Une élection au nom du peuple – Juventud Rebelde

Une élection au nom du peuple – Juventud Rebelde
Une élection au nom du peuple – Juventud Rebelde
-

Ce samedi, comme l’a ordonné le Conseil d’État, en exercice des pouvoirs qui lui sont conférés, a eu lieu l’élection du gouverneur provincial et du vice-gouverneur des provinces de Matanzas, Villa Clara, Santiago de Cuba et Cienfuegos. Pour pourvoir ces postes vacants, le Président de la République a présenté la proposition correspondante et la procédure décrite dans la loi n° 127, loi électorale, a été appliquée pour l’élection. À travers des questions et des réponses, J.R. propose une approche.

Quelles bases juridiques régissent ce processus ?

—À Cuba, le processus d’élection du gouverneur provincial et du vice-gouverneur trouve ses bases juridiques dans la Constitution de la République. Dans ses articles 174 et 181, respectivement, il dispose que le Gouverneur est la personne exécutive et administrative la plus élevée de sa province et, dans le cas du Vice-Gouverneur, il établit qu’il exerce les pouvoirs qui lui sont délégués ou attribués par le Gouverneur. De même, il remplace le Gouverneur en cas d’absence, de maladie ou de décès, conformément à la procédure prévue par la loi.

«La loi n°127, loi électorale, à partir de son article 1 et dans le cadre de ses objectifs, décrit la procédure d’élection des gouverneurs et vice-gouverneurs de province. De la même manière, il fait de même avec la procédure en cas de vacance des postes, et les détails sont inclus dans le corps de la loi. Au sein de ces bases juridiques, la loi n° 138 sur l’organisation et le fonctionnement du gouvernement provincial de. Le pouvoir peut également être évoqué. Populaire”.

Comment se déroule l’élection ?

— Contrairement à d’autres processus auxquels nous avons été confrontés auparavant, comme l’élection des délégués aux Assemblées municipales du Pouvoir populaire ou l’élection des députés à l’Assemblée nationale, dans ce cas, elle n’est pas réalisée en masse par la population.

L’article 240 de la loi électorale susmentionnée et suivant les dispositions de l’article 175 de la Magna Carta, établit que les délégués aux assemblées municipales du Pouvoir populaire se réunissent de droit, constitués en collèges électoraux à la date fixée, dans les locaux qu’il convient de respecter. convenu, d’élire, par vote libre, égal, direct et secret, le gouverneur et le vice-gouverneur de la province.

“Pour que cet acte ait la validité nécessaire, la présence de plus de la moitié des délégués qui composent chaque Assemblée Municipale du Pouvoir Populaire est requise.”

Se pourrait-il que ce chiffre ne soit pas atteint ?

— Si cela se produit, une nouvelle date sera fixée par le Conseil Électoral Municipal dans les sept jours suivants.

Qui propose les candidats à l’élection du gouverneur et du vice-gouverneur de la province ?

— La Constitution et la loi électorale disposent qu’il appartient au Président de la République de proposer aux délégués aux assemblées municipales du Pouvoir populaire de chaque province, les candidats à l’élection du gouverneur et du vice-gouverneur de province. Ces propositions doivent être adressées, avant la date fixée pour leur élection, au président du Conseil National Electoral, accompagnées des biographies et photos des candidats.

« Parallèlement, c’est le Conseil National Électoral qui se charge de reproduire et de remettre à chacun des délégués
les biographies et photos correspondantes au moins 72 heures avant la date des élections, ainsi que guider et organiser les événements de vote dans chaque municipalité et procéder au décompte des votes dans chaque province, selon la procédure établie dans la présente loi, et rendre compte de ses résultats.

Quelles sont les conditions requises pour être candidat ?

— Tant pour le gouverneur que pour le vice-gouverneur, il est nécessaire d’être citoyen cubain de naissance et de ne posséder aucune autre citoyenneté, d’avoir atteint l’âge de 30 ans, de résider dans la province et de jouir pleinement de sa citoyenneté. et les droits politiques. Il n’est pas nécessaire d’être député à l’Assemblée nationale du pouvoir populaire ni d’occuper ou d’avoir occupé une fonction politique. Tous deux sont élus de la même manière et pour la même durée.

