“Il y a du drame, de l’absurdité et aussi de la tendresse”

“Il y a du drame, de l’absurdité et aussi de la tendresse”
“Il y a du drame, de l’absurdité et aussi de la tendresse”
-

Ce jeudi, a été projetée la première du documentaire « El que baila Pasa » du cinéaste Carlos Araya Díaz.

Le film observe avec distance, ironie et réflexion les expériences des Chiliens lors de l’épidémie sociale, errant entre le drame, l’absurde, l’illusion et l’échec qui ressortent des enregistrements citoyens réalisés lors des manifestations de 2019.

À travers un mélange de documentaire, de fiction et d’essai, Araya et la coproductrice María Paz González construisent l’histoire d’un être de l’au-delà qui revient au Chili en 2019 et s’incarne comme un travailleur qui rêve d’une explosion sociale.

Grâce à Miradoc, « Celui qui danse passe » est disponible dans les cinémas d’Iquique, Antofagasta, Copiapó, Ovalle, Valparaíso, Los Andes, Santiago, Concepción, Valdivia, Puerto Varas, Puerto Montt, Coyhaique et Punta Arenas (recherche par ville ICI).

“Pendant les premières semaines de l’épidémie sociale, je collectionnais les images qui apparaissaient sur les réseaux sociaux, sans très bien savoir si elles allaient servir de film ou non”, se souvient Araya.

«Quelque temps plus tard, j’ai réalisé que dans ces disques il y avait quelque chose de plus complexe et de plus intéressant que ce que l’on pouvait faire du cinéma professionnel. Dans ces enregistrements, l’empreinte de ces personnes est devenue évidente en termes de ce qu’ils ont décidé d’enregistrer, que leurs voix soient incluses ou non. Il y a de nombreux enregistrements dans le film où les gens deviennent des sortes de chroniqueurs de ce qui se passe, avec différents points de vue également. »

Le film donne de l’espace non seulement aux registres « centraux », mais aussi « à côté, par exemple, une bagarre apparaît entre deux voisins à Lo Barnechea, il y a un voisin qui lui dit d’aller manifester ailleurs, d’aller à Maipú, là-bas. là où on brûle les pommes de terre, alors le régional apparaît aussi dans ce film, le nord et le sud apparaissent.

Dans le cas du réalisateur, il a vécu l’épidémie de Santiago.

“Je suis de Calama, mais j’habite à Santiago et je me souviens parfaitement de ce jour, j’étais avec ma fille, je suis allé la chercher dans son jardin, il n’y a pas eu de mobilisation, j’ai dû traverser l’Alameda dans mes bras avec elle . S’y mêle alors la question de l’apprentissage du père.»

En outre, le film nous permet de regarder certaines œuvres du passé du cinéma chilien, comme les courts métrages de Pedro Chaskel, il y a aussi des fragments de Raúl Ruiz, « mais aussi regardés depuis l’esthétique des réseaux sociaux, c’est-à-dire , à partir du cadre vertical.


  • Pour en savoir plus sur ce qui se passe dans le monde de la science et de la culture, rejoignez notre communauté Cultívate, la newsletter d’El Mostrador sur ces sujets. Inscription gratuite ICI.

-

NEXT Netflix, Max, Prime Video et Disney+ seront diffusés ce week-end (5 juillet)