Chronique de Judas Priest + Saxon + Uriah Heep à Madrid : Un héritage vivant qui a enveloppé la ville du métal

-

C’était une sensation qu’on n’avait pas ressentie à Madrid depuis longtemps et je suis sûr que pour beaucoup de ceux qui l’ont vécue avec moi, elle rappellera des souvenirs d’une autre époque, d’un autre Madrid… Le heavy metal, son attitude, son son esprit, sa philosophie, tout ce qui entoure ce monde fascinant, ont envahi les rues d’un quartier qui avait autrefois une tradition rock comme Carabanchel. Lors du transfert de la ligne 10 à la station 5 du métro Alonso Martínez en direction de Vistalegre, à chaque arrêt, la voiture était remplie de plus en plus de t-shirts de Saxon, Iron Maiden, Black Sabbath ou Judas Priest. Comme à l’époque où, sur le chemin de la gare de Begoña, où se trouvait le pavillon, des gens du heavy metal remplissaient les wagons pour aller voir Scorpions, Obús, Rainbow ou Queen. Il ne manquait plus que les litres de bière et un certain arôme de cannabis.

Judas Priest

Maintenant, sûrement avec une moyenne d’âge beaucoup plus élevée, beaucoup d’entre eux avec leurs fils et filles, plus calmes en général -Le combat que nous avons eu dans ces années-là dans le métro était légendaire, même si ce n’est plus que de l’histoire- mais avec l’étincelle dans les yeux de l’excitation de vivre un concert de pur heavy metal avec trois noms qui sont la marque absolue du genre.

Devant un Palais Vistalegre qui n’était pas encore plein – à sept heures de l’après-midi, beaucoup de gens seraient sûrement encore en train de quitter le travail, n’oublions pas que ce concert a eu lieu un lundi- Cette formidable soirée a commencé au cours de laquelle ils ont ouvert le feu Uriah Heep. En plus d’avoir toujours été un grand fan de ce groupe historique et d’avoir pu les voir à de nombreuses reprises, faisant toujours de magnifiques concerts, j’avais hâte de revoir le groupe après l’annulation de leur tournée 2022. Encore une fois, ils l’ont fait. pas décevoir.

Uriah Heep

Comme toujours, et grâce au professionnalisme dont ils font preuve depuis des décennies, les Britanniques ont offert un superbe concert, trop court à mon goût. – seulement 45 minutes- dans lequel ils ont combiné des chansons de leur album de 2023, « Chaos & Color », avec les incontournables classiques de leurs années les plus populaires de la première moitié des années 70. Parmi les premiers, et provoquant une réponse extrêmement enthousiaste du public, il a brillé avec. sa propre lumière au début du show « Save Me Tonight », ainsi que « Hurricane », qui depuis que je l’ai entendu pour la première fois sur disque je me suis dit qu’il était destiné à être l’un des incontournables du set de le mouton.

Une version très puissante et aguerrie de « Free and Easy », de leur album « Innocent Victim », de 1977, m’a parfois fait penser qu’ils jouaient « Easy Livin’ » de manière plus accélérée, mais cette superbe chanson viendrait évidemment à la fin. Avant, Bernie Shaw affirmait Mick Box comme une légende vivante de l’histoire de la bonne musique, sans étiquettes, ils nous ont offert deux formidables versions de « Gypsy » et « July Morning » avant d’arriver au final, cette fois, avec « Easy Livin’ ». »

Uriah Heep

L’ensemble du groupe est en excellente forme, Bernie Shaw a une voix impeccable et, malgré ses 76 ans, Mick Box continue de dégager de l’énergie, de l’enthousiasme, de la force et de la vitalité. La seule chose qui m’a manqué, c’est qu’ils n’ont pas joué « Stealin’ », mon préféré de tous les temps d’Uriah Heep, qui serait sûrement tombé s’ils avaient eu plus de temps.

Tout ce qui a été dit sur Uriah Heep mérite d’être répété sur la performance sensationnelle de Saxon. C’est, sans aucun doute, l’un des groupes que j’ai vu le plus souvent en live dans le domaine du heavy metal, tant au niveau de l’État espagnol que dans d’innombrables festivals européens, du Wacken au Swedish Rock en passant par Bang Your Head, Grasspop ou Gods Of Metal, et ils n’ont jamais, absolument jamais donné une mauvaise performance.

saxon

Formation emblématique s’il en est du heavy metal, ils ont accumulé tout au long de leur carrière une série de chansons qui sont des hymnes pour leurs fans et qu’ils ont également combinés dans ce concert avec l’album mis en vente en février dernier, ‘Hell, Fire & Damnation ‘, étant précisément la chanson titre de ce nouvel album qui a ouvert son téléchargement.

Avec une salle presque pleine, de vrais succès comme « Motorcycle Man » -brutal!- “Power & The Glory” ou “Crusader” ont suscité de formidables ovations, à ne pas manquer “Madame Guillotine”, qui vient de sortir comme le nouveau single de “Hell, Fire & Damnation”.

Il convient de souligner le rôle magnifique joué dans ce line-up saxon par le guitariste de Diamond Head Brian Tatler, qui remplace Paul Quinn, mais qui bien qu’il reste sur scène dans un cadre discret, apporte musicalement beaucoup au groupe et renforce considérablement sa solidité.

saxon

“Crusader” sonnait sensationnel, “Denim & Leather” et “Wheels Of Steel” étaient tout simplement dévastateurs, et pour mettre la cerise sur le gâteau, “And The Bands Played On” et “Princess Of The Night”. Comme dans le cas d’Uriah Heep, il ne me manquait qu’une seule chanson : « Strong Arm Of The Law ». La prochaine fois, ne le manquez pas. OK, Biff ?

