Iván Llaves : « Écrire des livres m’inspire pour trouver des idées pour mes futurs spectacles »

Iván Llaves : « Écrire des livres m’inspire pour trouver des idées pour mes futurs spectacles »
Iván Llaves : « Écrire des livres m’inspire pour trouver des idées pour mes futurs spectacles »
-

CHÂTEAU. Clés Ivan C’est un jeune homme passionné par l’art à son meilleur. Cela ne fait aucune distinction. La magie, la littérature, l’illusionnisme et l’évasion ne sont qu’un échantillon de son vaste répertoire. C’est un « showman ». Et c’est de Château. Ville dans laquelle il présentera en exclusivité son nouveau spectacle de magie, « The Key Show ». Un voyage dans votre esprit”, les 4 et 5 avril au Théâtre Raval.

En plus d’être magicien, il est également avocat, professeur de lycée et écrivain. Je suis diplômé en Droite pour la Université Jacques Ier, il a complété une maîtrise en pédagogie et a publié au total cinq livres. Tout cela, à 26 ans, et avec le rêve de pouvoir un jour se consacrer pleinement aux arts du spectacle. Quelque chose, comme il le reconnaît lui-même, « est compliqué ». Cependant, l’espoir est la dernière chose à perdre. Ou du moins, c’est ce qu’ils disent habituellement.

Q. Vous vous définissez comme un illusionniste professionnel, quelqu’un qui pratique la magie et l’évasion depuis l’âge de seize ans. Pour que tout le monde comprenne, en quoi consistent ces types de techniques ?

L’illusionnisme et l’évasion sont des compétences qui ont été redéfinies au fil des années. Initialement, les illusionnistes étaient présentés comme des personnes dotées de pouvoirs. Plus tard, ce concept a été transformé et a été associé aux gens de la rue qui portaient des chapeaux, des costumes et des nœuds papillon et qui, à leur tour, possédaient des connaissances secrètes. De nos jours, il est compris comme un art du spectacle qui consiste dans lequel l’artiste déplace l’attention du public où il le souhaite, dans le but de provoquer en lui un effet de surprise lorsque quelque chose qui semblait impossible se produit devant lui.

Q. À ce qui précède, il faut ajouter ses facettes d’acteur, de présentateur et de « showman ». D’où vient cet intérêt pour les arts du spectacle ? Comment cela se produit-il ?

Depuis que je suis petite, je ressens cette passion pour eux, c’est quelque chose de naturel. Je marchais dans la rue, je voyais quelqu’un faire un tour de magie et, une fois rentré chez moi, j’essayais de le recréer jusqu’à ce que j’obtienne quelque chose de similaire. En fait, entre 15 et 16 ans, la magie a commencé à devenir mon métier, alors que j’ai commencé à collaborer avec des sociétés de divertissement et autres.

J’ai aussi toujours été passionné par la lecture d’informations sur de grands artistes, comme Léonard de Vinci ou Michel-Ange. L’artiste, lorsqu’il vise à être complet, ne se concentre pas uniquement sur un seul art mais essaie d’en pratiquer le plus possible pour s’enrichir, devenir meilleur. Par conséquent, je ne me suis jamais concentré uniquement sur la magie.

Q. Y a-t-il eu une autre personne illustre qui Cela vous a-t-il servi de source d’inspiration ?

L’une de mes grandes références est l’illusionniste et cinéaste français Georges Méliès. Il était pratiquement l’inventeur du cinéma et aussi, en tant qu’artiste, il était très complet, puisqu’il mettait en scène des pièces de théâtre, faisait de la magie, des poupées automates et peignait également. Je l’admire, tant esthétiquement qu’artistiquement.

Q. Quelle relation entretiennent la magie et la littérature ? J’ai vu qu’il est aussi écrivain…

Ils sont liés par leur propre essence. Les arts que l’on pratique et exerce seront toujours liés. Ils se nourrissent mutuellement. Sans faire de magie, je n’écrirais pas comme je le fais et vice versa. En fin de compte, chaque émotion, sentiment et idée peut être exprimé aussi bien sur scène que sur papier. Tout, en tenant toujours compte de l’endroit où vous pouvez en tirer le meilleur parti.

Q. Alors, Êtes-vous inspiré pour écrire pour avoir des idées pour vos spectacles ?

Voilà. Et vice versa aussi. Parfois, à la fin d’un très long « spectacle », et sous l’effet de certains effets ou astuces, me viennent des idées que j’écris et qui finissent par se transformer en nouvelles ou en récits de fiction.

Q. À ce jour, Il a publié au total cinq livres: un de littérature fantastique pour la jeunesse, dDes contes pour enfants, un recueil de poèmes et un essai théorique. Tous avec des contenus et des genres très divers. Quelle est la raison de cette variété ?

Je ne me suis jamais fixé de modèle ou de schéma. J’ai toujours aimé « flow », essayer de nouvelles choses et voir dans quel registre je me sens le plus à l’aise. Même s’il est vrai aussi que c’est dans le roman, qu’il soit juvénile ou fantastique, que je me sens le plus libre.

Q. Quel objectif poursuivez-vous avec vos publications ? Quel est son but?

Chacun a son but. Par exemple, dans « Théorie de la magie », mon objectif était de fournir une sorte de base théorique, d’outil ou de point de départ à quiconque commençait à s’intéresser à cet art. Dans les deux contes pour enfants que j’ai écrits, j’ai cherché à transmettre aux enfants certaines valeurs liées à la magie.

Q. Pour en revenir à la magie, les 4 et 5 mai votre nouveau spectacle, ‘The Key Show’, sera présenté en première au Teatre del Raval. Un voyage à travers votre esprit ». Que peut en attendre le public ?

Nous allons échapper à ce qui serait un spectacle de magie générique. Le poids de la magie sera d’environ 80% et des effets classiques et très visuels seront combinés, comme faire disparaître des objets ou couper des personnes en deux, avec un humour et des parties musicales constants. Cette partie comique et sonore constituerait les 20 % restants.

D’autre part, le théâtre sera décoré comme s’il s’agissait d’une ancienne gare et, pour les participants, leur billet sera échangé contre un billet pour le train. Le tout, dans le but de simuler le voyage qu’annonce le titre de l’émission. J’inviterai également les gens à sortir et à participer à différents actes. Personnellement, j’aime que le public puisse vivre la magie de près.

Q. Quel est le processus de préparation d’un spectacle de magie ? C’est compliqué? Expliquez aux gens tout le travail qui est derrière et qui ne se voit pas…

Le processus est complexe, d’autant plus qu’il ne s’agit pas d’un nombre magique standard. Le scénario prend du temps et est très marqué. Vous devez également décider quel tour vient avant et quel tour vient après, puisque l’idée est de simuler un voyage et que tout doit être bien planifié et réalisé. La vérité est qu’il y a beaucoup de travail derrière cela.

Q. Est-il possible de vivre de la magie pour un jeune homme de seulement 26 ans ?

L’espoir est là, même si c’est compliqué. Avant la pandémie, c’était plus simple. Actuellement, je combine la magie avec mon travail d’avocat, en plus de former de futurs magiciens et de donner des cours d’écriture créative. Je me réveille chaque jour avec l’espoir de pouvoir consacrer ma vie exclusivement à l’art.

-

PREV Salon du livre : baisse d’audience et baisse des ventes jusqu’à 40%
NEXT Eugenia Zicavo : « Je suis une évangéliste de la littérature »