La gouverneure de la RBA, Michele Bullock, aux prises avec le rythme futur de la désinflation, doit maintenant avertir que les taux pourraient à nouveau augmenter

La gouverneure de la RBA, Michele Bullock, aux prises avec le rythme futur de la désinflation, doit maintenant avertir que les taux pourraient à nouveau augmenter
La gouverneure de la RBA, Michele Bullock, aux prises avec le rythme futur de la désinflation, doit maintenant avertir que les taux pourraient à nouveau augmenter
-

Intellectuellement, il existe des arguments en faveur d’une augmentation immédiate du taux en espèces de 4,35 pour cent lorsque le conseil d’administration de la RBA se réunira lundi et mardi prochains.

La mesure privilégiée par la banque de l’inflation sous-jacente annuelle était de 4 pour cent pour le trimestre de mars, soit plus que les 3,8 pour cent environ attendus. Ce n’est pas un énorme raté, mais ce n’est pas non plus insignifiant d’un point de vue statistique.

Une action immédiate est peu probable

La gouverneure Michele Bullock est en train de peaufiner sa politique monétaire et il existe un argument pour que la RBA souscrive davantage d’assurance pour débarrasser l’économie d’une inflation tenace.

Mais il est peu probable que le conseil d’administration de la RBA agisse immédiatement. Au lieu de cela, le conseil d’administration devrait s’accrocher à son discours selon lequel un ralentissement de l’économie ramènera progressivement l’inflation vers le point médian de son objectif de 2 à 3 pour cent.

Cependant, le calendrier pour atteindre l’objectif d’inflation est désormais plus incertain et occupera l’esprit de Bullock et des neuf membres du conseil d’administration.

La question clé à laquelle ils seront confrontés est la suivante : quel sera le rythme futur de la désinflation ?

Curieusement, la RBA sera contrainte de revoir à la hausse ses prévisions d’inflation.

L’inflation globale augmentera plus que prévu au cours du trimestre de juin en cours en raison de la hausse des prix du pétrole, même si la RBA ignorera ce bond temporaire et se concentrera sur l’inflation sous-jacente.

Plus inquiétant encore, la banque aura du mal à maintenir sa prévision de février selon laquelle l’inflation se ralentirait à 2,8 % d’ici décembre 2025 et à 2,6 % d’ici juin 2026.

Tout nouveau dérapage dans ce délai risquerait de faire augmenter les anticipations d’inflation et d’éroder la crédibilité de la banque dans la lutte contre l’inflation, qui est déjà mise à rude épreuve par rapport à d’autres banques centrales qui ont augmenté les taux d’intérêt de manière plus agressive.

Après avoir adopté il y a six semaines une position globalement neutre quant à la prochaine hausse ou baisse des taux d’intérêt, Bullock devra mardi mettre en garde sévèrement contre le potentiel très réel d’un nouveau resserrement de la politique monétaire.

L’inflation s’avère généralisée dans les loyers, les assurances, les services financiers ainsi que l’éducation et la santé dirigées par le gouvernement.

Inflation locale

L’inflation est indéniablement d’origine locale, avec une inflation générée au niveau national (biens non échangeables) atteignant un taux élevé de 5 pour cent, contre 1 pour cent pour l’inflation importée (biens échangeables).

Même s’il existe habituellement un écart entre les deux mesures, il est désormais plus important que la normale.

L’inflation des services dans les secteurs à forte intensité de main-d’œuvre s’avère persistante, comme on s’y attendait largement.

Il est décevant de constater que moins de progrès que prévu ont été réalisés en matière de désinflation des biens après les gains faciles en matière d’allégement des prix grâce au déblocage des chaînes d’approvisionnement obstruées.

La demande globale des consommateurs, des entreprises et des gouvernements dépasse la capacité de l’économie à fournir des biens et des services à des prix durables.

Cependant, l’écart entre l’offre et la demande se réduit. Les taux d’intérêt, la dérive des tranches d’imposition et les pressions liées au coût de la vie pèsent sur les ménages.

Dans l’autre sens, à partir de juillet, il y aura plus de 20 milliards de dollars de réductions annuelles d’impôts sur le revenu, une nouvelle augmentation du salaire minimum et des primes et le revenu disponible des ménages deviendra positif.

Pour éviter d’augmenter les taux d’intérêt, la RBA espère que la récente croissance économique inférieure à la normale et la diminution des dépenses par personne finiront par atténuer les pressions sur les prix.

