La Chine accuse le président taïwanais de pousser l’île vers la « guerre »

La Chine accuse le président taïwanais de pousser l’île vers la « guerre »
La Chine accuse le président taïwanais de pousser l’île vers la « guerre »
-

Pékin. La Chine a accusé vendredi le nouveau président taïwanais, Lai Ching-te, de pousser l’île autonome vers la « guerre » et a menacé de renforcer ses « contre-mesures » au deuxième jour de manœuvres militaires majeures autour de Taïwan.

“Depuis son entrée en fonction (lundi), le dirigeant de la région de Taiwan a sérieusement remis en question le principe d’une seule Chine (…), ce qui conduit nos compatriotes de Taiwan dans une situation de guerre dangereuse”, a déclaré Wu Qian, porte-parole du ministère de la Défense. dans un rapport.

“C’est ce qu’on appelle jouer avec le feu, et ceux qui jouent avec le feu se brûleront sûrement”, a-t-il ajouté.

“Chaque fois que (le mouvement soutenant) l’indépendance de Taiwan nous provoque, nous pousserons nos contre-mesures un peu plus loin, jusqu’à ce que nous parvenions à la réunification complète de la patrie”, a prévenu le porte-parole.

EN SAVOIR PLUS: La Chine teste sa capacité à « prendre le contrôle » de Taïwan

L’armée chinoise a entamé jeudi deux jours d’exercices militaires autour de Taïwan, qui ont célébré lundi l’investiture de Lai Ching-te comme président, considéré par Pékin comme un “séparatiste dangereux”.

Le ministère taïwanais de la Défense a rapporté qu'”à 07h14 aujourd’hui (23h14 GMT jeudi), 62 avions ont été détectés (…) dont 47 ont franchi la ligne médiane”, en référence à la ligne qui divise le détroit de Taiwan. situé entre l’île et la Chine continentale.

Il s’agit du plus grand nombre d’avions observé en 24 heures cette année. Le ministère a également dénombré 27 navires de la marine chinoise et des garde-côtes chinois mobilisés pour ces exercices.

Ce dispositif s’inscrit dans le cadre d’une campagne visant à accroître la pression militaire de la Chine sur cette île au régime démocratique, avec des incursions quasi quotidiennes de navires et d’avions dans ses environs et plusieurs exercices de grande envergure depuis 2022.

Son objectif est de vérifier « la capacité à prendre le pouvoir, à attaquer et à contrôler conjointement des territoires clés », a déclaré vendredi le porte-parole militaire chinois Li Xi.

Le président taïwanais Lai Ching-te prononce son discours inaugural après avoir prêté serment lors de la cérémonie d’inauguration au bâtiment du bureau présidentiel à Taipei. Photo : AFP (DOCUMENT/AFP)

Une unification « inévitable »

À Pingtan, une île chinoise située dans le détroit de Taiwan, des touristes ont posé vendredi devant un panneau indiquant « La distance la plus proche entre la patrie et l’île de Taiwan », soit 126 km.

«Nous partageons des racines communes», a déclaré à cette agence Chen Yan, une femme de 60 ans originaire de Wuhan, dans le centre de la Chine. “Je pense donc qu’il est inévitable qu’il y ait une unification.”

Des images diffusées par l’armée chinoise montrent des soldats sortant d’un bâtiment pour prendre leurs positions de combat et des avions militaires décollant au son d’une musique martiale.

La chaîne d’État Vidéosurveillance a rapporté que des marins chinois avaient contacté leurs homologues taïwanais en haute mer et les avaient avertis de ne pas « résister à la réunification par la force ».

Et un graphique animé publié par l’armée chinoise recrée un barrage de missiles contre des cibles clés au nord, au sud et à l’est de l’île, affirmant qu’ils « couperont les vaisseaux sanguins de l’indépendance de Taiwan ».

Les garde-côtes taïwanais ont dénoncé le fait que quatre navires des garde-côtes chinois soient entrés dans des « eaux réglementées » sur leur territoire et ont exhorté Pékin à « mettre immédiatement fin à son comportement irrationnel ».

Les Nations Unies ont appelé jeudi toutes les parties à éviter une escalade et les États-Unis, principal allié et fournisseur d’armes de Taipei, ont “fermement” exhorté la Chine à agir “avec retenue”.

La Chine et Taiwan sont gouvernés séparément depuis la fin de la guerre civile en 1949, mais Pékin revendique la souveraineté sur l’île et n’exclut pas le recours à la force pour en prendre le contrôle.

Le territoire entretient à peine des relations diplomatiques officielles avec 12 pays dans le monde, mais il dispose d’un gouvernement, d’une armée et de sa propre monnaie et joue un rôle crucial dans l’économie mondiale en tant que principal producteur de semi-conducteurs.

« Sérieux avertissement »

Déjà avant la victoire de Lai à l’élection présidentielle de janvier, la Chine avait prévenu que s’il était élu, cela entraînerait « la guerre et le déclin » de l’île.

Dans un discours d’investiture qui a rendu Pékin furieux, Lai a célébré une époque « glorieuse » pour la démocratie taïwanaise et a exhorté la Chine à « cesser ses intimidations politiques et militaires ».

EN SAVOIR PLUS: Lai Ching-te assume la présidence de Taiwan et demande à la Chine de « mettre fin » à l’intimidation

Vendredi, l’agence de presse Chine et le Quotidien du Peuple du Parti Communiste Ils ont publié des éditoriaux louant ces manœuvres, fustigeant le « comportement perfide » de Lai et promettant « un coup dur ».

La veille, le porte-parole de la diplomatie chinoise, Wang Wenbin, avait assuré que ces manœuvres constituaient un « sérieux avertissement » adressé aux « partisans de l’indépendance » de l’île, qui finiront « ensanglantés ».

Les exercices se déroulent dans le détroit de Taiwan et dans le nord, le sud et l’est du territoire, ainsi que sur les îles de Kinmen, Matsu, Wuqiu et Dongyin administrées par Taipei.

-

PREV La justice a assigné à résidence Cacho Garay et il sera aujourd’hui libéré de prison, près d’un an après son arrestation
NEXT Prix ​​du dollar aujourd’hui au Pérou | Combien coûte le dollar ? Taux de change : vérifiez à combien s’élève le taux de change ce mardi 18 juin | Dollars en soles | Le dollar d’aujourd’hui | achat et vente | RBC | Ocoña | Acheter | Vente | ÉCONOMIE