L’exposition d’un artiste espagnol nous invite à réfléchir sur l’imaginaire collectif sur les réseaux sociaux

L’exposition d’un artiste espagnol nous invite à réfléchir sur l’imaginaire collectif sur les réseaux sociaux
L’exposition d’un artiste espagnol nous invite à réfléchir sur l’imaginaire collectif sur les réseaux sociaux
-

Images tirées de Facebook ou Instagram Ils servent de référence à l’artiste espagnol Barrabás Cruz pour simuler dans ses peintures un environnement numérique dans lequel il invite à se plonger dans une réflexion sur la manière dont les réseaux sociaux configurent la compréhension de la société et ses relations entre l’individuel et le collectif. imagination.

À Barabbas Cruz il semble “très interessant” Ce que les gens montrent d’eux-mêmes sur les réseaux sociaux, “C’est une idée très contemporaine”a-t-il déclaré à EFE lors d’une visite pour son exposition “Alimentation” (Flux), à l’affiche à Bruxelles.

“Dans le passé, vous vous montriez à trois, quatre ou cinq personnes, aujourd’hui vous vous montrez à beaucoup de gens et vous avez un profil public. Je suis très intéressé par cette partie de nous qui dit que je veux que les gens sachent cela sur moi”reflète Cruz (1992, Alcázar de San Juan, Ciudad Real).

L’exposition, qui oscille entre figuration et abstraction, est étroitement liée à la Monde imaginaire car “Les relations quand on peint sont très similaires à celles quand on rêve”raconte l’artiste castillan-La Manche, arrivé à Bruxelles il y a huit ans.

Bien qu’il ait abordé l’utilisation des réseaux sociaux, Cruz a souligné qu’il ne cherchait pas à poser une question morale ni à signaler des “problèmes à résoudre”, il a simplement l’intention d’y réfléchir, a-t-il insisté.

“Ce sont des complexités de la vie contemporaine qui m’intéressent”, a déclaré l’homme d’Alcazar, diplômé en Beaux-Arts des universités Complutense de Madrid et Kunste de Berlin, et qui a participé aux éditions ARCO 2022 et 2023.

De l’exposition, qui fait partie du programme Art Brussels 2024, Barrabás Cruz souligne que chaque personne sort avec des idées différentes.

“Le jour de l’inauguration, il y avait des enfants qui étaient sûrs d’emporter quelque chose de différent de ce qu’un homme ou une femme prendrait, ou d’une personne ayant vécu au Liban ou d’une personne ayant vécu à Tomelloso”, » observa Cruz.

L’exposition plonge dans le style de vie contemporainla manière dont les gens se présentent dans la société, leurs intérêts, leur mémoire ou leur identité.

A cette occasion, son œuvre n’échappe pas à l’influence des références culturelles de son environnement belge actuel, comme le surréalisme et les triptyques flamands, avec des références au peintre allemand Josef Albers, pour la couleur, et à René Magritte pour la couleur. . faisant référence à l’humour belge.

Ouverte jusqu’au 19 juillet dans l’espace polyvalent LAB (SPAIN arts & science lab in BELGIUM) de l’Ambassade d’Espagne en Belgique, l’exposition est divisée en deux salles.

Certaines œuvres sont exposées à la bibliothèque “Josep Carner”, Poète et diplomate catalan, et là les peintures se concentrent sur la nourriture, en fait l’une des peintures fait référence au recueil de poèmes de Carner « Els fruits savorosos », avec lequel il a commencé le mouvement noucentiste.

Les tableaux situés dans la deuxième salle de l’exposition font référence à jeux d’argentles grandes structures du passé comme les aqueducs ou les moulins et aussi l’idée de résistance, comme en témoigne la toile de pieds fermement posée au sol ou la colonne qui apparaît peinte dans l’un des tableaux.

Le conseiller culturel de l’ambassade d’Espagne, Tada Bastidaa souligné le lien entre l’exposition et la légation diplomatique, comme les références à Carner, qui était diplomate, et aussi les peintures dans lesquelles apparaissent des aqueducs, symbole de l’Union européenne qui représente la solidarité entre les pays.

EFE

-

PREV La Tour de Tokyo, la “Eiffel” du Japon construite avec des chars de guerre recyclés
NEXT 10 expositions pour cet été à ne pas manquer