“À Ons, j’ai réalisé que ce serait très bien pour nous tous de descendre quelques tours et de respirer plus calmement”

“À Ons, j’ai réalisé que ce serait très bien pour nous tous de descendre quelques tours et de respirer plus calmement”
“À Ons, j’ai réalisé que ce serait très bien pour nous tous de descendre quelques tours et de respirer plus calmement”
-

« C’est la première fois dans un livre que je demande au lecteur de ne pas spoiler. Si vous avez apprécié l’histoire, elle vous a surpris à chaque page, alors ne la gâchez pas pour quelqu’un d’autre.” Le message vient de l’écrivain de Pontevedra Manel Loureiro qui publie chez Planeta « Quand la tempête passe », Prix Fernando Lara. Il nous présente un journaliste-écrivain qui se retrouve isolé sur l’Illa de Ons, dans le parc national Illas Atlánticas, en Galice. Loureiro assure qu’il s’agit d’un « thriller pur et simple » dans lequel il cherche à « tenir le lecteur en haleine jusqu’au dernier mot ».

Loureiro se frotte les yeux tous les jours, même s’il ne l’exprime pas. Il y a 18 ans, j’ai commencé à écrire sur un blog « Apocalypse Z » dont la version cinématographique sortira ce Noël dans 192 pays avec Amazon Prime. Il développe déjà le prochain film et la série « The Bone Thief ». « Il y a 18 ans, lorsque j’ai commencé à écrire ce blog, je ne savais pas que cela allait changer ma vie. Si je me le disais à ce moment-là, je m’évanouirais sous le choc», avoue l’ancien avocat.

–Prix Fernando Lara, un rêve devenu réalité ?

–Je ne l’avais jamais imaginé. C’est l’un des prix les plus prestigieux d’Espagne avec une liste de lauréats comme Umbral, Terenci Moix, Sánchez Dragó, Lorenzo Silva… Certains figurent dans les manuels scolaires. Soudain, je suis sur cette liste. D’un côté, il y a l’euphorie ; En revanche, une énorme responsabilité car vous constatez le poids du prix qui tombe sur vos épaules. Ça ne change rien et ça change tout. Avant, j’étais un écrivain chanceux qui vendait beaucoup et maintenant je suis un écrivain qui vend beaucoup et qui a également remporté des prix ; Je suis terrifié.

– Par peur des critiques…

–L’expérience vous apprend. Je suis dans ce métier depuis 18 ans. Une des choses que j’ai apprises, c’est qu’on ne peut jamais écouter les critiques, ni les plus méchantes, ni les plus euphoriques. Il faut faire une note moyenne, comme les petites étoiles sur Amazon. Tout le monde ne peut pas vous aimer, non pas parce qu’ils ont un faible pour vous, mais parce que votre livre semblait être de la merde absolue. Si la plupart des critiques sont mauvaises, vous avez rencontré un problème et vous devez apprendre. Il y a aussi des critiques mal intentionnées car dans le monde littéraire parfois la réussite des autres est mal gérée.

–Où est né l’univers de « Quand la tempête passe » ?

–Il y a quelques années, lors d’une visite estivale à Ons, alors qu’elle était pleine de touristes avec les ferries qui transportaient des milliers de personnes, j’ai découvert que l’île était pratiquement vide en hiver. En février de l’année dernière, j’ai demandé l’autorisation aux ports de l’État et dans un petit bateau, Roberto Lobeira – le protagoniste de l’histoire – m’a laissé au quai d’Ons lorsque l’île est isolée, coupée parce que les tempêtes empêchent les bateaux d’amarrer dans le port. Dock. J’ai réalisé que c’était un espace très curieux. L’électricité est rationnée, disponible seulement quelques heures par jour ; L’eau ne vient que des puits… c’est comme vivre au 19ème siècle au 21ème siècle. C’était incroyable. J’aime que la Galice fasse partie de l’histoire, que le décor de mes romans finisse par devenir un autre protagoniste. J’ai réalisé que j’avais l’endroit idéal pour raconter un thriller avec une atmosphère suffocante et où l’histoire de la haine accumulée de deux familles est prise au milieu quand un paquet plein de quelque chose est traîné par les vagues qui vont faire ces tensions. exploser.

–À titre personnel, comment s’est passé votre séjour à Ons ?

–Les habitants d’Ons sont les personnes les plus nobles et les plus hospitalières que j’ai rencontrées dans ma vie. Ils m’ont nourri et pris soin de moi pendant que j’étais là-bas. Ils n’ont rien à voir avec les Freire et les Docampo, les familles imaginaires du roman.

–Parlons des protagonistes, Roberto Lobeira prépare un livre.

