La Chambre de Commerce argentine a rejeté la grève générale appelée demain

La Chambre de Commerce argentine a rejeté la grève générale appelée demain
La Chambre de Commerce argentine a rejeté la grève générale appelée demain
-

Les représentants commerciaux ont souligné leur opposition à la mesure de force

La Chambre Argentine de Commerce et de Services (CAC) a exprimé son rejet de la grève nationale convoquée par la Confédération générale du travail (CGT) pour ce jeudi 9 mai. L’entreprise a assuré qu’elle « respecte le droit de grève inscrit dans la Constitution, mais considère que le la mesure annoncée est injustifiée et peu pratique».

À travers un communiqué, l’entité a exprimé que « le pays connaît des difficultés socio-économiques évidentes et douloureuses, parmi lesquelles on peut citer la baisse des ventes, l’érosion du pouvoir d’achat des salaires et l’augmentation de la pauvreté. Même si certains d’entre eux se sont aggravés ces derniers mois, parallèlement aux indispensables corrections macroéconomiques entreprises par l’administration actuelle, force est de constater que les souffrances actuelles ont leur conséquence. origine des erreurs précédentescertaines de longue date – comme une réglementation excessive et une pression fiscale disproportionnée – et d’autres qui se sont considérablement amplifiées ces dernières années – comme le désordre dans les comptes publics et les émissions monétaires excessives.

Mario Grinmanprésident du CAC, a indiqué à Infobae que les entreprises en général, ainsi que les centres commerciaux et les galeries, prévoient d’ouvrir leurs portes ce jeudi. «Certains auront sûrement des problèmes pour transporter leurs employés, mais ils travailleront quand même»il prétendait.

Le rejet des entreprises constitue un contrepoint clair au syndicat du secteur. La Fédération argentine des employés du commerce et des services (FAECyS) rejoint la grève nationale et il est prévu que les locaux soient fermés pendant la journée. « Alignés sur les revendications et revendications du mouvement syndical, les travailleurs du commerce nous avons décidé de nous arrêter à la défense des sources de travailde l’industrie nationale et pour la défense du système de retraite argentin », a déclaré le président du syndicat, Armando Cavalieri.

« La mesure annoncée est injustifiée et inopportune »

Des sources économiques ont déclaré à ce média que l’ouverture ou non des entreprises « dépendra de chaque homme d’affaires s’il pourra ouvrir, équiper son entreprise ou son commerce. “Nous n’avons pas les données.”

Dans sa déclaration, le CAC affirme qu’« il est frappant que cinq mois après l’investiture du gouvernement national actuel, une deuxième grève générale soit déjà en cours, alors qu’au cours de la quatre ans du mandat présidentiel précédent – alors que bon nombre des maux mentionnés couvaient – il n’y a même pas eu une seule protestation de ces caractéristiques. Il convient de souligner que le panorama économique et social de l’époque était loin d’être idyllique : l’augmentation de la pauvreté et le quadruplement du taux d’inflation entre 2019 et 2023 n’en sont que deux exemples.»

Natalio Mario Grinman, président du CAC.

En revanche, il a souligné que « les mesures incluses dans le projet Loi de base, notamment en matière sociale, ne peut servir de justification à la grève annoncée. Outre le fait qu’un La modernisation du travail favorisera la création d’emplois plus nombreux et de meilleure qualité – et donc il ne devrait pas susciter l’opposition de ceux qui doivent garantir les intérêts des travailleurs – il faut noter que le projet actuel prévoit des changements assez limités, beaucoup moins ambitieux que ceux proposés dans le texte original, donc une opposition farouche est difficile à comprendre”.

« Il y a très peu de mois, les citoyens se sont rendus librement aux urnes et ont non seulement consacré une formule présidentielle, mais ils ont également élu leurs législateurs, donnant lieu à une composition du Congrès dans laquelle le parti au pouvoir est loin d’avoir assuré des majorités. Cela signifie que le traitement parlementaire de cette initiative et d’autres est soumis à un débat pluriel, éloigné de toute prétention hégémonique », a ajouté le CAC.

« L’absence de justifications que nous venons d’exposer, combinée aux perturbations multiples et pernicieuses que toute grève générale produit dans le travail national – et qui sont particulièrement inopportunes dans la situation actuelle, dans laquelle l’économie a un besoin urgent de retrouver du dynamisme – conduit le CAC à exprimer son rejet total sur mesure», a indiqué la chambre de commerce.

« Au cours des 40 années écoulées depuis le rétablissement de la démocratie, il y a déjà eu 46 grèves générales et il est évident que, à bien des égards, notre pays ne va pas mieux qu’à l’époque. Au contraire, la misère a augmenté, l’éducation s’est détériorée et le déclin relatif de l’Argentine dans le concert des nations s’est approfondi – pour ne citer que quelques problèmes – ce qui suggère que des grèves de ces caractéristiques ne sont pas propices à inverser ces souffrances, a indiqué le CAC. Et dans ce sens, il a appelé « la société tout entière à déployer les plus grands efforts pour que, à travers le dialogue et la bonne foi, les différences naturelles de chaque communauté démocratique soient canalisées à travers les canaux institutionnels, en évitant la répétition de protestations de ces caractéristiques, et ainsi collaborer au progrès de la Nation dans son ensemble.

-

PREV Le Bureau du Médiateur national enquête sur la situation réglementaire du vaccin AstraZeneca
NEXT Avec quelques absences à Santiago del Estero