Judas Priest

A 21h30 exactement et après l’intro habituelle de « War Pigs » de Black Sabbath, un Vistalegre déjà plein à craquer a éclaté dans une ovation assourdissante lorsque les lumières se sont éteintes et Judas Priest Ils sont montés sur scène en attaquant pour ouvrir avec une « Panic Attack » dévastatrice.

Je dois dire en tout cas que sur ce premier morceau j’ai remarqué des problèmes de son, plus particulièrement de prise de son de la batterie. Scott Travis étant, du moins à mon avis, le meilleur batteur du monde du heavy metal depuis que Cozy Powell et John Bonham nous ont quittés pour toujours, le fait que son instrument ne sonne pas avec la qualité et la clarté requises est quelque chose qui doit être pris en compte. le Il le faut, mais il faut aussi dire que ces carences ont été rapidement résolues. Dans « You’ve Got Another Thing Comin’ », la deuxième chanson de la soirée, tout sonnait comme il se doit.

Judas Priest

Le rythme du concert était rapide dès le premier instant. Le groupe a voulu préciser que les graves problèmes de santé dont Rob Halford et Richie Faulkner ont récemment souffert n’ont en rien diminué leurs capacités, et plus particulièrement dans le cas du guitariste, j’ai été très frappé par la façon dont il a gagné en notoriété. et même un niveau de leadership important au sein de Judas Priest. Sur scène, il est de loin le plus dynamique du groupe, les projecteurs le suivent à chaque instant, et musicalement, une grande partie du poids du concert retombe sur ses épaules.

Judas Priest

L’ensemble du groupe apparaît fort, compact, solide, avec la voix de Rob Halford d’un très bon niveau, même s’il lui est évidemment difficile d’atteindre certaines notes, et pour qu’il n’y ait aucune place au doute, pratiquement liés les uns aux autres, ils sonnaient “Rapid Fire”, “Breaking The Law” et “Riding On The Wind”.

Il convient de noter que Judas Priest était le seul groupe à l’affiche à disposer d’un grand écran LED derrière la scène sur lequel étaient projetées des images très significatives, comme celles des émeutes et des affrontements avec la police de nombreux jeunes en Angleterre. les pires années de Le « thatchérisme »en plus d’autres montages qui ont donné beaucoup de couleur à un spectacle avec un magnifique design d’éclairage, avec l’immense trident symbole du groupe situé comme un canon de lumière au sommet de la scène.

“Love Bites” lève un peu le pied de l’accélérateur avant d’ajouter plus d’intensité au concert avec un autre des nouveaux, “Gates Of Hell”, et “Devil’s Child”, une des chansons de ce concert dans lequel nous allons pour entendre Rob Halford plus dévoué et tirer ses cordes vocales plus haut.

La seconde moitié du show aura une partie un peu plus équilibrée, avec des chansons moins directes, mais dans lesquelles le groupe montre davantage son côté en quelque sorte, disons progressif, comme “Sinner” avant de se remettre sur pied. et headbanger à tout Vistalegre avec « Turbo Lover ».

L’heure est désormais à l’introspection. Rob Halford est assis sur l’un des amplificateurs et de manière presque confidentielle, comme s’il parlait à un groupe d’amis devant la cheminée de sa maison un jour d’hiver, et commence à parler au public des débuts de la musique heavy était le metal, Black Sabbath, ses premières années à Birmingham, il se souvient de divers albums du groupe et se lève enfin pour l’annoncer. « Bouclier invincible »que le groupe attaque à pleine puissance.

On entre dans la dernière ligne droite et après un retour vers son côté plus prog avec « Victim Of Changes » –un des meilleurs de la soirée à mon goût- et « The Green Manalishi », on entre dans la cataracte finale, en remettant toute la viande sur le grill et en faisant monter la température émotionnelle du concert brûlant avec « Painkiller », déjà dans les rappels « The Hellion / Electric Eye », le entrée triomphale de la moto dans « Hell Bent For Leather » et, dans une apothéose absolue, un « Living After Midnight » prolongé de quelques minutes et avec tout Vistalegre le chantant à pleins poumons.

Judas Priest

Sous la légende affichée sur les LED, « Le prêtre sera de retour ! », le groupe distribue des médiators et des baguettes aux premiers rangs et dit au revoir. Lumières allumées, le rêve est terminé. La grande marée heavy metal, satisfaite du spectacle magnifique dont elle a été témoin et vécue, se dirige vers les vomitoires à la sortie de la salle et, de là, vers le métro.

Les trois groupes ont donné leur meilleure version, tous les trois ont fait un effort pour que le public s’amuse, qui à son tour a tout donné pour que l’énergie ne cesse de couler, et le sentiment général était celui d’une grande satisfaction d’avoir apprécié une fois de plus trois des groupes qui ont beaucoup à voir avec le fait que le heavy metal, malgré ses critiques et détracteurs, était une musique qui a changé le rock et qui a laissé un héritage qui reste vivant dans le cœur de ceux qui continuent de vibrer en écoutant « Easy Livin ‘», «Heavy Metal Thunder» ou encore «You’ve Got Another Thing Coming». Une nuit inoubliable.

Redaction
Redaction

Dernières entrées éditoriales (voir tout)

-

NEXT Ozzy Osbourne suspend sa prochaine comparution. Vidéo pour CRADLE OF FILTH au Hellfest. Unirock.