Qui est le « Canadien » derrière les factures de truite du Polo Obrero : 200 entreprises fantômes et des achats à des millions de dollars

Qui est le « Canadien » derrière les factures de truite du Polo Obrero : 200 entreprises fantômes et des achats à des millions de dollars
Qui est le « Canadien » derrière les factures de truite du Polo Obrero : 200 entreprises fantômes et des achats à des millions de dollars
-

Pichuaga vit dans un PH à Floresta. Lorsque la police a perquisitionné, elle a trouvé plusieurs surprises.

Luis Alexandre Pichuaga est l’un des « partenaires fondateurs » de Coxtex, l’une des sociétés qui fourni des becs de truite au Polo Obrero pour justifier des dépenses d’un million de dollars. Selon sa carte d’identité, il est né au Canada en novembre 1978. Cependant, lorsque la police a perquisitionné sa maison, le 23 mai, elle a trouvé une personne qui n’avait aucun trait étranger. “Il est 100% Argentin, il n’a ni traits ni apparence étrangers”a indiqué une source judiciaire qui a pu voir la vidéo de la procédure policière.

L’attaque menée à Pichuaga, dans un PH de la zone de Floresta, a confirmé les soupçons sur sa véritable participation à la création de Coxtex et d’autres sociétés enquêtées. Le « Canadien » Il vit dans une chambre au dernier étage, avec sa compagne et ses enfants, tous ensemble dans la même pièce. La police a trouvé des matelas par terre.

« Il s’agit d’un PH apparemment hérité du groupe familial, leur chambre était beaucoup plus humble qu’il n’y paraît de la devanture des lieux. Pichuaga a été décrit par la police comme une personne très mal alignée », a déclaré une source chargée de l’enquête.

Jusqu’au raid, Pichuaga travaillait au sein du gouvernement de Buenos Aires. « Il a rejoint le groupe en mars 2023. A cette époque, il n’avait pas de casier judiciaire, mais il était déjà libéré », a confirmé une source de la City.

La devanture du PH où habite le Canadien faisant l'objet de l'enquête.
La devanture du PH où habite le Canadien faisant l’objet de l’enquête.

Pichuaga et Kotex font l’objet d’une enquête dans le cadre de l’affaire menée par le juge Sebastián Casanello et le procureur Gerardo Pollicita. Le dossier a débuté en décembre de l’année dernière avec une avalanche de plaintes à la ligne 134 concernant l’extorsion présumée des bénéficiaires des plans sociaux pour qu’ils se rendent aux manifestations, mais au fil des jours, il a abouti à une possible fraude millionnaire aux caisses de l’État.

Dans le cadre de cette affaire, ils ont été détectés factures de truite de deux sociétés pour un total de 25 millions de pesos. Ces factures, pour la vente de biens et même d’ordinateurs, auraient été utilisées pour justifier des dépenses en argent.

L’une des entreprises ciblées est une imprimerie appelée “Édiciones e Impresiones Rumbos SRL”, dont le siège social est situé au 542, rue Palestine, dans le quartier d’Almagro. À cet endroit, la police a été reçue par le fils de l’ancien législateur Marcelo Ramal, qui vivrait là avec sa mère et une autre personne. Il n’y avait aucune trace de l’imprimerie.

L’autre entreprise qui a fourni des factures est Coxtex SA, soi-disant dédié à la vente d’appareils électroménagers, de téléphones portables et d’accessoires informatiques. En fait, il s’agit d’une usine à facture de truite. Ses partenaires fondateurs, du moins sur le papier, sont Pichuaga et une femme identifiée comme Mariana Soledad Vega (33). Pour la Justice, ils sont les mandataires d’une organisation sophistiquée gérée par un groupe de notaires et d’avocats.

Vega a le même profil que son « partenaire ». Quelques heures après la perquisition à son domicile, elle s’est présentée seule devant le tribunal de Comodoro Py pour demander l’assistance d’un défenseur officiel mais jusqu’à présent elle n’a pas témoigné. “C’est une personne dans une situation de vulnérabilité plus évidente que Pichuaga”a décrit une source judiciaire.

La devanture de la maison de Vega. Il a déjà comparu devant le tribunal pour demander l'assistance officielle.
La devanture de la maison de Vega. Il a déjà comparu devant le tribunal pour demander l’assistance officielle.

