Breaking news
Narcissa Hirsch. Expérience et poésie -

La Biennale d’humour politique de La Havane, au service du Parti communiste de Cuba

La Biennale d’humour politique de La Havane, au service du Parti communiste de Cuba
La Biennale d’humour politique de La Havane, au service du Parti communiste de Cuba
-

Havana/Avec Milei, Netanyahu, Hitler, la CIA, Trump et d’autres « suspects habituels », en plus d’un bon nombre de lieux communs – croix gammées, missiles, Mickey Mouse –, les caricaturistes qui aspiraient à participer au premier Humour Politique de La Havane. Les limites de l’adjectif ont été fixées ce vendredi par le caricaturiste et conservateur culturel Arístides Hernández, Arès: L’événement aspire à la « pluralité des discours », pour autant que personne n’offense les dirigeants – historiques ou actuels – de la Révolution.

“Dans les pays islamiques, il est impossible de caricaturer le prophète Mahomet et, dans le cas de Cuba, il y a des limites à l’humour par rapport aux personnages historiques de la révolution. Ce type de satire n’apparaît pas dans les médias d’ici et à l’étranger, le cas de l’Espagne, avec les rois », a affirmé Hernández.

Le caricaturiste Alen Lauzán, exilé au Chili et l’un des caricaturistes cubains les plus reconnus du moment, est entièrement d’accord avec Arès. « Les islamistes n’appelleraient jamais à un festival de l’humour sur Mahomet ; Dans le Cuba d’aujourd’hui, on ne pourrait pas non plus faire une autre satire de Fidel Castro, de la Révolution. Ce qui se passe, c’est qu’à ma connaissance, nous, Cubains, ne sommes pas musulmans, Fidel n’était pas non plus un prophète et la révolution n’est pas non plus une religion », ironise-t-il.

De nombreux ouvrages font la satire de personnalités politiques comme Javier Miley, Benjamin Netanyahu ou Donald Trump, les suspects habituels du régime.
/ 14 ansmoyen

Selon Lauzán, l’un des rédacteurs de la revue Mazzantini – référence à l’humour graphique des exilés cubains –, « l’humour ne doit pas avoir de limites, seulement celles que chaque comédien crée, selon ses valeurs morales et politiques, et non celles imposées par les gouvernements et les institutions. A partir de là, que ce soit bon ou mauvais, correct ou profane, c’est autre chose. Même la pire humeur a son public.

Hernández, pour sa part, avait raison de situer la tolérance pour l’humour critique à Cuba au niveau des pays musulmans comme l’Iran, mais il avait tort de citer l’Espagne, où les artistes ont carte blanche pour ridiculiser aussi bien la famille royale que le gouvernement et son opposition. .

Dans tout le monde libre, estime Lauzán, « des salons, des biennales, des concours d’humour et de satire politique ont été organisés, mais bien sûr, toujours dans l’intérêt de ce que les organisateurs de ces événements considèrent comme pratique et/ou politiquement correct ». Mais contrairement à Cuba, une exposition peut également être organisée sans demander l’autorisation de l’État sur les sujets à aborder ou sur les comédiens autorisés à participer.

Malgré les restrictions de la biennale, l’humour graphique réalisé par les auteurs cubains connaît une boom et Lauzán, avec le groupe de Mazzantini, est l’un des responsables. Sa revue « de taureaux, chivas et tarruces, de souches et de croisements » et le projet biennal, « plus qu’incomparables, sont incompatibles ».

« Ils n’ont rien à voir les uns avec les autres car ils ont des conceptions différentes de la création et des manières d’interpréter la liberté, non seulement d’expression, mais aussi de créativité. L’un est régi par ce que le Département idéologique du parti unique impose à tous les médias et l’autre par ce que chaque éditeur considère comme étant la politique éditoriale de chaque publication », explique-t-il à 14 ansmoyen.

“Pour autant que je sache, les Cubains ne sont ni musulmans, ni Fidel n’était un prophète, et la révolution n’est pas non plus une religion”

Dans la biennale, conclut-il, « les commandements sacrés du PCC (Parti Coraniste de Cuba) règnent », mais Mazzantini « Elle est régie par un autre concept : contre tout ce qui est contre la force dirigeante supérieure de la société et de l’État. »

Ce samedi, seuls deux touristes ont visité la Gallery située sur la 23e et la 12e rue, l’un des lieux de la biennale. Les dirigeants internationaux que la presse officielle identifie comme ennemis ont été répétés dans chaque vignette, mais pas les dirigeants locaux ni les alliés.

Au sein des chaînes thématiques strictes de la biennale, le jury n’a pu récompenser que des œuvres sur des thèmes communs, comme la critique de la télévision, la faim et l’argent. Les ennemis déclarés de cet « espace diversifié » : les gouvernements « d’extrême droite », qui « réécrivent l’histoire » et promeuvent le « néo-fascisme », un sac qui comprend le président argentin et le premier ministre israélien.

Quelque 46 dessinateurs de 22 pays – dont le Venezuela, la Russie, la Chine, l’Iran, la Turquie et la Syrie, pays avec très peu ou pas de liberté d’expression – ont participé à la biennale, convoquée par le ministère de la Culture, dont le chef, Alpidio Alonso, a été lors de la présentation ce vendredi. D’autres espaces du Vedado – comme le cinéma Riviera – projettent des « classiques contre le fascisme » comme Le fusil de chasse nationalde l’espagnol Luis García Berlanga, ou Le grand dictateurpar Charles Chaplin.

Le ministère de la Culture aspire à ce que La Havane devienne, jusqu’au 28 juin, la « capitale mondiale de l’humour politique ». Mais cela a fini par créer un monde inoffensif pour les dirigeants cubains. Une trêve idéologique qui, après le fléau de plus de 40 numéros de Mazzantiniils en ont certainement besoin.

-