Plus la pollution est importante, plus la présence de maladies est importante.

Plus la pollution est importante, plus la présence de maladies est importante.
Plus la pollution est importante, plus la présence de maladies est importante.
-

« Après avoir fait des promenades quotidiennes, je ressens davantage de mucus dans mon nez qui interrompt mes voies respiratoires. Je n’ai aucun problème de santé et je l’attribue à quelque chose qui est dans l’air”, a déclaré Gustavo, un homme de La Plata qui se promène chaque matin dans la forêt. Mirta a dit la même chose : « L’air que nous respirons est plus trouble et, dans certains endroits de la zone urbaine de La Plat, il est perçu comme une ‘abombe’ ». Conformément aux deux témoignages, le changement climatique est un phénomène qui affecte de multiples aspects de la vie sur Terre, et parmi eux, sa relation avec la santé est l’une des plus préoccupantes. Récemment, un lien possible est apparu entre l’augmentation du dioxyde de carbone (CO2) et la persistance d’agents pathogènes dans l’air, notamment le virus SARS-CoV-2, responsable de la pandémie de COVID-19. Cette association soulève la possibilité inquiétante que le changement climatique puisse influencer la transmission de maladies infectieuses.

Ces dernières semaines, comme l’a publié ce journal, il est devenu courant de voir les salles pleines de patients qui, pour la plupart, souffrent de maux de tête, de toux et de congestion nasale. À cela s’ajoute une augmentation notable des consultations pour des cas de pneumonie, ont convenu des sources du système de santé.

Diego Bares, chef du service clinique d’admission de l’hôpital général de San Martín, avait déclaré à ce média qu’« au cours des 15 derniers jours, tant dans le secteur de la santé publique que dans le secteur privé, la persistance des infections des voies respiratoires supérieures, mais maintenant s’est ajouté quelque chose de beaucoup plus complexe du point de vue biologique et des complications que cela peut engendrer, qui sont la pneumonie. C’est-à-dire l’implication des voies respiratoires inférieures.

Selon ce qu’a déclaré le Dr Silvia González Ayala, spécialiste des maladies infectieuses de La Plata : « L’estimation basée sur des données réelles est que 218 maladies infectieuses sur les 375 répertoriées dans le Réseau mondial des maladies infectieuses et d’épidémiologie (GIDEON) anglais) , se sont aggravés. C’est un sujet de préoccupation et d’occupation afin d’atténuer les effets du changement climatique anthropique sur la santé humaine. L’étude est transversale, intégrée et transdisciplinaire sous le concept d’une santé unique : humaine, vétérinaire et environnementale. Il ne s’agit pas seulement d’une aggravation, mais « il y a une augmentation de la fréquence de certaines maladies liées au changement climatique, la dengue en est un exemple », a poursuivi le spécialiste.

L’Organisation panaméricaine de la santé prévient qu’il est nécessaire de tirer les leçons de la pandémie de Covid pour se préparer aux effets du changement climatique. Selon l’OPS, « les températures élevées, les phénomènes météorologiques extrêmes et la pollution ont provoqué une augmentation des maladies cardiovasculaires et respiratoires, ainsi qu’une augmentation des maladies à transmission vectorielle ».

LE RÔLE DU DIOXYDE DE CARBONE DANS LA TRANSMISSION DU SRAS-COV-2

Comme publié précédemment, une étude récente en laboratoire a révélé que des concentrations croissantes de dioxyde de carbone (CO2) dans l’air peuvent prolonger la durée pendant laquelle les virus aéroportés restent infectieux. Selon les chercheurs, l’air extérieur normal contient un niveau de CO2 d’environ 400 parties par million (ppm). Or, en augmentant ces concentrations à seulement 800 ppm, la survie des virus dans l’air augmente considérablement. Ces résultats ont été publiés le 25 avril dans la revue Nature Communications.

Pour éviter une nouvelle pandémie, nous devons nous concentrer sur la prévention plutôt que sur la guérison

L’étude a mis en évidence que dans les environnements intérieurs présentant des niveaux de CO2 de 3 000 ppm, ce qui est courant dans les pièces surpeuplées, la quantité de virus infectieux après 40 minutes est environ dix fois plus élevée que dans des conditions d’air frais. En effet, le CO2 interagit avec les gouttelettes expirées, se comportant comme un acide et permettant aux virus de survivre plus longtemps dans l’air.

Les chercheurs ont également noté que les objectifs climatiques visant à limiter les niveaux de CO2 dans l’atmosphère pourraient avoir un avantage supplémentaire : réduire la propagation des virus aéroportés. La science du climat prévoit que, sans action, la concentration de CO2 dans l’atmosphère pourrait dépasser 700 ppm d’ici la fin du siècle, ce qui pourrait exacerber la transmission de maladies virales.

La recherche a montré une corrélation entre l’augmentation des concentrations de CO2 et la prolongation de la durée pendant laquelle le virus reste dans l’air. En effet, le CO2 agit comme un acide lorsqu’il interagit avec les gouttelettes d’aérosol expirées, abaissant leur pH et ralentissant l’inactivation des virus.

Pablo Orellano, spécialiste en épidémiologie et chercheur au CONICET, qui a souligné l’importance de distinguer le CO2 atmosphérique du CO2 intérieur. “Le dioxyde de carbone atmosphérique est un gaz reconnu comme un effet de serre qui affecte indirectement la température de la Terre et, d’une certaine manière, le bien-être des personnes”, a expliqué Orellano. Il a toutefois souligné que la relation directe entre le CO2 atmosphérique et la santé humaine n’est pas aussi claire que pour d’autres polluants.

