Le péronisme aux urnes avec un favori, entre nouveaux visages et projets de loi votés

Le péronisme aux urnes avec un favori, entre nouveaux visages et projets de loi votés
Le péronisme aux urnes avec un favori, entre nouveaux visages et projets de loi votés
-

Le 29 septembre prochain Parti justicialiste de Chubut va renouveler ses pouvoirs au milieu d’une profonde crise interne en proie à l’adoption de projets de loi et à une menace judiciaire qui la place au bord de la perte de son statut juridique. Il péronisme est présidé par Carlos Linares Depuis 2020, son mandat reste prolongé et le sénateur a déjà anticipé qu’il ne chercherait pas à renouveler un autre mandat. Pendant ce temps, de nouveaux visages émergent, laissant derrière eux les pères des dernières défaites électorales et le nom du maire de Comodoro Rivadavia, Othar Macharashvilipiques en pointe pour le concours interne.

La situation politique et institutionnelle de la PJ provinciale traîne depuis des années en polémique et constitue une bombe que personne n’ose désamorcer. En 2016, l’un des principaux collaborateurs de Linares, Ricardo Mutioa été nommé président du Conseil exécutif du PJ lors d’une élection qui n’a pas été sans controverse : Mutio a pris ses fonctions sans élections grâce à une décision de la Chambre électorale nationale qui a empêché la liste du maire de Trelew de l’époque de participer aux élections. Adrien Maderna. Par conséquent, Mutio a remplacé Carlos Elichechedont le mandat à la tête de la PJ a également été prolongé.

Depuis lors, le péronisme à Chubut a commencé à connaître une série de défaites électorales qui ont atteint leur point culminant en 2021, lorsque Linares était candidat au poste de sénateur du Frente de Todos et a obtenu un maigre 28,1% contre Ensemble pour le changement, dont la formule était dirigée par l’actuel gouverneur de Chubut, Ignacio Torresqui a recueilli 47,9% des voix.

La défaite du PJ a eu son corollaire en 2023, quand Ensemble pour le Changement a obtenu deux victoires cruciales qui ont fini par enterrer deux décennies de péronisme à Chubut : le parti radical Gérardo Mérino Il a gagné dans la ville de Trelew, chambre d’écho de la politique provinciale, et dans la province, Nacho Torres a triomphé.

Un groupe de maires justicialistes, le Front Renovador et des partis municipaux ont confirmé leur soutien à l’espace dirigé par le président de 36 ans.

En même temps, il y avait ceux qui regardaient vers Torres, comme le chef communal de la ville Sarmiento, Sébastien Baloutche, qui dans une interview à la radio s’est demandé « quel serait le problème » de construire politiquement aux côtés du gouverneur. En moins de 24 heures, les conseils locaux du PJ de Comodoro Rivadavia et de Trelew ont publié deux déclarations sévères dans lesquelles ils se demandaient si Baloutche « était vraiment un péroniste », remettant même en question son affiliation au parti.

De nouveaux visages et un « favori » dans le péronisme

Avec le PJ hors du pouvoir provincial et au milieu du nouveau scénario politique que dessinait la victoire de Torres, d’autres acteurs du péronisme de Chubut ont commencé à gagner en notoriété. Parmi eux se trouve Miguel « Coné » Díaz, un leader de moins de 50 ans qui a su rassembler des soutiens et qui a été à l’avant-garde d’une ligne de dialogue avec le gouverneur PRO, projetant un PJ qui, quelles que soient les idéologies, travaillerait avec le président. Ce dernier a valu à Díaz des demandes de sanctions et d’expulsion lors du dernier congrès du parti tenu en avril à Comodoro Rivadavia.

cf5172f4-e44c-4940-90ec-027c74068a3b.jpg

Quelques semaines plus tard, d’autres personnalités de la gamme variée des Justicialistes sont entrées en scène. Le député provincial de l’Unión por la Patria Gustavo Fita, qui préside la CGT Saúl Ubaldini de la ville pétrolière, a déclaré que « cela ne le dérangerait pas de présider » l’espace. En même temps, Othar Macharashvilimaire de Comodoro et successeur de Juan Pablo Luque, dernier candidat au poste de gouverneur du péronisme, s’impose comme le favori pour présider le parti. A la tête de la ville la plus peuplée de la province, Macharashvili entretient un dialogue fluide avec Torres, tout en luttant contre YPF en raison de l’impact environnemental du départ de la compagnie pétrolière de l’ejido municipal.

Le ecarrefour judiciaire

Comme si l’interne ne suffisait pas, récemment le secrétaire électoral de la Cour fédérale de Rawson, Enrique Kaltenmeier, a reconnu que la prolongation des mandats au sein de la PJ, ajoutée à une série de décisions administratives prises “sans les majorités nécessaires”, a laissé le parti au bord de l’expiration et de la perte de personnalité, à moins que les élections du 29 septembre ne soient claires, vierge et libre de tout soupçon et de toute remise en question. Le PJ devra donc aplanir les choses en interne sans que les dissidences n’éclatent vers l’extérieur et continuent d’éroder la crédibilité de sa direction, également réglée par la crise du péronisme au niveau national.

Les défaites électorales successives et les luttes internes pour la représentation du parti placent le PJ à la croisée des chemins : alors que son principal candidat entretient de « bons amis » avec une administration provinciale dont l’espace politique ne cesse d’absorber les maires justicialistes, l’espace que préside aujourd’hui Linares se prépare à se renouveler, laissant un groupe de personnalités mécontentes de la direction prise par la « petite table » ces dernières années. Ce dernier est l’un des principaux reproches internes du Parti Justicialista : la prise de décision par les dirigeants « historiques » de l’espace, au détriment des résultats électoraux et d’un sceau péroniste qui perd de sa couleur avec le temps. , mais dont personne ne veut lever les pieds de l’assiette.

#Argentina

-