–C’est un écrivain, il a un passé mouvementé de journaliste de guerre qu’il essaie de laisser derrière lui. Il a trouvé son exutoire dans l’écriture mais il souffre d’un blocage créatif brutal. Il décide de trouver un endroit isolé pour terminer son livre. Ons semble être l’option idéale. Il s’y rend en quête de paix mais va découvrir que les secrets entre voisins vont l’affecter. Il découvrira des cadeaux sanglants à la porte de sa maison avec un message qu’il ne comprend pas. C’est une personne décisive mais à cette occasion il sera dépassé.

– Il y a trop de thrillers qui commencent à émettre des voix critiques.

– Mais qu’est-ce qui est trop ? Selon la Guilde des libraires d’Espagne, 74 000 titres sont publiés chaque année, et dans cet excès de publications, il y a de la place pour tout : des romans historiques, romantiques, policiers… Personne n’est obligé de lire des thrillers. Je ne vois pas qu’il y ait de saturation. Oui, c’est vrai qu’il y a des modes en littérature. Nous sommes désormais passés d’une étape où le roman policier semblait l’axe de tous les grands succès pour évoluer vers le thriller. Personne ne sait quel sera le prochain tournant. Peut-être le roman historique, le roman romantique ou un mélange des genres.

– Serait-il bon pour nous de vivre un peu comme au 19ème siècle ?

–Quand je suis arrivé à Ons, il m’est arrivé quelque chose. Le premier jour j’ai eu l’impression d’accélérer par rapport aux gens. Je suis arrivé super rodé. Ce n’est que trois ou quatre jours plus tard que mes biorythmes ont commencé à s’adapter au rythme plus lent de l’île. J’étais bien mieux émotionnellement. Les derniers jours avant de reprendre le bateau, ça a été un choc, je ne voulais pas repartir de là. Ce serait très bien pour nous tous de descendre quelques tours et de respirer plus calmement.

–Êtes-vous préoccupé par la situation politique actuelle en Espagne et dans le monde ?

– La situation de tension que nous générons dans le monde est très préoccupante. J’ai le sentiment sournois que celui-ci crée beaucoup de pression et j’ai peur qu’il se relâche soudainement. Lorsque les extrêmes marquent le rythme du discours et de la gestion politique dans tous les pays d’Europe et du monde, il y a un bruit plus émotionnel que rationnel. C’est une très mauvaise nouvelle. Cela s’est déjà produit à d’autres moments dans l’histoire et a été résolu de manière tragique. Parfois, il s’est dégonflé comme un soufflé. J’espère que le bon sens, le dialogue et l’écoute de ceux qui ne pensent pas comme vous prévaudront.

« Il faut énormément profiter du présent »

–Y a-t-il une trace de toi sur Roberto ?

–Les bons et les mauvais personnages ont une touche de vous. Il y a beaucoup de moi chez Roberto Lobeira. Il aime explorer les décors des histoires, il est écrivain… Mais il est plus décisif que moi, même si nous avons tous les deux l’étrange vertu d’être au bon endroit pour que les choses nous arrivent.

–Pourquoi la haine fait-elle bouger le monde ?

–C’est une question très flowerpower, mais j’adore ça. Plus que la haine, le roman reflète une réalité très galicienne : les profondes querelles entre familles rurales qui ont presque oublié la raison originelle qui les faisait mal s’entendre. Cela se produit dans de nombreuses villes et villages de Galice. Cela montre à quel point nous perdons de vue ce qui est important et ce qui est accessoire. Parfois, nous transformons la défense de choses qui n’en valent pas la peine en l’axe de notre existence.

–Quelle est l’importance du passé dans votre vie ?

–C’est la marque que tu as laissée dans la vie ; Le cadeau est un cadeau et il faut en profiter énormément ; L’avenir est passionnant, toutes les bonnes choses sont encore à venir, même les mauvaises. Je veux toujours savoir ce qu’il y a derrière la prochaine colline.

– Vous parliez tout à l’heure de l’arrivée massive de touristes à Ons et dans d’autres îles, comment voyez-vous la multiplication du tourisme par endroits ?

-C’est très compliqué. Aujourd’hui, nous sommes tous des touristes. Il y a une envie irrépressible de découvrir des lieux. Cela pose des problèmes car cela provoque des excès à certains endroits. Cela génère des problèmes, des déséquilibres et déforme la réalité de ce que nous allons voir. Venise est passée du statut de ville à celui de décor. Voyager ne peut pas non plus être un luxe pour quelques-uns, mais nous devons dès maintenant trouver une solution au déséquilibre. L’essence des sites doit être respectée même si les voyages sont aussi un moteur économique.

-

NEXT les subventions aux livres sont discriminatoires