais en Argentine, ils ont perdu du terrain. Il n’est pas présent dans le Fête du soleilni dans Cosquin, c’est quelque chose qui doit arriver, une révolution de la part des producteurs, des danseurs, des chanteurs. Une rénovation est nécessaire. Des lettres qui décrivent notre situation actuelle, de nouveaux paysages.

Une chanson? Au revoir Noninode Piazzolla, une chanson moderne qui décrit musicalement et lyriquement l’Argentine. Encore un qui m’a beaucoup marqué de la boue peut-êtrede Spinette. J’ai beaucoup écouté ces derniers temps. Tout changede Merecdes Sosa une chanson qui aujourd’hui me fait réfléchir et réfléchir.

Un artiste? Rubén Juarez, Roberto Goyeneche, Astor Piazzola, Rodolfo Mederos, Mercedes Sosa, Charly García, Víctor Jara, Violeta Parra. Tous les artistes de musique populaire latino-américaine.

Le samedi 6 juillet, il sera présenté à Santa Rosaaccompagné de son orchestre dans le cadre d’une tournée à travers le pays. «Je suis né dans une petite ville… pour moi, c’est une expérience très particulière de voyager à l’intérieur du pays. Rencontrez de nouvelles personnes, de nouveaux publics, de nouvelles expériences. Ce sera ma première présentation à La Pampa. “Ce sera un spectacle avec beaucoup d’émotion et beaucoup de dévouement, je suis sûr que vous ne le regretterez pas.”

Présentation d’Identitango, par Ian Ferioli. 6 juillet, 21h au CC Medasur. Billets en vente à Passline

*****

Ce contenu est possible grâce au soutien de nos lecteurs et sponsors. Partagez cette note, donnez votre avis et faites-en la publicité sur notre site Internet, pour promouvoir le journalisme différent dans la région : Contact et publicité

-