Quelques jours avant le premier débat présidentiel, Joe Biden a croisé Donald Trump pour le droit à l’avortement

Quelques jours avant le premier débat présidentiel, Joe Biden a croisé Donald Trump pour le droit à l’avortement
Quelques jours avant le premier débat présidentiel, Joe Biden a croisé Donald Trump pour le droit à l’avortement
-

Entendre

Dans l’aperçu de premier débat présidentiel entre Joe Biden et Donald Trumpavec vue sur élections aux États-Unisle président démocrate a directement visé son adversaire républicain pour ses positions sur le annulation de l’histoire Arrêt de la Cour suprême des États-Unis dans l’affaire Roe c. Pataugerce qui est parti entre les mains des États la décision d’autoriser ou d’interdire le droit à l’avortement.

Le spot de campagne du président a été diffusé ce lundi, alors que le deuxième anniversaire de Arrêt de juin 2022 de la Cour suprêmeformé à cette époque par trois juges nommés par l’administration Trump. Depuis lors, la protection fédérale du droit à l’interruption prématurée et à l’interruption de grossesse a pris fin.

De gauche à droite : Donald Trump et Joe BidenPA

Désormais, à quelques jours du premier débat présidentiel, qui aura lieu ce jeudi 27 juin à 21 heures (heure de l’Est) dans les studios du réseau. cnn À Atlanta, en Géorgie, Biden en a profité pour évoquer la question de l’avortement. “Des décennies de progrès ont été brisées simplement parce que le dernier gars a obtenu quatre ans à la Maison Blanche.”a prévenu le chef de l’Etat dans sa vidéo.

« Donald Trump est fier d’avoir annulé l’affaire Roe v. “Patauger”, a déclaré le président en partageant la vidéo sur ses réseaux sociaux. “Nous savons ce qui se passera s’il passe encore quatre ans à la Maison Blanche”, a-t-il déclaré. Dans cette optique, il prévoyait que « les républicains MAGA (Make America Great Again) « Ils tenteraient d’interdire le droit de choisir dans tout le pays », et qu’en outre, “Ils viendraient pour la fécondation in vitro et le contrôle des naissances”.

Le spot partage également le témoignage de Kaitlyn Joshuaune femme de Louisiane qui a fait une fausse couche à 11 semaines de grossesse et qui a été refusée dans deux salles d’urgence, croit-elle. « un résultat direct de l’annulation de l’arrêt Roe c. Wade par Donald Trump ».

Dans le clip, alors que des images de Trump comme accusé devant le tribunal des 34 chefs d’accusation pour lesquels il a été reconnu coupable fin mai, assure la femme : « Il est désormais un criminel reconnu coupable. “Trump estime qu’il ne devrait pas être tenu responsable de ses propres actes criminels, mais il permettra que les femmes et les médecins soient punis.”

C’est la deuxième fois que Biden met en avant et utilise dans sa campagne la situation judiciaire de l’ancien président, qui connaîtra le 11 juillet les détails de sa condamnation comme coupable des 34 chefs d’accusation de falsification de registres commerciaux pour lesquels il était accusé, liés à la tentative de cacher un paiement d’argent pour acheter le silence du l’actrice porno Stormy Daniels en 2016 et ainsi éviter un coup d’État médiatique dans la dernière ligne droite des élections présidentielles de cette année-là qui l’ont amené à la Maison Blanche.

Depuis la décision de la Cour suprême, un grand nombre d’États ont progressé restrictions au droit à l’avortement. Actuellement, aux États-Unis, 14 États ont juridiction sur l’avortement de manière décisive et presque sans exceptiontandis que sept autres fixent une limite de gestation comprise entre six et 18 semaines, selon les cas.

Des manifestants manifestent devant la Cour suprême des États-Unis, le mardi 3 mai 2022, à Washington. (Photo AP/José Luis Magana)

« Il y a deux ans aujourd’hui, la majorité de Donald Trump à la Cour suprême a supprimé la liberté fondamentale des femmes d’accéder aux soins de santé dont elles ont besoin et qu’elles méritent. Les conséquences ont été dévastatrices : dans tous les États du pays, les alliés de Trump ont promulgué des interdictions extrêmes et dangereuses de l’avortement. (beaucoup d’entre eux sans exception pour viol ou inceste) qui mettent la vie des femmes en danger et menacent les médecins de peines de prison », a déclaré Biden.

En ce sens, l’actuel président a conclu : «Donald Trump est le seul responsable de ce cauchemar. Nous sommes confrontés à l’extrémisme. Renvoyez-moi à la Maison Blanche et je me battrai pour restaurer Roe v. Wade et protéger la liberté américaine. En novembre prochain, nous devons arrêter cela. ».

LA NATION

-

NEXT Liga MX Femenil : Tuzas et Chivas ouvrent le tournoi avec des victoires