Les syndicats appellent à paralyser l’Argentine en refusant les mesures de Javier Milei

Les syndicats appellent à paralyser l’Argentine en refusant les mesures de Javier Milei
Les syndicats appellent à paralyser l’Argentine en refusant les mesures de Javier Milei
-

Les syndicats ouvriers tenteront ce jeudi de fixer une limite au gouvernement de Javier Milei. Ils le feront par une grève générale, la deuxième depuis l’arrivée au pouvoir du président d’extrême droite en décembre dernier. La mesure de force implique les principales confédérations syndicales du pays et bénéficie du soutien politique du péronisme et des organisations de gauche. Rejetant le démantèlement de l’État, la réforme du travail et l’ajustement promus par Milei, les dirigeants syndicaux promettent « une paralysie » qui affectera l’activité du transport terrestre et aérien, les agences de l’État, les banques, les entreprises, la santé et les enseignants, entre autres. d’autres métiers. Le gouvernement a répondu en accusant les syndicalistes d’être des « fondamentalistes du retard » et a annoncé qu’il déduirait les jours non travaillés des fonctionnaires.

La grève de 24 heures a été appelée par les fédérations syndicales qui regroupent la grande majorité des syndicats du pays, pour la plupart d’origine péroniste : la Confédération générale du travail (CGT) et les deux branches de la Centrale des travailleurs d’Argentine (CTA). ), historiquement confronté au premier. Les organisations s’étaient déjà arrêtées et mobilisées contre les premières mesures de Milei, un mois et demi après son investiture. Désormais, dans une déclaration commune, les trois fédérations ont appelé à une grève générale « pour la défense de la démocratie, des droits du travail et d’un salaire décent » et ont durement remis en question l’administration du président qui se définit comme « anarcho-capitaliste ».

« Nous sommes confrontés à un gouvernement national qui promeut la suppression des droits du travail et des droits sociaux, qui redéfinit le rôle de l’État en fermant et en réduisant au minimum les agences et institutions importantes qui fournissent une assistance à notre population, générant ainsi des centaines de milliers de licenciements. », ont noté la CGT, la CTA ouvrière et la CTA autonome. Ils ont également mis en garde contre le définancement des travaux publics, de la sécurité sociale, de la santé, de la science et de l’éducation. Y advirtieron que, mientras se liberaron los precios de alimentos, medicamentos y servicios esenciales, los sueldos se ven “disminuidos en su poder de compra” producto de la inflación y las negociaciones salariales son “intervenidas por el Ministerio de Economía, que impide una adecuada actualisation”.

Le plan Milei, ont-ils souligné, provoque une « récession », des « augmentations incessantes » et une « baisse des niveaux d’activité économique et des indices de base de la consommation, ce qui, en pratique, représente un transfert phénoménal de ressources vers les secteurs les plus vulnérables. « concentré et privilégié dans l’économie. »

La grève nationale débutera jeudi à minuit. Les syndicats ont annoncé qu’il n’y aurait pas de services de bus, de train, de taxi ou de métro. On s’attend donc à ce que la mesure ait un impact important. Le transport aérien sera également affecté ; Les compagnies aériennes ont annulé et modifié leurs vols programmés. Les travailleurs des banques et du commerce de détail ont confirmé leur soutien à la grève, ainsi que les enseignants et le personnel soignant. Les soins d’urgence seront garantis dans les hôpitaux et les centres de santé.

Le gouvernement de Milei a cherché à minimiser la grève et a attaqué les dirigeants syndicaux. “Ils arrêtent les fondamentalistes arriérés, ceux qui veulent continuer à faire de l’Argentine une voie de servitude”, a déclaré le porte-parole de la présidence, Manuel Adorni. La grève générale, a-t-il assuré, affectera 6,5 ​​millions de personnes qui “ne disposeront pas du service de transport essentiel pour se rendre au travail”. Les syndicats, a-t-il insisté, « ne feront que susciter le mépris de tous ceux qui veulent et doivent aller travailler ». Le porte-parole a estimé que la mesure de force “n’a aucune justification apparente” et a confirmé que “les fonctionnaires qui s’arrêteront seront déduits de la journée”. À son tour, la ministre de la Sécurité, Patricia Bullrich, a annoncé que la police garantirait la « libre circulation » et empêcherait « la prise de ponts ou la coupure de routes », malgré le fait que l’appel des centrales syndicales, contrairement à la première grève générale contre Milei, n’inclut pas les marches ou les manifestations sur la voie publique.

Abonnez-vous ici à la newsletter EL PAÍS América et recevez toutes les informations clés sur l’actualité de la région.

Abonnez-vous pour continuer la lecture

Lire sans limites

_

-

PREV Commentaire de l’Évangile de la Solennité de la Sainte Trinité – 26 mai 2024
NEXT Les images spectaculaires des aurores boréales générées par la tempête solaire