Comment les gens connaissent-ils les résultats ?

—Une fois le vote effectué, les conseils électoraux provinciaux sont chargés d’effectuer le calcul final du vote des délégués de chacune de leurs communes, de valider et de déclarer élus ou non le gouverneur provincial et le vice-gouverneur de celles-ci. qui obtiennent plus de la moitié des suffrages valables exprimés par les délégués aux assemblées municipales du Pouvoir populaire de la province en question. Par la suite, les résultats sont communiqués au Conseil National Électoral et à ses conseils électoraux municipaux, afin qu’ils soient connus des délégués et qu’ils déposent la documentation.

« De même, la loi électorale dispose que le président du Conseil national électoral informe le président de la République et le président de l’Assemblée nationale du pouvoir populaire des résultats de l’élection des gouverneurs et vice-gouverneurs des provinces, après quoi il communique ces résultats. .à la population”.

Que se passe-t-il si l’un ou les deux candidats ne sont pas élus ?

— Il est prévu dans l’organe judiciaire lui-même que si l’un ou les deux candidats ne sont pas élus, le Conseil National Électoral en informe le Président de la République afin qu’il présente une autre proposition. Lors de la réalisation de la nouvelle élection, la même procédure est appliquée, qui est effectuée dans les dix jours suivant celui au cours duquel la précédente a été réalisée.

Devant qui prennent-ils possession ?

— Les gouverneurs et vice-gouverneurs élus des provinces prennent leurs fonctions devant le représentant du Conseil d’État désigné à cet effet, à la date fixée par ce dernier, dans un délai de 21 jours qui suivent leur élection. Il faut rappeler qu’une fois que le gouverneur et le vice-gouverneur ont pris leurs fonctions dans chaque province, est formé le Conseil provincial du pouvoir populaire, présidé par le gouverneur et composé du vice-gouverneur, des présidents et vice-présidents des circonscriptions correspondantes. les assemblées locales du Pouvoir populaire et les maires municipaux.

« De la Constitution de la République il est établi que le Gouverneur est responsable devant l’Assemblée nationale du pouvoir populaire, le Conseil d’État, le Conseil des ministres et le Conseil provincial, devant lesquels il rend compte et rend compte de sa gestion et de sujets que vous demandez. De la même manière, il organise et dirige l’Administration provinciale.

Quelles sont les fonctions du Gouverneur et Lieutenant gouverneur?

— Parmi ses fonctions, qui ne sont pas les seules, figurent le respect et l’application, en ce qui le concerne, de la Constitution et des lois ; exiger et contrôler le respect du plan économique et l’exécution du budget de la province ; informer le Conseil des Ministres, avec l’accord préalable du Conseil provincial, des décisions des organes supérieurs qui affectent les intérêts de la communauté ou qui considèrent qu’elles dépassent les pouvoirs de celui qui les a adoptées.

« Parmi ses fonctions figure également la suspension des accords et des dispositions des conseils d’administration municipale qui ne sont pas conformes à la Constitution, aux lois, décrets-lois, décrets présidentiels, décrets et autres dispositions des organes de l’État, ou lorsqu’ils affectent les intérêts. d’autres localités ou aux généraux du pays, et doit se présenter à l’Assemblée municipale du pouvoir populaire concernée lors de la première séance tenue après ladite suspension.

“Dans le cas du vice-gouverneur, il n’a pas de fonctions propres, mais exerce plutôt les pouvoirs qui lui sont délégués ou attribués par le gouverneur.”

*Master en droit constitutionnel et administratif. Doyen de la Faculté des Sciences Sociales et Humanistes de l’Université d’Artemisa Julio Díaz González.

-

PREV Checo Pérez s’est écrasé en Q2 du GP d’Émilie-Romagne et partira onzième de la course
NEXT Le dialogue social, clé de la paix à Huila