Dans ce scénario de verre à moitié plein, une activité économique atone se traduira par un marché du travail plus faible, qui se révèle jusqu’à présent remarquablement résilient avec un taux de chômage de seulement 3,8 pour cent, contre une prévision implicite de la RBA de 4 pour cent.

Des leçons mais des différences avec les États-Unis

À l’échelle mondiale, une reprise de l’inflation aux États-Unis obligera la RBA à se demander dans quelle mesure la leçon américaine est applicable en Australie. Les États-Unis sont-ils uniques ou s’agit-il d’un avertissement dont l’Australie doit tenir compte et anticiper ?

Les leçons américaines ne peuvent être ignorées, mais les faits suggèrent que l’Australie pourrait être un peu différente.

Les dépenses de consommation américaines sont restées incroyablement robustes, stimulées par l’énorme déficit budgétaire de plus de 6 pour cent du PIB qui stocke artificiellement la demande.

La plupart des emprunteurs immobiliers américains ont des prêts hypothécaires à taux fixe sur 30 ans. En Australie, les consommateurs endettés, frappés par de fortes variations des taux variables des prêts immobiliers, ont réduit leurs dépenses discrétionnaires.

Les politiques budgétaires du gouvernement fédéral et des États, même si elles ne sont pas restrictives comme elles devraient l’être, ne sont pas aussi prodigieuses que celles des États-Unis, qui connaissent un déficit budgétaire attendu seulement en cas de profonde récession.

Néanmoins, à moins que l’économie locale ne s’affaiblisse davantage et que l’inflation ne montre des signes tangibles de retour à l’objectif, la politique monétaire intérieure pourrait ne pas être suffisamment stricte pour ramener l’inflation à 2,5 pour cent.

Le risque, comme l’a prévenu Jonathan Kearns, ancien responsable de la RBA et aujourd’hui économiste en chef de Challenger, est que l’inflation reste « bloquée » dans la fourchette inconfortable de 3 à 3,5 %, soutenue par de solides augmentations de salaires et une faible productivité du travail.

Kearns est dans le camp des taux plus élevés et plus longs depuis un certain temps, aux côtés de Warwick McKibbin, ancien membre du conseil d’administration de la RBA, et de Warren Hogan de Judo Bank, qui ont tous deux averti que le taux au comptant pourrait devoir augmenter plusieurs fois encore pour atteindre environ 5 pour cent.

Le conseil d’administration de la RBA sera réticent à paralyser le marché financier et le gouvernement albanais en augmentant les taux juste avant le budget fédéral du 14 mai.

Les critiques qui font vigoureusement campagne contre de nouvelles hausses de taux sont en grande partie les mêmes qui ont averti que la hausse des taux de novembre dernier était inutile.

Le fort résultat d’inflation du trimestre de mars suivant leur a laissé des œufs sur le visage et suggère qu’ils avaient tort à ce moment-là. Leurs dernières protestations doivent donc être traitées avec circonspection.

Il est certain que le conseil d’administration de la RBA sera réticent à paralyser le marché financier et le gouvernement albanais en augmentant les taux la semaine prochaine, juste avant le budget fédéral du 14 mai.

Le conseil d’administration de la RBA est perçu comme étant conciliant, avec trois personnes nommées par les travaillistes et le secrétaire au Trésor représentant près de la moitié des neuf membres du comité.

Le nouveau vice-gouverneur Andrew Hauser est une inconnue en termes de son caractère belliciste ou conciliant. Il pourrait constituer un facteur d’évolution important lors des prochaines réunions du conseil d’administration.

Hauser est originaire de la Banque d’Angleterre, dont le taux d’intérêt est de 5,25 pour cent.

La fourchette cible des fonds fédéraux de la Réserve fédérale américaine est de 5,25 pour cent à 5,5 pour cent, la Banque de réserve de Nouvelle-Zélande est de 5,5 pour cent et la Banque du Canada est de 5 pour cent.

Le taux d’intérêt de 4,35 pour cent de la RBA semble maigre à moins que l’exception australienne ne transparaît.

Avoir votre mot à dire

Nous sommes toujours intéressés d’entendre votre point de vue sur des sujets d’actualité.

Les lignes directrices sur la façon de rédiger un article d’opinion sont ici.

Les directives sur la façon d’écrire une lettre à l’éditeur sont ici. Veuillez envoyer votre lettre à [email protected]

-

PREV La vérité sur le day trading et comment il peut améliorer votre vie
NEXT GRAND TRAVAIL DE CANAPINO LORS DU « CARB DAY » – Córdoba Competimiento