« Ce qu’on n’attend pas du sexe », un livre informatif sur les IST

-

C’est avec ces mots que Raquel Carnero et Luis Marcos, deux diffuseurs scientifiques renommés et auteurs des livres à succès Vaccination. Deux siècles et ça compte ! et Antibiotiques contre bactéries. De la résistance à la contre-attaqueprésentent maintenant leur nouveau travail: Ce qu’on n’attend pas du sexe. Un rendez-vous avec des infections sexuellement transmissibles (IST). Avec ce travail, ces deux diplômés en pharmacie, récompensés par divers prix pour leur travail informatif, démystifient et clarifient de nombreuses croyances et tabous qui entourent la sexualité avec la même rigueur et la même clarté qui ont caractérisé leurs publications précédentes, auxquelles Nogales ajoute également deux livraisons de Épopée pharmaceutique.

Une semaine après son continue À Salamanque, Ce qu’on n’attend pas du sexe (Éditions Menoscuarto) Il est présenté ce mercredi, à 19h00, à la Casa del Libro de Madrid (Rue Fuencarral, 119).

Une fois de plus, les auteurs utilisent l’humour pour aborder un problème de santé publique très grave, et ils le font encore avec l’aide de Ansolaqui, avec ses dessins amusants, illustre un livre préfacé par le célèbre immunologiste Alfredo Corell et dans lequel « il est démontré que tout n’est pas sexy dans le sexe ».

Après un travail intense sur les vaccins (livres, expositions, conférences…), pourquoi avez-vous décidé de consacrer un livre aux infections sexuellement transmissibles (IST) ?

Après la publication Vaccination : deux siècles et plusnous avons vu qu’il était temps de parler de résistance aux antibiotiques et nous avons publié Antibiotiques contre bactéries : de la résistance à la contre-attaque (Larousse). Mais nous avons toujours eu l’œil pour savoir où se situe le problème de santé publique, et après la pandémie, nous avons constaté que le Orage parfait avec l’augmentation alarmante des cas d’IST. C’est pourquoi nous avons souhaité nous concentrer sur ce problème majeur de santé publique et peu connu du grand public.

Que trouvera le lecteur dans Ce qu’on n’attend pas du sexe. Un rendez-vous avec les IST?

C’est un livre instructif pour tous publics, avec une approche très originale. Vous y retrouverez la rigueur scientifique, avec les données les plus récentes, expliquées et graphiques. Mais, en même temps, les auteurs veulent offrir une vision globale pour expliquer comment nous en sommes arrivés à cette situation, c’est à dire qu’il y a une partie de l’histoire et de l’évolution de ces maladies, de nombreuses anecdotes et la touche d’humour des illustrations et vignettes d’Ansola. . Nous abordons tout : les campagnes et stratégies éducatives, également dans d’autres pays, les changements sociaux, les phénomènes tels que chemsexla DoxyPEPles types de diagnostics…

Les chiffres de prévalence de maladies comme la chlamydia, la gonorrhée, la syphilis ou le trichomonas montent en flèche. On dit que les IST seraient déjà la deuxième cause de maladies infectieuses en Europe, derrière les pathologies respiratoires. À votre avis, à quoi est due cette augmentation ?

Après la pandémie, on a constaté que les comportements avaient changé, avec une population qui a abandonné l’utilisation du préservatif et a adopté des comportements à risque. Il n’y a pas non plus d’éducation parmi les jeunes, qui ignorent ces maladies et ne viennent souvent pas recevoir de diagnostic par manque d’information.

Ils consacrent une section du livre aux « pratiques à risque au 21e siècle ». Quels sont les principaux ? Ont-ils quelque chose à voir avec cette forte augmentation des IST ?

