La nouvelle loi sur l’immigration supprime la limite de 24 mois à l’étranger pour résider à Cuba

La nouvelle loi sur l’immigration supprime la limite de 24 mois à l’étranger pour résider à Cuba
La nouvelle loi sur l’immigration supprime la limite de 24 mois à l’étranger pour résider à Cuba
-

La future loi sur l’immigration, dont l’approbation par le parlement cubain est prévue pour cette année, promet de répondre à un désir de longue date des Cubains : supprimer la limite de 24 mois de séjour à l’étranger pour résider sur l’île.

Même si cette limite est actuellement « gelée » grâce à un moratoire en vigueur depuis la pandémie, la nouvelle loi – publiée ce lundi par l’Assemblée nationale en préalable à son soutien parlementaire – se chargerait de lui donner le coup de grâce.

La nouvelle norme, qui apparaît même comme projet législatif, introduit le concept de « résidence d’immigration effective » et cherche à offrir « des solutions d’immigration qui contribuent à l’insertion des Cubains dans le nouveau modèle économique ».

Selon le texte, de 65 pages et publié avec le projet de Loi sur l’Immigration, « le temps de séjour de 24 mois à l’étranger et la désignation de migrant pour cette raison sont supprimés, sur la base de la nouvelle définition de résidence effective d’immigration ».

Dans sa justification, il souligne que, conformément aux « meilleures pratiques internationales », il accorde « un traitement aux Cubains lorsqu’ils se trouvent sur le territoire national, similaire à celui des résidents cubains, sauf dans les aspects que la loi établit autrement. »

En outre, dans son article premier, la nouvelle loi fixe comme objectif « de réguler le processus migratoire cubain, dans une condition systémique de développement », tout en affirmant qu’elle vise à « réaliser une migration régulière, ordonnée et sûre, conformément aux établi dans la Constitution. »

voir plus

Résidence d’immigration effective et étrangers

Concernant le concept de « résidence d’immigration effective », le projet publié explique qu’il s’agit de « la condition atteinte par les citoyens cubains et les étrangers résidents, lorsqu’ils restent au cours de chaque année civile, avant la date à laquelle la majorité est certifiée de son temps. sur le territoire national. »

Cela pourrait également être réalisé « grâce à une combinaison d’une période de permanence et d’autres preuves matérielles démontrant les racines dans le pays ».

Sur la base de ce qui précède, la législation établit que les Cubains peuvent résider sur le territoire national – qui à leur tour peuvent être des résidents effectifs ou temporaires – ou à l’étranger. Chaque catégorie a ses particularités et prérogatives, réglementées par la loi.

De même, la loi établit les catégories et classifications d’immigration des étrangers, tout en expliquant que ceux qui sont nés sur l’île et qui renoncent à la citoyenneté cubaine, une fois cette renonciation approuvée, seront « considérés comme des étrangers et, par conséquent, seront soumis aux dispositions établies dans cette loi, à l’Immigration ». Loi et ses règlements respectifs.

Ceux qui le font « ne peuvent pas s’identifier Cuba en tant que citoyens cubains, et aux fins d’entrée et de sortie du pays, ils sont soumis à la présentation du passeport étranger correspondant, à l’obligation de visa et aux documents de voyage correspondants.

La norme établit également les droits d’immigration des citoyens cubains et des étrangers, réglemente les procédures, le passeport et les conditions d’entrée et de sortie du territoire national.

En outre, il comprend un titre consacré à la traite des êtres humains et au trafic de migrants, ainsi qu’un autre sur les mesures et sanctions en matière d’immigration.

Les lois sur la migration, l’immigration et la citoyenneté parmi celles qui doivent être approuvées en 2024

voir plus

Publication pour consultation

Le projet de loi sur les migrations et la loi sur l’immigration ont été publiés ce lundi sur le site Internet de l’Assemblée nationale « dans le but de promouvoir la participation citoyenne et de contribuer à la culture juridique », selon les médias officiels.

“À cette fin, le corps législatif a inclus les textes des deux projets sur son site officiel, ainsi que deux courriers électroniques à travers lesquels les parties intéressées peuvent exprimer des critères et des suggestions sur ces sujets”, rapporte Cubadébat.

Auparavant, l’Assemblée a également publié récemment les projets de loi sur la transparence et l’accès à l’information publique, la procédure administrative et le système de titres honorifiques et de décorations de la République de Cuba.

“Ces propositions législatives seront soumises à l’analyse et à la discussion des députés, en vue de leur présentation dans les délais au Parlement cubain”, conclut l’information officielle.

Au cours des années précédentes, les autorités cubaines ont fait de même avec d’autres lois déjà approuvées, bien qu’il ne soit pas clair dans tous les cas quels retours ont été reçus de la population et dans quelle mesure les suggestions et commentaires reçus ont été pris en compte dans le texte final.

-