L’Espagne n’est plus la gardienne de la « meilleure cage du monde »

L’Espagne n’est plus la gardienne de la « meilleure cage du monde »
L’Espagne n’est plus la gardienne de la « meilleure cage du monde »
-

Il était 18h53 samedi le long du méridien de Greenwich lorsqu’un bruit semblable à celui d’une brindille qui se brise a été entendu à travers la planète. C’était le son de l’os poétique des saints tiki-taka hypersensibles qui se brisaient. Après 16 ans et une légion de nouveaux loucheurs, l’Espagne sort d’un match officiel (mon clavier s’est coincé, mais je me suis forcé à être fort) vaincue en possession du ballon. En possession et, malheur de tous les malheurs, dans la passe. Quatre de ces choses sacro-saintes arrachées sans pitié à l’alphabet des pseudoguardiolistas en une maigre heure et demie, plus précisément la 137e heure et demie (plus éventuelle prolongation) jouée par l’équipe espagnole depuis la finale de l’Euro 2008. maturité rétroen contre-attaque, qui consistait en du tiki-taka comme du porc pour les Juifs.

Les lecteurs sont la force et la vie du journal.

La contribution de PÚBLICO à la vie démocratique et civique du pays réside dans la force de la relation qu’il établit avec ses lecteurs. Pour continuer à lire cet article, abonnez-vous à PÚBLICO en nous appelant au 808 200 095 ou envoyez-nous un e-mail pour les abonnements .online@publico. place

-

NEXT Premières impressions et tests du Motorola Edge 50 Fusion