1965 : une année mémorable pour le Musée municipal des arts visuels

1965 : une année mémorable pour le Musée municipal des arts visuels
1965 : une année mémorable pour le Musée municipal des arts visuels
-

Le mercredi 16 juin 1965, le directeur de cette organisation, le Dr Néstor Corte, et les membres du Conseil consultatif honoraire du Musée municipal des arts visuels, parmi lesquels se trouvaient MM. Dr Isaac Aizenberg, directeur du Rosa Galisteo Musée provincial des beaux-arts de Rodríguez ; Ricardo Supisiche, représentant des plastiques et César Borda, directeur de l’Institut municipal.

Le musée. Photo : Archives

A cette occasion, les responsables ont examiné différentes propositions pour couvrir l’activité du musée au cours de la saison 1965, parmi lesquelles la réalisation du premier Salon annuel des arts appliqués, sous les auspices du Fonds national des arts et le premier du genre avec des tissus d’ameublement, des bijoux. , conception d’affiches et autres arts appliqués.

Une autre exposition importante de la saison, organisée lors de cette réunion, était la Salle de l’artisanat aborigène du Chaco, avec des verres, des cruches et des pots en poterie rouge, sans vernis (terre cuite), fabriqués par des artisans aborigènes Toba, selon les systèmes traditionnels. . d’élaboration et de préservation de l’individualité et de la liberté absolue de création.

Oeuvre de Mena. Photo : Archives

Pour sa part, l’Institut cinématographique de l’Université nationale du Litoral a réalisé dans les installations du musée une exposition pédagogique, avec des projections de films. Et une exposition de peintures de Trieste a eu lieu, sous les auspices du Musée d’Art Moderne de Buenos Aires. « Cette exposition, présentée pour la première fois en Amérique du Sud, présente les œuvres de quatre peintres de Trieste, importants dans la nouvelle génération d’artistes européens et arrivés dans notre pays sous les auspices du Círculo Triestino, l’Institut de Culture italienne et la Fédération générale des sociétés italiennes d’Argentine », a déclaré El Litoral.

Oeuvre de José Guadalupe Posada. Photo : Musée National de la Gravure

De même, lors de la réunion, l’exposition a été organisée en hommage à Juan de Dios Mena et une autre consacrée aux gravures de José Guadalupe Posada, gérée personnellement par le Dr Isaac Aizenberg “lors de son récent séjour au Mexique”.

-