Les 10 % de propriétaires possédant le plus de propriétés dans CABA concentrent plus d’un tiers du total des terrains urbains.

Les 10 % de propriétaires possédant le plus de propriétés dans CABA concentrent plus d’un tiers du total des terrains urbains.
Les 10 % de propriétaires possédant le plus de propriétés dans CABA concentrent plus d’un tiers du total des terrains urbains.
-

Les propriétaires de la ville. C’est de ce nom qu’il intitula le Association civile pour l’égalité et la justice (ACIJ) le rapport dans lequel ils analysent les caractéristiques des propriétaires de CABA. Ont-ils un grand nombre de propriétés ou ont-ils seulement la maison dans laquelle ils vivent ? Dans quels quartiers de la ville se situent vos propriétés ? Quelle est l’incidence des terrains vacants ? Sommes-nous confrontés à un phénomène de grande concentration de l’immobilier ? Ils se demandent. Quelques chiffres permettent de répondre : Les 10 % de propriétaires possédant le plus de propriétés dans CABA concentrent plus d’un tiers du total des terrains urbains.

Selon l’Administration Gouvernementale des Revenus Publics (AGIP), 1 028 022 personnes physiques et morales possèdent au moins 50 % d’une propriété dans la ville de Buenos Aires. L’ensemble de ses propriétés totalisent 1 523 651 propriétés déclarées. Chaque propriétaire possède en moyenne 1,5 bien.

Les personnes physiques qui en sont propriétaires possèdent chacune, en moyenne, 1,4 biens immobiliers, tandis que les personnes morales en possèdent 5,1. Les 10 % de personnes physiques et morales ayant la valeur fiscale la plus élevée concentrent 60 % de la valeur fiscale totale de la ville, et les 1 % de celles ayant la valeur fiscale la plus élevée en concentrent 35 %. Les auteurs Fernando Bercovich, Camilo D’Aloisio et Catalina Marino révèlent que et96,5% des propriétaires sont des personnes physiques et seulement 3,5% sont des personnes morales. Cependant, ces entités possèdent 11,9 % des propriétés de Buenos Aires.. “Sommes-nous confrontés à un phénomène de grande concentration immobilière dans la ville de Buenos Aires ?”, s’interrogent-ils.

72,3% des personnes physiques et morales qui en sont propriétaires ne possèdent qu’un seul bien, 16,7% en ont
deux, et 11 % possèdent au moins trois propriétés. «Les 10% de propriétaires physiques et légaux de la CABA qui possèdent le plus de propriétés en leur possession concentrent 33% du total des propriétés de la ville, tandis que 1% concentre 12% du total«, soulignent-ils.

friches

La commune où les propriétés sont concentrées dans le plus petit nombre de propriétaires est 1 (Retiro, San Nicolás, Puerto Madero, San Telmo, Monserrat et Constitución), où chacun possède en moyenne 1,8 propriétés. Il est suivi du 14 (Palerme), du 13 (Belgrano, Núñez et Colegiales) et du 2 (Recoleta).

Des études récentes indiquent que dans la ville de Buenos Aires Il y a environ 13 % de logements vides, ce qui équivaut à plus de 200 000 logements. « Une augmentation de 4 points de pourcentage entre 2018 et aujourd’hui », souligne-t-il. Fernando Bercovich, sociologue du programme Droit à la ville de l’ACIJ.

Les terrains vacants constituent une autre forme de désaffection sur laquelle, dans la plupart des cas, des dizaines de logements pourraient être construits. Selon l’AGIP, dans la ville de Buenos Aires, il y a 6 472 terrains vacants déclaré. “Cela équivaut à environ un terrain vacant tous les deux pâtés de maisons”, note Bercovich.

Les terrains vacants présentent des caractéristiques de concentration très différentes de celles de l’immobilier en général. 68,2% de ces terrains appartiennent à des personnes morales et moins d’un tiers à des personnes physiques, une différence substantielle par rapport à la propriété de la totalité du bien qui, comme déjà mentionné, appartiennent à 88% à des personnes physiques et à 12% à des personnes morales

La commune 12 (Coghlan, Saavedra, Villa Urquiza et Villa Pueyrredón) est celle qui contient le plus grand nombre de terrains vacants, même si pour mille propriétés, l’incidence est plus élevée dans les communes. 8 (Villa Soldati, Villa Lugano et Villa Riachuelo), 9 (Parc Avellaneda, Liniers et Mataderos) et 4 (Barracas, La Boca, Nueva Pompeya et Parque Patricios).

Propriétaires et locataires

Dans la ville de Buenos Aires, le 40,3% des ménages sont constitués de personnes vivant dans un logement qui leur appartient. Ce pourcentage est en baisse soutenue depuis 2003, où il représentait 65,5% des ménages.. En revanche, le nombre de locataires atteint 38,9%, le chiffre le plus élevé depuis des décennies. Dans un contexte de loyers déréglementés, avec des hausses supérieures à l’inflation, le scénario est critique.

Par contre, Ceux qui vivent dans leur propre maison et leur propre terrain représentent 40,3 % des ménages de Buenos Aires, un pourcentage en baisse constante depuis 2003, où il représentait 65,5 % des ménages. D’autre part, le pourcentage de la population dont l’occupation du logement est précaire, selon l’Enquête annuelle sur les ménages du gouvernement de la ville de Buenos Aires, est de 12,7 %.

Cette dynamique se produit également dans une période où la population de la ville est restée relativement stable et où la construction de logements a augmenté continuellement.

Bercovich souligne que La concentration est un phénomène qui se produit dans de nombreuses grandes villes, notamment européennes.où les grands propriétaires sont un acteur majeur sur le marché locatif : « par exemple en Espagne et au Portugal, très attirés par les investissements étrangers avec certaines facilités de l’État qui finissent par poser problème car il y a de nombreux propriétaires de logements qui accordent une très grande importance prix de location.

“C’est un problème qui n’est pas très présent même à Buenos Aires”, précise-t-il, “mais il y a une tendance “naturelle” à la concentration dans de nombreuses grandes villes parce que les terrains urbains de bonne qualité sont de plus en plus rares, ils sont plus chers et il y a de plus en plus de terrains urbains de bonne qualité. très peu de personnes peuvent l’acheter. Ceux qui n’ont pas de logement sont de plus en plus loin d’en avoir un, et ceux qui en possèdent déjà un ont plus facilement accès à une propriété plus grande.«.

Comment éviter une plus grande concentration ? Bercovich répond : « Pour qu’il y ait moins de concentration, il faut que ceux qui ont zéro propriété en aient, et que ceux qui en ont 20 en aient moins. Pour cela, le rôle de l’État est important.generando políticas para que las personas en condiciones de contraer un crédito hipotecario lo puedan hacer, y también generando los impuestos necesarios para que las personas con muchas propiedades de mucha valuación paguen los impuestos correspondientes, y con ese dinero recaudado se financien políticas de acceso a le logement”.

Une chose est claire : la Ville compte le même nombre d’habitants depuis des décennies (trois millions) mais on en construit de plus en plus. Les auteurs concluent : « Dans les débats sur la situation des locataires, En général, le autre partie de la relation contractuelle : les propriétaires des logements. Bien qu’il existe une perception largement répandue selon laquelle le marché locatif à Buenos Aires – et en Argentine en général – n’est pas structuré autour d’entreprises ou de grands propriétaires, il n’existe aucune donnée concluante qui conforte ou réfute cette perception.

-

PREV Celsia construira un projet pour renforcer l’infrastructure d’énergie électrique à Cordoue
NEXT Valeur de clôture du dollar à Cuba ce 21 mai, de l’USD à la CUP