“La planète n’est pas en danger à cause de Trump”

-

Par Paula Escalada Medrano |

Manaus (Brésil) (EFE).- La planète n’est pas en danger à cause de personnalités comme Donald Trump, car même si elles contribuent à sa dégradation avec leurs politiques négationnistes, c’est l’humanité qui est véritablement responsable d’être « utilisant plus que ce dont elle a besoin, », a déclaré le président et directeur exécutif du World Wildlife Fund (WWF) pour les États-Unis, Carter Roberts, dans une interview accordée à EFE.

“La planète est en danger non pas à cause de Donald Trump mais à cause de nous tous, parce que nous vivons tous au-dessus de nos moyens”, a déclaré le directeur de l’ONG au logo du panda.

Le président et directeur exécutif du World Wildlife Fund (WWF) pour les États-Unis, Carter Roberts, s’exprime lors d’un entretien avec EFE le 13 juin 2024 à Manaus, au Brésil. EFE/Antonio Lacerda

La planète est en danger, a-t-il ajouté, parce que « nous comptons plus en dollars et en centimes que la biodiversité dans la nature et le climat » et parce que « les gens ont besoin de nourrir leurs familles et, à moins qu’ils ne trouvent un moyen de le faire en utilisant moins de terres, d’énergie et d’eau, détruira la nature.

C’est pour cette raison, a-t-il ajouté, qu’il appartient à l’humanité de “trouver de nouvelles solutions, de nouvelles voies de développement”, car “tout ne peut pas dépendre d’une seule personne”, ni de l’ancien président Trump (2017-2021), favori pour remporter la présidentielle américaine. élections aux États-Unis – ni des « autres dirigeants mondiaux » comme l’ancien président brésilien Jair Bolsonaro (2019-2023), qui, avec leurs politiques, mettent en péril tout progrès en matière de protection de l’environnement.

La durabilité au niveau de l’entreprise

En 2020, les États-Unis sont devenus le premier pays au monde à se retirer formellement de l’Accord de Paris, approuvé en 2015 pour renforcer la réponse mondiale à la menace du changement climatique, tandis que le Brésil a pris du retard sur Bolsonaro dans la plupart des indicateurs, comme celui de la déforestation.

Dans des moments comme ceux-là, le WWF considère l’existence de « partenariats commerciaux » comme plus vitale que jamais pour éviter que les progrès réalisés ne soient inversés.

Le président et directeur exécutif du World Wildlife Fund (WWF) pour les États-Unis, Carter Roberts, s’exprime lors d’un entretien avec EFE le 13 juin 2024 à Manaus, au Brésil. EFE/Antonio Lacerda

Face à la nécessité de renforcer ces associations, Roberts a participé cette semaine à Manaus, au cœur de l’Amazonie brésilienne, à la Semaine du développement durable, un événement organisé par IDB Invest, la branche privée de la Banque interaméricaine de développement (BID).

Roberts participe à des réunions environnementales de haut niveau depuis plus de deux décennies, mais « au cours des cinq dernières années », il a constaté que les entreprises sont « de plus en plus présentes », dit-il.

Et ils le sont parce qu’« ils voient une opportunité de gagner de l’argent et de gagner des parts » dans le marché du développement durable, mais aussi parce qu’ils savent qu’« ils doivent le faire », puisque « les gouvernements promulgueront des lois qui les obligeront à créer de nouvelles » entreprises. des modèles. .

L’Amérique latine, plus soucieuse de la protection de l’environnement

Est-il possible que les investissements nécessaires à la survie de la population cohabitent avec la protection de l’environnement ? Selon Roberts, c’est le cas, mais pour y parvenir, « il faut un leadership gouvernemental solide et solide, un cadre réglementaire » et des « barrières de protection » qui stipulent « à quoi devrait ressembler le développement économique ».

Une société civile également qui « mesure ce qui se passe », a-t-il ajouté. En Amérique latine, par exemple, il existe une société civile « dynamique » et « un grand nombre d’ONG très bien formées et de fervents défenseurs qui luttent pour l’Amazonie ».

La planète n’est pas en danger à cause de personnalités comme Donald Trump, c’est l’humanité qui en est véritablement responsable, affirme Carter Roberts.
Carter Roberts s’exprime lors d’un entretien avec EFE le 13 juin 2024 à Manaus (Brésil). EFE/Antonio Lacerda

Malgré le risque de changement de parti politique, inhérent à toute démocratie, il existe en Amérique latine un scénario « de continuité » plus favorable que ce que l’on voit « dans d’autres parties du monde, sur d’autres continents », a déclaré le PDG du WWF.

« En tant qu’ONG, nous devons être experts dans la navigation entre les différents partis politiques et dans la création de programmes bénéficiant du soutien de différents partis extrêmes », a-t-il ajouté.

Car même si « il importe » de savoir qui gouverne, a insisté Roberts, « il existe de nombreuses sources de pouvoir différentes » avec lesquelles aborder la conservation et le changement climatique.

-

NEXT Liga MX Femenil : Tuzas et Chivas ouvrent le tournoi avec des victoires