Orellano a souligné que l’étude de l’Université de Bristol suggère que le CO2 intérieur pourrait influencer directement le risque de contracter un virus respiratoire en modifiant le pH de l’air ambiant. Bien que cette hypothèse soit à l’étude, elle n’est pas encore totalement prouvée. « L’augmentation des émissions de dioxyde de carbone pourrait faciliter les conditions d’une pandémie similaire à celle du COVID, mais il est prématuré d’émettre des hypothèses à ce sujet », a-t-il prévenu.

L’IMPACT DU CHANGEMENT CLIMATIQUE SUR LA SANTÉ

Marta Cohen, pathologiste pédiatrique et professeur honoraire au Département d’oncologie et de métabolisme de l’Université de Sheffield, estime que le changement climatique a un lien incontournable avec la santé. Cohen a mentionné une étude réalisée aux États-Unis qui suggère que de nombreuses espèces, y compris les humains, pourraient modifier leurs habitats en raison du changement climatique, ce qui augmenterait les possibilités d’interaction entre les humains et les mammifères sauvages, facilitant ainsi l’échange d’agents pathogènes viraux.

Cohen a souligné que « pour éviter une nouvelle pandémie, nous devons nous concentrer sur la prévention plutôt que sur la guérison : nous devons effectuer une surveillance épidémiologique continue, détaillée et efficace ». Cette surveillance est cruciale pour détecter et contrôler d’éventuelles nouvelles zoonoses, maladies transmissibles des animaux à l’homme.

En 2023, une étude scientifique des National Institutes of Health (NIH) des États-Unis a noté que le changement climatique a des effets à la fois directs et indirects sur la santé humaine, et que certaines populations sont plus vulnérables que d’autres à ces effets. Les infections respiratoires virales, telles que celles causées par le SRAS-CoV-2, sont parmi les plus courantes.

L’auteur de la revue, Allison Burbank, a expliqué que les polluants atmosphériques, tels que le dioxyde d’azote et les particules, affectent la susceptibilité et les réponses immunitaires aux infections virales. De plus, les changements de température, d’humidité et les événements météorologiques extrêmes sont liés à l’incidence des infections respiratoires. Dans les climats tempérés, une température plus basse est généralement associée à une incidence plus élevée d’infection.

INFECTIONS ET POLLUANTS AIR

Une étude de l’Université de Californie à San Diego, publiée dans le Journal de l’Association médicale canadienne, a établi des liens entre la gravité des infections et les niveaux de polluants atmosphériques. Les chercheurs ont analysé plus de 150 000 cas de COVID-19 en Ontario, au Canada, et ont découvert que la gravité de la maladie était directement associée à une exposition à long terme à des polluants atmosphériques tels que les particules fines et l’ozone troposphérique.

Ils cherchent à atténuer les effets du changement climatique anthropique sur la santé humaine.

L’ingénieur environnemental Julieta Vallejo a expliqué que l’augmentation du CO2 dans l’atmosphère provoque un effet de serre en « piégeant » la chaleur du soleil, provoquant une augmentation progressive de la température moyenne de la Terre. Cette situation a diverses conséquences, comme l’augmentation de la fréquence et de l’intensité des événements climatiques extrêmes, l’acidification des océans et la modification de la répartition des espèces. De plus, les gaz à effet de serre ont des impacts directs et indirects sur la santé humaine, notamment une augmentation de la propagation de maladies dues aux températures élevées et aux problèmes respiratoires dus à la pollution atmosphérique.

Le changement climatique est un phénomène aux multiples facettes qui affecte profondément notre santé. La relation possible entre l’augmentation du CO2 et la permanence de virus dans l’air, comme le SRAS-CoV-2, met en évidence la nécessité de mieux comprendre comment les altérations de notre environnement peuvent influencer la transmission de maladies infectieuses. La prévention et la surveillance épidémiologique sont essentielles pour faire face aux futurs défis sanitaires dans un monde qui continue de se réchauffer.

Les clés pour maintenir un environnement sans dioxyde de carbone

Ventilation
Ouvrir les fenêtres et aérer la pièce est l’un des moyens les plus efficaces de réduire les niveaux de dioxyde de carbone à l’intérieur. Laisser entrer de l’air frais dilue la concentration de CO2 et aide à maintenir un environnement sain.

Plantes naturelles
L’utilisation de plantes telles que les fougères et les palmiers à l’intérieur peut aider à absorber le dioxyde de carbone et à libérer de l’oxygène. Ces plantes sont particulièrement efficaces pour améliorer la qualité de l’air et réduire le CO2 dans l’environnement.

Transports durables
Utiliser les transports en commun, le vélo ou la marche plutôt que la voiture contribue à réduire les émissions de dioxyde de carbone dans l’air extérieur. Cette pratique réduit non seulement la pollution, mais favorise également un mode de vie plus sain.

Qualité de l’air
L’installation de systèmes de ventilation mécanique qui filtrent et fournissent de l’air frais de l’extérieur est cruciale pour maintenir les niveaux de CO2 à un faible niveau dans les espaces clos. Ces systèmes assurent une circulation constante d’air pur.

Purificateurs d’air
Un purificateur d’air doté d’un filtre à charbon actif peut être très efficace pour réduire le dioxyde de carbone dans les bureaux et autres espaces fermés. Ces appareils filtrent les polluants et améliorent la qualité de l’air intérieur.

-