Guerre à El Nylonon : “El Tuerto” et son fils ont été libérés – Notes – Cas

Guerre à El Nylonon : “El Tuerto” et son fils ont été libérés – Notes – Cas
Guerre à El Nylonon : “El Tuerto” et son fils ont été libérés – Notes – Cas
-

Pendant près de deux mois, la procureure Claudia Palacios était à sa recherche ainsi que celle de son fils. Il les accuse d’avoir tué Maximiliano Ezequiel Gómez (30 ans) au milieu d’une violente fusillade qui a éclaté aux premières heures du 15 février entre les couloirs de Villa El Nailon, un quartier critique en termes de drogue et d’insécurité dans la zone nord. . de la ville de Cordoue.

Un crime qui a généré une spirale de violence qui ne s’arrête toujours pas. Deux jours après l’assassinat de Gómez, et au milieu d’une viralisation de ses complices montrant un puissant maniement d’armes à feu, avec des menaces et des maisons incendiées à l’intérieur de la ville, un frère du défunt, Tomás Misael Moyano (19 ans), a également été abattu. mort.

Le conflit mélangeait absolument tout : le contrôle de la ville, le bar “Los Ranchos” dirigé par les supporters de l’Instituto, les drogues vendues au détail dans la zone, les armes à feu et les péages facturés aux criminels du secteur.

/Accueil Code Intégré/

/Fin du code intégré/

Contrôler El Nailon aujourd’hui signifie détenir une part importante du pouvoir dans la géographie criminelle de Cordoue.

Mariano « El Tuerto » Cabanillas et son fils sont alors devenus non seulement les ennemis déclarés de « Los Ranchos », au milieu d’une rivalité qui dure depuis de trop nombreuses années, mais le procureur Palacios les a blâmés pour le crime de Gómez.

/Accueil Code Intégré/

/Fin du code intégré/

Ce fut une recherche intense qui a duré deux mois. Jusqu’au 15 avril dernier, “El Tuerto” et son fils étaient menottés et emmenés en prison. Un établissement que le plus âgé connaît très bien, puisqu’il a purgé diverses peines qui l’ont conduit à être détenu pendant 26 ans.

Mais cette fois, il a assuré que cela n’avait rien à voir avec le meurtre dont il était accusé. Dans un dialogue exclusif avec Chaîne 3 Alors que la police de Cordoue le recherchait partout, en février dernier, il a déclaré que ni lui ni son fils n’avaient participé à cette fusillade.

“Je n’ai tué personne. Je ne livrerai ma famille pour rien au monde”, a réitéré celui qui était alors en fuite.

“Je suis le patron de mes enfants, de mes petits-enfants. Je protège la vie de mes sœurs, de mes neveux, parce que je suis l’aîné. C’est pour cela que je les ai retirés. Oui, j’avais un passé criminel, mais j’étais sans nuire à mon peuple, à mes racines”, a-t-il insisté.

Et il a affirmé qu’il y a presque deux ans, sa famille avait dénoncé un parent de « Los Ranchos » pour abus sexuel. Que cette affaire n’a jamais avancé devant les Tribunaux 2. Et que, depuis, il y a toujours eu des tensions.

/Accueil Code Intégré/

/Fin du code intégré/

L’accusation ne l’a pas cru. Mais maintenant, deux mois après son arrestation, il a été libéré avec son fils. Leur défense a réussi à prouver qu’ils n’étaient pas là au moment de la fusillade mortelle.

L’enquête sur le meurtre de Gómez est revenue à zéro.

D’après la reconstruction effectuée Chaîne 3, la fusillade au petit matin du 15 février dernier a été infernale. Jusqu’à l’arrivée de la police. C’est alors qu’un des groupes s’est retourné et a changé d’adversaire. Maintenant, ils ont échangé des coups de feu avec les agents. Lorsque les derniers coups de feu se sont calmés, ils ont retrouvé le corps de Gómez. Un coup de feu l’avait transpercé dans le dos.

Les enquêteurs ne savent toujours pas clairement s’il s’agit d’un coup de feu tiré par la police – comme on le prétend dans la ville – ou s’il s’agit d’un coup de feu tiré par l’un des gangs en conflit. On soupçonne qu’il pourrait s’agir d’un complice de la victime qui l’a tué alors qu’il tentait de tirer sur les policiers.

“El Tuerto” est déjà revenu dans le quartier. Demandez maintenant des explications au procureur. Pourquoi l’avez-vous gardé détenu pendant deux mois ?

Ceux qui restent emprisonnés sont les dirigeants de “Los Ranchos”, qui, sur la base des fusillades successives, des maisons incendiées, des menaces et d’autres crimes, ont été arrêtés ces derniers mois. Ils sont 16 au total, avec aux commandes les frères Gustavo « Tenaza » Moyano et Jorge « Coque » Moyano. Aujourd’hui, “Los Ranchos” sont dirigés par “Zé Pequeno”, un adolescent de seulement 16 ans, fils de “Coque”.

/Accueil Code Intégré/

/Fin du code intégré/

Pendant ce temps, l’autre faction qui dirige le barreau de l’Institut, “Los Capangas”, voit également son leader emprisonné. Darío “Ruludo” Ontivero a été arrêté début avril, accusé d’une fusillade près du terrain juste avant un match.

Pour l’instant, le commandement de cette alliance entre les barreaux est resté au pouvoir de Marcos Barrionuevo, plus lié à la faction connue sous le nom de “La 61”, une autre de celles qui composent le syndicat des supporters.

/Accueil Code Intégré/

/Fin du code intégré/

De l’autre côté de la rue se trouve le bar “La Cortada”, qui ne fait pas partie de cette alliance et qui a des problèmes avec “Los Capangas” depuis un certain temps. Il y a quelques semaines, une photographie des différents bars réunis montrant des armes à feu est devenue virale dans Mundo Instituto.

Ceux qui connaissent le détenu ont assuré qu’il s’agissait d’un message puisque différents affrontements, dont des fusillades, ont lieu depuis des mois dans les quartiers.

/Accueil Code Intégré/

/Fin du code intégré/

-