Les sénateurs regardent le gouvernement d’un mauvais oeil

-

La tension politique augmente dans le pays. Après l’approbation générale de la Loi de base, les législateurs de la Chambre haute qui ont soutenu le projet ont averti que si Milei « rompait les accords, il perdrait confiance ». Cet avertissement arrive à un moment critique, où la Chambre des députés et le Sénat cherchent à trouver un équilibre dans l’approbation de projets législatifs importants.

Lors d’une récente réunion, des sénateurs extérieurs au noyau dur de la LLA ont conseillé au chef de cabinet, Guillermo Francos, de respecter ce qui a été approuvé par la Chambre haute. “Il faut respecter les accords, n’enfreignons pas les règles car cela va devenir compliqué”, C’était le conseil qu’un député a quitté Francos.

Il semble cependant que cet avis n’ait pas eu beaucoup d’effet sur le ministre coordonnateur, puisque Il a porté le message de son soutien à la version originale du paquet fiscal à ses principaux alliés au sein des députés, tout en laissant un peu plus de liberté sur ce qui pourrait arriver avec la Loi Base.

Des personnalités telles que Cristian Ritondo et Silvia Lospennato (PRO), Miguel Ángel Pichetto (We Make the Federal Coalition), Rodrigo De Loredo (UCR), Juan Manuel López (Coalition civique), Pamela Calletti (Innovation fédérale), Gabriel Bornoroni (LLA ), Eduardo Falcone et Cecilia Ibánez (MID). Malgré les attentes de l’opposition, Francos n’a pas présenté de liste de demandes spécifiques, ce qui a laissé plus de doutes que de réponses.

Les députés les plus favorables au gouvernement Milei ont décidé de profiter du long week-end pour étudier ce qui a été approuvé au Sénat et se réuniront à nouveau mardi. Il est certain qu’ils pourront répéter les résultats de fin avril, lorsque la Loi de base a été approuvée par 142 voix et le paquet fiscal par 140.


Francos et la « méconnaissance » des accords avec le Sénat


Les Francos ont ignoré les accords conclus avec le Sénat, déclarant : “Il n’y a pas eu de négociation, Aerolíneas s’est retirée des privatisations parce que nous n’avions pas les chiffres.”

Cette déclaration fait référence à exclusion d’Aerolíneas Argentinas, de Correo Argentino et des médias publics du chapitre sur la privatisation lors de la séance de mercredi dernier au Sénat. La décision a été interprétée comme un signal adressé aux sénateurs radicaux et aux blocs fédéraux qui avaient demandé l’exclusion de ces entreprises du projet de vente.


“Ils doivent respecter les engagements” : l’avertissement des sénateurs qui ont soutenu la loi Bases


Un important sénateur de l’opposition non K a exprimé son inquiétude à Clarín : «S’ils sont la nouveauté et la bonne chose en politique et qu’ils veulent changer les choses, ils doivent respecter les engagements pris au Sénat dans le texte de loi. Autrement, ils perdront toute confiance dans le traitement des lois et dans la capacité de parvenir à des accords à l’avenir. Des sénateurs comme Edgardo Kueider et Guadalupe Tagliaferri ont signé l’avis basé sur certaines modifications apportées au texte approuvé par les députés, face à des pressions et des reproches pour leur soutien.


Loi des bases : quels étaient les articles protégés par le Sénat


Plusieurs chapitres de la Loi fondamentale ont été protégés par le Sénat en obtenant les deux tiers lors du vote en question. Parmi ces questions figurent le blanchiment d’argent, qui a fait l’objet de modifications du Sénat ; l’article controversé 111, qui visait à éliminer les extensions fiscales et modifier le régime d’avantages fiscaux de la Terre de Feu ; et l’augmentation des redevances minières de 3 à 5%, demandée par les habitants de Santa Cruz, José Carambia et Natalia Gadano.


Loi de Bases : à quoi ressemblera le retour du projet aux députés ?


Des articles comme le L’annulation de l’impôt sur le revenu et sur le patrimoine personnel a été rejetée à la majorité simple, permettant ainsi sa réintroduction auprès des députés. Il en sera de même pour les changements apportés au Régime d’incitation aux grands investissements (RIGI), modifié pour favoriser la promotion des chaînes de production locales associées aux grands projets d’investissement.

Un important opérateur officiel du Congrès a prévenu que la Casa Rosada doit réfléchir aux conséquences d’insister sur la demi-sanction des députés, selon Clarin. Ceci est d’autant plus pertinent que les prochaines batailles au Sénat incluent l’approbation des documents d’Ariel Lijo et de Manuel García-Mansilla pour la Cour suprême de justice, ainsi qu’une nouvelle formule d’actualisation des pensions qui a déjà la moitié de l’approbation des députés.

En septembre, le ministre de l’ÉconomieLuis Caputo, présentera son premier projet budgétaire pour l’année prochaine, ajoutant davantage de pression sur le gouvernement pour qu’il gère soigneusement les accords législatifs et les négociations.


Avec les informations de Clarin

-