Le problème fondamental est la perte de contrôle et la perte de perception du risque. L’un des comportements à risque est d’avoir des relations sexuelles sous l’influence de drogues, comme dans le cas de chemsex, car ils réduisent la perception du risque et favorisent le manque de contrôle sur la protection. Chez les jeunes, la pornographie déforme l’idée de ce qu’est une vie sexuelle saine, surtout lorsqu’ils n’ont aucune autre source d’information. L’utilisation du applications La régularité des rendez-vous, dans lesquels l’anonymat est souvent privilégié, ne contribue pas non plus à stopper les infections. L’introduction de la PrEP pour prévenir la propagation du VIH incite également de nombreuses personnes à ne pas utiliser de préservatifs.

Dans le livre, ils parlent de « sociosexualité », qu’entendent-ils par ce concept ?

La sociosexualité fait référence à un modèle de comportement sexuel dans lequel il n’y a aucun engagement entre les participants. Aucun lien affectif n’est établi avec les partenaires sexuels. Le terme n’est pas nouveau, il a été inventé par le biologiste et sexologue Alfred Kinsey dans la première moitié du XXe siècle.

Comment pensez-vous que la perception du public à l’égard des IST a évolué ces dernières années ?

On sait depuis un certain temps que quelque chose ne fonctionne pas dans la prévention des infections sexuellement transmissibles (IST) en Espagne. La perception du risque a été perdue. Il y a un besoin d’éducation sanitaire et une grande diffusion auprès du grand public. Il est important que les gens prennent leurs propres décisions, en fonction de leur éducation, de leur culture et de leur situation. Il ne s’agit pas de prescrire des comportements, mais de promouvoir des habitudes saines, comme on le fait avec la protection solaire ou la nutrition ; tout est éducation à la santé.

Quels sont les risques d’une IST non diagnostiquée et non traitée ?

C’est un grand risque de ne pas avoir de diagnostic. Pour le patient lui-même, mais aussi pour ses futurs partenaires sexuels et pour la société toute entière. En fait, de nombreux cas d’IST sont asymptomatiques. Le patient ne sait pas qu’il est infecté, ce qui l’amène à ne pas prendre de précautions, prolongeant ainsi la chaîne des infections.

“Chez les jeunes, la pornographie déforme l’idée de ce qu’est une vie sexuelle saine”

Raquel Carnero et Luis Marcos

Il existe des infections sexuellement transmissibles qui présentent des symptômes immédiats ; Dans d’autres, ils n’apparaissent qu’à des stades avancés et, s’il n’y a pas de traitement adéquat et opportun, ils peuvent causer des problèmes à long terme, comme le syndrome de Reiter, qui est une arthrite réactive dérivée d’une infection à la gonorrhée. Il existe d’autres maladies auto-immunes liées aux IST à long terme, mais elles sont moins connues. Une infection à Chlamydia qui n’est pas traitée correctement peut entraîner le développement d’une maladie inflammatoire pelvienne. De plus, cela peut provoquer une infertilité et des grossesses extra-utérines. Nous sommes également confrontés au problème de l’émergence de souches de supergonorrhée ou de gonorrhée résistante aux antibiotiques dans plusieurs pays. Si nous utilisons les antibiotiques de manière inappropriée, ces résistances se propageront de plus en plus et constitueront un grave problème pour la santé mondiale.

Un instant de la présentation à la librairie Santos Ochoa de Salamanque, où les auteurs étaient accompagnés de Diego Matos, responsable de la communication de l’hôpital de Salamanque.

Les infections sexuellement transmissibles sont-elles une « affaire de jeunesse » ?

Les IST nous touchent tous, mais les chiffres d’incidence de certaines maladies, comme la chlamydia, sont très élevés chez les moins de 24 ans. Ceux d’entre nous qui sont dans les années 80 connaissent les campagnes de sensibilisation et les messages institutionnels, mais les jeunes entre 20 et 24 ans sont en marge de ces messages. Il est clair qu’il y a un manque d’information, et cela est dû soit au message qui ne leur parvient pas, soit, en réalité, dans notre pays, il n’y a pas eu de telles campagnes ni d’éducation sanitaire dans les écoles et les instituts.

