Des artistes cubains exposent à Madrid : « Gagner sa vie dans un autre pays ne peut pas tuer notre créativité »

Des artistes cubains exposent à Madrid : « Gagner sa vie dans un autre pays ne peut pas tuer notre créativité »
Des artistes cubains exposent à Madrid : « Gagner sa vie dans un autre pays ne peut pas tuer notre créativité »
-

Un groupe d’artistes cubains a inauguré samedi 8 juin une exposition collective au centre de Madrid. Dessous comprend des œuvres de René Francisco Rodríguez, Dayana Trigo Ramos, Victor Piverno, Francisco de la Cal, Jorge Pablo Lima et l’Espagnol Miki Leal.

DIARIO DE CUBA s’est entretenu avec certains de ces artistes à propos de l’exposition qui sera ouverte au public pendant un mois à la galerie Indago (Calle del Castillo 8, Chamberí). L’espace était un ancien atelier de lutherie où l’on fabriquait des guitares, et cela se reflète dans les œuvres et le cadre de l’exposition : le bois est présent dans la plupart des créations.

“Ici, on ouvre un placard et il y a de nombreuses parties de guitare, beaucoup de matériel de l’histoire du lieu”, explique René Francisco, qui a convoqué le reste des participants. “Alors, avec certains de mes anciens élèves, on a fait comme un atelier et on s’est demandé ce qu’on pouvait faire avec tout ça. On a décidé de faire une sorte d’orchestration et de sauver ce que c’était à l’origine ; au final la guitare a aussi un grand poids à Cuba”.

“Tout a été un peu amusant”, déclare Víctor Piverno à propos du projet. “Un ami m’a récemment dit qu’à Madrid il y a beaucoup de rencontres sociales, mais très peu de rencontres culturelles, et c’est vrai. À La Havane, nous nous sommes rencontrés dans une maison et avons organisé une exposition, mais ici, c’est impossible. Il faut encourager ces choses-là, car Bien. “

L’objectif du projet était de créer un « espace de distraction », quelque chose qui, dans l’annonce de l’exposition, est défini comme un lieu « où l’exercice artistique se détend et joue avec cet espace de discours conventionnel et institutionnalisé ».

À la recherche d’une « atmosphère hérissée et utile », l’exposition a été conçue comme une œuvre à plusieurs mains. René Francisco souligne la collectivité présente dans l’exposition : “Bien que chacun ait mis quelque chose de personnel, cela ressemblerait à une installation unique. Nous avons essayé de rompre avec la paternité des œuvres. Il y a des œuvres qui ont eu une histoire personnelle, mais nous avons essayé que quelqu’un d’autre le fasse pour vous. Je le vois comme un exercice pédagogique dans lequel nous apprenons tous ; ici il n’y a pas de conservateur pour diluer l’ego, l’auteur, le réalisateur… nous cherchons un courant. qui nous imbrique depuis la guitare”.

Miki Leal a présenté une de ses aquarelles conservées depuis plus de 20 ans. Le tableau a été réalisé en allusion aux premiers moules des guitares de Paco de Lucía. “C’est une œuvre que j’ai réalisée pour une exposition au Centro Andaluz de Arte Contemporáneo en 2001 ou 2002. Quand René est venu et m’a dit que nous ferions quelque chose dans un vieux support de guitare, je lui ai dit qu’il avait la pièce parfaite. Le reste des artistes qui sont ici sont plutôt du genre installation et conceptuel, une particularité très cubaine et le mien est venu apporter peut-être un peu plus de couleur, de cette chose plus méditerranéenne”, détaille le célèbre peintre espagnol.

Pour Leal, ce type d’initiative aide les artistes étrangers à se frayer un chemin en Espagne : « Pour eux, le monde espagnol est très fermé et ils ne le contrôlent pas autant, ce n’est pas facile. Ce sont des gens qui viennent et cela prend beaucoup de temps. de travail pour qu’ils entrent dans le monde commercial et professionnel de l’art. Je crois que cette symbiose se produit également à Carabanchel. [barrio madrileño donde radican varios autores de esta expo], nous génère tous vivant ensemble. “Nous sommes amis, nous nous critiquons, nous nous parlons… Finalement, il arrive des choses comme ça, qui sont géniales et tout s’enchaîne, rien n’est forcé.”

Le fait d’exposer dans un quartier comme Chamberí a également été bénéfique pour les artistes cubains participant à cette exposition. “Une des choses que nous avons prévues est d’essayer de quitter Carabanchel, parce que les gens nous ont pris pour…, ils nous ont même traités de petits bourgeois”, explique René Francisco. “Je crois qu’il s’agit d’aller à l’essentiel. Et les essences sont parfois très simples, c’est ce qu’on ne nomme pas. Lorsqu’on a demandé à Borges ce qu’il y avait d’argentin dans sa poésie, il a répondu : ‘Ce qu’il y a, c’est ça'”. Je suis Argentin. Nous sommes des créateurs et la recherche de gagner notre vie dans un autre pays ne peut pas nous tuer. Ma peur est toujours de perdre cette part créative que nous avions à Cuba parce que nous devons survivre d’une autre manière.

“Ce qui est intéressant à Madrid aujourd’hui, c’est qu’il y a tellement de Cubains ici que nous avons un Cuba”, ajoute René Francisco. “Nous pouvons sauver, comme je l’ai dit récemment à mon camarade de classe Miguel Núñez [pianista cubano]la question revient à l’ISA [Universidad de las Artes, de Cuba]. Parce que quand tu es à l’école dans un état de création absolue, tu ne te demandes pas si une galerie ou une institution va t’emmener.”

-

NEXT Almodóvar del Campo dédie un monument en bronze à Saint Juan d’Ávila ~ Montilla Digital