Les investisseurs ont anticipé leur incertitude sur le sort du dollar avec la baisse des actions argentines à Wall Street

Les investisseurs ont anticipé leur incertitude sur le sort du dollar avec la baisse des actions argentines à Wall Street
Les investisseurs ont anticipé leur incertitude sur le sort du dollar avec la baisse des actions argentines à Wall Street
-

L’extérieur de la Bourse de New York sur une photo d’archive. EFE/EPA/JUSTIN LANE

La baisse généralisée des ADR – certificats de propriété d’actions argentines cotées à la Bourse de New York – annonce que la paix des échanges obtenue vendredi pourrait prendre fin.

Le désaccord entre ce que le FMI et le gouvernement veulent éliminer mélange de 80/20 pour liquider les exportations agricoles, a provoqué un changement dans les attentes des investisseurs, même si l’organisation multilatérale a non seulement considéré que les objectifs étaient atteints, mais a également laissé la décision du taux de change entre les mains des autorités locales.

“Le processus sera défini par les autorités argentines elles-mêmes, en tenant compte de l’évolution des variables les plus pertinentes, qui partageront avec le FMI les paramètres qui seront surveillés sans inclure d’engagements sur des dates ou des mesures spécifiques”, indique la déclaration commune du ministère de l’Économie. et la Banque centrale.

L’Argentine ajoutera ainsi environ 800 millions de dollars à ses réserves brutes, dont 600 millions seront décaissés en juillet pour faire face au dernier paiement d’amortissement de la dette de l’année.

Il reste à voir si des progrès ont été réalisés dans les discussions sur l’extension de l’accord de facilités étendues de 8 milliards de dollars. Si cette question avait été abordée, il n’y aurait pas eu de dissension sur la politique de change.

Les investisseurs locaux ont suivi la confrontation et ont anticipé leur incertitude avec des baisses allant jusqu’à 4,6% en dollars des actions des sociétés énergétiques, des banques et des sociétés liées à l’agriculture, cotées hier aux États-Unis.

L’analyste financier et expert en agro-industrie, Salvador Vitelli, a fait la lumière sur la question. “Le tumulte est survenu parce que le FMI, dans un rapport précédent pour le premier trimestre, a déclaré que le mélange Cela a été terminé en juin et il l’a réaffirmé maintenant. Par la suite, le secrétaire aux Finances, Pablo Quirno, a ratifié ce que le ministre de l’Économie, Luis Caputo, et le président de la Banque centrale, Santiago Bausili, avaient précédemment communiqués, à savoir que Le rampage continue, le mélange continue et il n’y aura pas de dévaluation lorsque le taux d’imposition du PAIS est réduit. Malgré tout, l’incertitude persiste sur le marché des changes et c’est là que les analystes suggèrent la nécessité d’avoir un scénario plus stable, moins contradictoire. Car, en bref, même si le FMI parlait de mettre fin au mélange, l’ensemble du système devrait être repensé car les exportateurs cesseraient d’alimenter les offres de règlement en espèces (CCL) et les dollars financiers pourraient monter en flèche. C’est pourquoi j’insiste Ce serait bien d’avoir un scénario plus clair parce que cette dissidence aurait pu être évitée.

A noter que ce n’est pas la première fois que Luis Caputo s’oppose à une mesure du FMI. Sous l’administration de Mauricio Macri, lorsqu’il était président de la Banque centrale, il lui avait conseillé de ne pas contracter d’emprunt auprès du FMI si l’organisation ne lui permettait pas de vendre des dollars pour intervenir sur le marché des changes. Macri n’a pas accepté la suggestion de Caputo et s’en est attribué le mérite malgré les fortes restrictions imposées par l’organisation. Caputo, mécontent, se résigne.

Quelque temps plus tard, lors de conversations confidentielles, il a avoué qu’il ne pensait pas à vendre ces dollars mais plutôt à les utiliser comme instrument de dissuasion. « Qui oserait acheter des dollars face à un acteur disposant de 42 milliards de dollars à disposition ? Cet épisode montre jusqu’où le ministre de l’Économie comptait aller si le FMI ne changeait pas de position.

Les investisseurs locaux ont suivi la confrontation et ont anticipé leur incertitude avec des baisses allant jusqu’à 4,6% en dollars des actions des sociétés énergétiques, des banques et des sociétés liées à l’agriculture cotées hier à la Bourse de New York. Cette baisse pourrait affecter les titres de créance qui avaient connu une reprise notable au cours des trois derniers tours.

Les obligations souveraines sont également devenues plus vulnérables en raison des rapports négatifs d’entités étrangères sur le Mexique et le Brésil, auxquels la Colombie rejoindra sûrement aujourd’hui après la nationalisation des fonds de retraite. La région prend une couleur négative pour les fonds d’investissement.

Vitelli estime que la différence réside dans le fait que “le FMI ne manque pas de souligner son optimisme quant à la situation argentine, malgré la différence dans les critères de politique de change”.

La liquidation des producteurs agricoles sera aujourd’hui essentielle car ils sont intéressés par la différence de critères entre le gouvernement et le FMI.

La Bourse des céréales a averti vendredi dans son rapport qu'”une nouvelle semaine d’opérations s’est conclue sur le marché local dans un marché qui a vu son dynamisme commercial diminuer en termes généraux, ce qui s’est traduit par un plus petit nombre d’offres ouvertes”. L’entité a ouvert une ligne de crédit – « Prenda de Cultivo » – pour les petits et moyens producteurs et prévoit de financer 25 millions de dollars cette année grâce à cet instrument financier numérisé en Blockchain.

Aujourd’hui commence une petite semaine de deux roues qui s’annonce intense. L’accent sera mis sur les obligations souveraines, les LECAP qui définissent le taux d’intérêt et les dollars financiers.

-

NEXT Mt. Gox a transféré 2,7 milliards de dollars de BTC vers une nouvelle adresse de portefeuille