La situation financière de Vega ne correspond pas à ses dépenses. Pour autant qu’il puisse le savoir Infobae de sources officielles, entre septembre et octobre 2023 dépensé 3 540 000 $ pour consommation présumée dans l’Apple Store. Cette information n’apparaît toujours pas dans le dossier.

En plus de Kotex, les mystérieux partenaires ont créé trois autres sociétés tout au long de l’année 2020 : Consulting SA, Recinsur SA et Ciriaco Shoes SRL. Derrière ces sociétés apparaît une organisation plus sophistiquée composée d’un groupe d’études notariales et d’études juridiques dédiées à la création de sociétés écrans. Il y a dix jours, Casanello a effectué une descente dans plusieurs de ces lieux. “Nous sommes toujours en train d’analyser la documentation saisie et l’extraction de leurs appareils est en attente”, a expliqué un enquêteur.

Les sociétés créées par Vega et le « Canadien » avaient d’autres objectifs. « Recinsur a opéré un total de 44 850 000 $ entre juin 2020 et février 2022, 75% en cash, sans justifier de l’origine des fonds », a expliqué un responsable d’un organisme de contrôle. Cette signature est enregistrée dans un bureau situé à San Martín 66.

La lignée Coxtex, comme la surnomment les chercheurs, a mis la loupe sur plusieurs notaires. L’un d’eux est Juan Bautista Derrasaga, qui a déjà été attaqué par Casanello. Ce notaire de La Plata accumule plusieurs cas juridiques. Il a notamment créé Clamarán, l’entreprise avec laquelle l’ancien secrétaire aux Transports Ricardo Jaime a acheté un appartement de 250 m2 sur l’avenue Figueroa Alcorta, comme l’a révélé le journal La Nación.

Outre la justice, Derrasaga a fait l’objet d’une enquête de la part de plusieurs agences d’État. “Nous avons vérifié environ 200 sociétés créées par ce notaire et liées à des maisons de change.. Malgré tout, les banques continuent de lui ouvrir des comptes», a déploré un responsable.

Belliboni doit se déclarer le 25 juin
Belliboni doit se déclarer le 25 juin

Cette semaine, les enquêtes ont commencé, même si la majorité des personnes citées ont refusé de répondre aux questions. “Sur les quatre du Polo Obrero, trois n’ont pas témoigné ni répondu aux questions, et une seule femme a témoigné qu’elle avait reconnu sa participation aux mobilisations et le paiement d’une capitation, mais a déclaré que tout avait été fait volontairement, sans aucune forme de coercition. ou menace qui que ce soit », a-t-il expliqué à Infobae une source ayant accès au dossier. Des références du Front des organisations en lutte (FOL), une autre des organisations enquêtées, ont également témoigné.

Mardi prochain, ce sera au tour de Jérémie Cantero, le bras droit d’Eduardo Belliboni. Et le 25, le chef du Polo Obrero et Maria Isolda Dottialias « Tango », la femme qui possédait 54 448 $ dans sa maison.

Belliboni doit expliquer pourquoi il a signé des dizaines de factures frauduleuses pour justifier de prétendues dépenses liées à la masse d’argent reçue par son organisation. Il a déjà avancé sa défense dans plusieurs interviews. « Les factures ne sont pas des truites. Ni pour l’AFIP ni pour l’Etat qui a accepté les factures et n’a jamais eu de réclamation.”dit.

Le propriétaire du Polo Obrero a validé avec sa signature les reçus délivrés par « Ediciones e Impresiones Rumbos SRL », a enquêté l’imprimerie.

Jusqu’à présent, la Justice a analysé au total 167 factures pour un total de 25 millions. “Entre 2020 et 2023, l’association civile Polo Obrero et la coopérative « El Resplandor » ont reçu 360 millions de dollars. Ce total n’aurait rapporté que 113 millions, comme l’a rapporté jusqu’à présent le ministère du Capital humain. Et dans ces déclarations apparaissent les 25 millions de factures. C’est un pourcentage élevé», a expliqué une source judiciaire.

Cette semaine, Casanello a accepté comme plaignant le Fondation Poder Ciudadano et Bureau Anti-Corruption (OA), bien qu’il ait demandé à cette organisation de s’unifier avec le ministère du Capital humain, qui assumait déjà ce rôle et avait fourni toutes les factures.

-