Le livre a été mis en vente la semaine même où le ministère de la Santé a lancé la campagne nationale de prévention des IST. Quelle est votre opinion sur l’efficacité de ce type de campagnes ?

C’était une coïncidence si cela coïncidait dans le temps. Mais il est vrai qu’avec les chiffres dont nous disposons dans la tranche d’âge de 14 à 20 ans, il fallait s’attendre à ce que cette initiative de communication soit lancée. La dernière campagne de prévention des IST du ministère de la Santé date de 2017 et nous pensons qu’une nouvelle était nécessaire. C’est difficile de faire passer le message auprès de cette population, il faut le diffuser sur les réseaux sociaux et tout dire dans une vidéo de 14 secondes, ce n’est pas évident. Il faut savoir clairement quoi faire pour prévenir ces infections et, surtout, que faire si vous êtes infecté.

On parle BEAUCOUP de sexe, mais parle-t-on BIEN de sexe ? À l’ère de la surinformation, considérez-vous que les adolescents et les jeunes bénéficient actuellement d’une éducation sexuelle adéquate ?

Il est vrai qu’il semble que nous devrions disposer de plus d’informations que jamais, car elles sont accessibles sur Internet. Mais la réalité est que les jeunes sont plus perdus que jamais. Il existe encore beaucoup de stigmatisation autour de ces infections, car même s’il existe de nombreuses informations disponibles sur les IST, il y a très peu d’informations sur tout ce qui les entoure : les médicaments (Chemsex, slamsex), santé mentale, exclusion sociale, difficulté d’accès au système de santé…

« Il ne faut pas se sentir gêné par un test IST positif »

Raquel Carnero et Luis Marcos

Beaucoup plus d’informations et d’éducation sanitaire sont nécessaires. Comme données, en 2022, 23 333 cas d’infection gonococcique ont été signalés, dont 79,9 % étaient des hommes. Sur le total des cas signalés, seuls 46,3 % disposaient d’informations sur la transmission.

Sans intestin dans le livre, pouvez-vous avancer quelques recommandations pratiques pour réduire le risque de contracter une IST ?

La meilleure recommandation est d’être informé de ce que nous disons avec notre livre : « lis-le, lis-le ». Une population qui reçoit une éducation sanitaire est mieux préparée à faire face à ces infections, car elle recherchera le diagnostic et prendra des précautions. Vous devriez éviter de vous sentir gêné par un test positif pour une IST.

Ils recourent une fois de plus à l’humour à travers des illustrations pour aborder un problème très grave. Il est également présent dans les titres des chapitres (Le discret qui fait tout gâcher; Une nuit avec Vénus, une vie avec Mercure…). Dans quelle mesure le sourire est-il un bon allié de diffusion ?

Ansola utilise un humour satirique qui s’accorde parfaitement avec nos livres, comme Antibiotiques contre bactéries et Vaccination. Ce type d’humour se connecte particulièrement bien avec le public. Lorsque les gens lisent un livre de vulgarisation scientifique, ils recherchent un langage simple et une lecture agréable. C’est ce que vous trouverez dans Ce qu’on n’attend pas du sexede la rigueur dans l’information et une touche d’humour qui engage dans la lecture.

Dans votre travail de recherche pour écrire ce livre, avez-vous découvert quelque chose que vous ne vous attendiez pas à propos du sexe ?

Nous avons découvert, une fois de plus, que les déterminants de la santé influencent grandement la propagation des IST. Il s’agit d’un problème de santé publique aux multiples facettes qui a un impact sur la santé mentale et dont la solution doit inclure des facteurs sociaux.

Avez-vous en tête un autre projet informatif lié à ce livre ?

En raison de l’évolution rapide qui a lieu et de ce que nous avons déjà appris en recherchant de la documentation pour ce livre, nous pensons qu’un bon sujet pour un prochain projet est l’abus des drogues et leur impact sur la société.

-

PREV Une autre vision du Livre du Bon Amour, par l’archiprêtre de Hita | NouveauAlcarria
NEXT les subventions aux livres sont discriminatoires