Ce qui manquait est arrivé à Santiago : des salves d’artillerie pour le navire-école de la marine vénézuélienne

Ce qui manquait est arrivé à Santiago : des salves d’artillerie pour le navire-école de la marine vénézuélienne
Ce qui manquait est arrivé à Santiago : des salves d’artillerie pour le navire-école de la marine vénézuélienne
-

Le navire-école Simón Bolívar de la Marine vénézuélienne est arrivé ce samedi à Santiago de Cubaoù il a été reçu par 21 salutations d’artillerie, a publié le journal officiel grand-mère.

Le navire a accosté au terminal de croisière de Puerto Guillermón Moncada, ville qu’il visite pour la troisième fois, où il a été reçu par les chefs de l’état-major général de la région militaire, de la Marine révolutionnaire, du personnel de l’ambassade du Venezuela et du gouverneur. . de la province, Manuel Falcón Hernández.

L’ambassadeur du Venezuela à Cuba, Orlando Miguel Maneiro Gaspar, a accueilli les 173 membres de l’équipage du Simón Bolívar. Le capitaine Ronal Briseño Huerta a exprimé “la joie qu’éprouvent les officiers, sergents, cadets et marins” de se trouver dans la capitale Santiago, où ils réaliseront plusieurs activités indéterminées.

L’organe du Parti communiste a présenté la visite du navire comme un exemple de « renforcement des relations étroites et historiques » entre Caracas et La Havane et de « collaboration élevée aux plus hauts niveaux » pour « l’intégration des pays d’Amérique latine et du Caraïbes”.

Selon le portail officiel Cubadébatavant d’arriver à Santiago de Cuba, le navire était à Saint-Vincent-et-les Grenadines, en République Dominicaine, au Honduras et au Mexique, et après son départ de Cuba, il arrivera à Santa Marta (Colombie) et Willemstad (Curaçao) pour terminer le voyage en le port vénézuélien de La Guaira, le 13 juillet prochain.

La population pourra visiter le Simón Bolívar les 16, 17 et 18 juin de 10h00 à 18h00.

Des navires de Russie, du Canada, des États-Unis et maintenant celui-ci du Venezuela coïncident ce week-end sur l’île au milieu d’une controverse.

Un sous-marin de la Marine États Unis arrivé à la base navale de Guantanamo, Cubadans une démonstration de force, quelques heures après que la Russie a déployé à La Havane une flottille de combat comprenant un sous-marin à propulsion nucléaire et une frégate capable d’emporter des missiles hypersoniques.

L’escale du navire américain fait partie d’une “visite de routine au port”alors que le sous-marin traverse la région du Commandement Sud, a indiqué le commandement militaire régional en https://twitter.com/Southcom/status/1801286834242326877 sur ses réseaux sociaux, dans lequel il précisait que “la localisation et le transit du navire étaient planifiés à l’avance”.

Le vendredi 15 juin, le vice-ministre des Affaires étrangères de Cuba, Carlos Fernández de Cossío, a offert au réaction officielle à la arrivée du sous-marin américainune “visite indésirable” signalée par Washington à La Havane.

“Nous connaissions sa présence, car selon les procédures que nous suivons depuis des années, Les États-Unis nous ont informés à l’avance“, a déclaré le responsable dans des déclarations à la journaliste Arleen Rodríguez Derivet recueillies par le portail officiel Cubadébat.

“Mais, Évidemment, nous n’aimons pas la présence sur notre territoire et de passage dans nos eaux d’un environnement de cette nature.appartenant à une puissance qui maintient une politique officielle et pratique hostile à (le régime de) Cuba”, a déclaré le responsable du ministère des Affaires étrangères.

D’autres navires américains ont également suivi et surveillé des exercices russes qui, selon les responsables du Pentagone, ne constituent pas une menace pour les États-Unis.

Le vendredi 14 juin au matin, Navire de patrouille de la Marine canadienne NCSM Marguerite Brooke braquage aussi dans la baie de La Havaneà proximité de l’endroit où se trouve la flottille militaire russe.

Le Commandement des opérations interarmées du Canada a qualifié l’arrivée du Margaret Brooke à Cuba de « visite portuaire (…) en reconnaissance de la relation bilatérale de longue date entre le Canada et Cuba ».

Pour sa part, La Marine révolutionnaire l’a défini comme une visite qui « met en valeur la collaboration bilatérale pour contribuer à la paix dans notre région ».

Le patrouilleur canadien, arrivé à Cuba après avoir passé plusieurs jours à Key West, en Floride, sera à La Havane jusqu’au 17 juin, jour même où doit partir la flottille russe, vraisemblablement à destination du Venezuela.

-