« Guaymallén, berceau de l’art » : exposition photographique en hommage à Máximo Arias

-

À l’occasion du 86e anniversaire de la naissance du photographe exceptionnel, une exposition aura lieu le jeudi 27 juin, à 20 heures, à la Salas de Arte Libertad.

La municipalité de Guaymallén vous invite à participer à un nouveau hommage du cycle « Guaymallén, berceau de l’art » à l’occasion du 86e anniversaire de la naissance du photographe Máximo Arias. Il Jeudi 27 juin, à 20hl’inauguration d’un exposition avec des œuvres de l’artiste, à Salas de Arte Libertad.

L’exposition peut être visitée jusqu’au 10 juillet, du lundi au samedi de 8h à 19h et le dimanche de 9h à 13h, au Libertad 466 de Villa Nueva, avec entrée gratuite.

« Guaymallén, berceau de l’art » cherche à mettre en valeur la valeur des artistes locaux qui se sont distingués et se sont distingués dans différentes disciplines, ainsi qu’à reconnaître leur héritage, si important pour la culture de Mendoza. A cette occasion, la figure de Máximo Arias, né le 27 juin 1938. Le cycle est organisé conjointement entre les Municipalité et Sous-secrétariat à la Culture de la Province.

Le grand photographe de notre terre

Arias est né dans le département de Guaymallén. Passionné de portraits, il s’est consacré pendant des décennies à photographier la vie de notre province. Son appareil photo savait capturer les paysages et les personnages locaux qui lui ont valu d’être reconnu comme l’un des photographes sociaux les plus éminents de Mendoza, transmettant de la poésie dans chacune de ses œuvres.

Jouant avec la lumière, son regard glisse à travers la recherche d’identité, l’amour de sa terre et le travail de son peuple, au point que sa photographie est considérée comme un document social inestimable. La vie simple des habitants du désert de Lavalle, entre dunes, chañares et caroubiers ; les écuries de Malargüe ; les aborigènes de toutes les latitudes et leur sentiment d’appartenance ont été documentés dans des centaines d’expositions, d’expositions et de récompenses obtenues tout au long de leur carrière.

Son travail a reçu des distinctions dans des salons nationaux et internationaux. Il pratique la photographie en la considérant comme un moyen de générer des documents sociaux. Son regard était guidé par la recherche de ses racines et par l’intention de montrer son amour pour la terre à partir de ce qui est populaire. Son appareil photo a fait le tour de la culture Huarpe et des récoltes dans les fermes.

Máximo lui-même a déclaré : « J’ai toujours voulu montrer à mon peuple, la terre de mes ancêtres, mon sang. « Je parcoure les campagnes à la recherche de la culture de ces gens qui voient le monde différemment, qui pensent différemment et qui doivent donc être respectés. » Arias a défini son travail comme « un regard social sur ce qui nous arrive et que personne ne veut voir », et c’est pourquoi il a souligné que la meilleure façon d’exposer ses photographies « est dans la rue, là où tout le monde passe ». Son stand historique, situé à l’angle de San Martín et Garibaldi, fonctionnait comme un espace d’exposition permanente.

Sa dernière exposition de son vivant, composée d’une vingtaine de photographies en noir et blanc, a été inaugurée en mars 2010 à Salles d’art de la liberté. Il est décédé quelques jours plus tard, le 13 avril 2010, laissant un héritage culturel inestimable pour notre province et le monde.

En son honneur, fonctionne depuis 2018 l’« Espace photographique Máximo Arias », dépendant du gouvernement de Mendoza, situé dans le bâtiment de l’ancien hôpital Emilio Civit.

-