Première étape pour réformer la plus ancienne Charte biologique de Neuquén

-

La proposition pour le réforme de la charte municipale sur la Plaza Huincul, une promesse de campagne que le maire a promu Claudio Larraza, a pris le statut parlementaire. C’est la première qui a été sanctionnée dans la province, en Juillet 1989. Le projet d’ordonnance a été promu par le présidence, la Communauté et Ensemble pour les blocs Plaza et entra dans la Commission Un pour étude.

Lors de la dernière session du Conseil délibérant, l’initiative a pris le statut parlementaire et cherchera à entamer le processus de réforme de la charte bio. Dans ce cas, la révision des articles 236 et 242 est demandée, qui décrivent précisément la possibilité d’une réforme totale ou partielle, à travers la convention qui doit être convoquée à cet effet. Il devra être approuvé par deux tiers du total des membres du Conseil délibérant.

L’initiative est née du parti au pouvoir (qui ne dispose pas de majorité propre) à travers la présidence, le bloc communautaire et Ensemble pour la Place. L’autre article mentionné dans le projet – le 242ème – est celui qui mentionne qu’il peut être révisé obligatoirement tous les trois mandats de gouvernement, par le biais d’une commission de révision législative.

Le président de l’organisme, Daniel Vidondo, Liliana Gords et Viviana Casado, sont les auteurs du projet. L’année dernière, peu après son entrée en fonction, la commission a été constituée avec des représentants de tous les blocs et l’Exécutif a été invité à en envoyer une, qui jusqu’à présent n’a pas été définie.

«Il y a des articles que nous souhaitons revoir et des problématiques à ajouter, de nouveaux droits et garanties, comme les droits environnementaux, le médiateur. L’idée est de l’adapter également aux articles de la Constitution de la province”, a déclaré le président du Délibératif, Daniel Vidondo.

Une fois le processus entamé, c’est-à-dire lorsque la convocation au congrès sera approuvée et que ses membres commenceront à travailler, il sera proposé de travailler sur les articles qui ne sont pas prévus dans la Constitution provinciale, car ils sont obsolètes.

Sur la Plaza Huincul, les autorités municipales doivent prendre leurs fonctions 90 jours avant les autorités provinciales. C’est pour cette raison qu’ils restent en fonction en septembre et Vidondo a souligné que Un changement pourrait être celui-ci : que les deux mandats coïncident en décembre.

Il y a d’autres questions à aborder que la charte biologique actuelle n’envisage même pas, comme l’environnement. «Il y a des droits qui ne sont pas envisagés. Il y a eu un changement de paradigme avec, par exemple, les personnes handicapées ; et le droit de l’environnement qui n’est pas inclus”, a-t-il décrit. Les thèmes destinés à des groupes tels que les personnes âgées et les peuples autochtones ne figurent pas non plus dans la Charte biologique actuelle.

En tout cas, ce sont des aspects généraux car le processus ne fait que commencer. Si le projet que vous avez inscrit est approuvé, le maire en est informé Claudio Larraza convoquera les élections pour les électeurs. Chaque espace ou parti politique peut proposer ses candidats. Ce sera cette convention qui analysera les articles et définira les modifications dans la rédaction, la suppression ou l’incorporation d’articles.

Pour avancer dans le processus, “L’idée est que l’élection des électeurs coïncide avec les élections de mi-mandat et faire des économies en les rendant simultanées”Suggéra Vidondo.

Enfin, il a expliqué que le maire Larraza est déjà au courant de la proposition et qu’il sera également nécessaire de convoquer des spécialistes pour les futures réformes.

La commission Uno où est né le projet a la participation des différents blocs. Outre Vidondo, Gords et Casado, le corps est composé de Gustavo Suárez et Marga Yunes (MPN), Sebastián Ávila (MID) et Fernando Doroschenco.

-

PREV séisme d’aujourd’hui, jeudi 23 mai, épicentre et magnitude
NEXT Carthagène, Villavicencio et Neiva ont connu les plus fortes augmentations de logements