Mémoire RAM CAMM2 | Quels changements dans la nouvelle règle ?

-

Les nouvelles mémoires RAM La norme CAMM2 a été l’un des points forts du Computex 2024, attirant l’attention pour ses différents formats et spécifications. Plusieurs entreprises ont déjà présenté des produits avec de nouveaux souvenirs. À Kingston, elles ont réservé une bonne partie de leur stand pour montrer les changements apportés par le nouveau format et comment il affecte positivement les fabricants et les consommateurs.



Photo : iFixit / Lecture / Canaltech

Le premier point fort est la possibilité de nouvelles mémoires remplaçant les modules LPDDR soudés aux cartes mères. Grâce à cela, il sera possible d’effectuer des mises à niveau de mémoire dans des systèmes où, jusqu’à présent, cela n’était pas une option.

De plus, le projet technique apporte également une série de changements pour améliorer les performances sur différents fronts, au lieu de simplement accueillir davantage de puces NAND, puisque le nouveau format limite cette possibilité.

À quoi ressemblent les nouvelles mémoires RAM CAMM2 ?

Dans les normes DDR actuelles, le brochage se fait au « bord » du PCB, les puces, microcontrôleurs et autres composants étant répartis sur un ou deux côtés de la carte, selon la conception, ce qui nécessite que la base du connecteur de la carte soit à dans une certaine mesure, vertical.




Les mémoires DDR traditionnelles ont des broches sur le bord du PCB, créant des connecteurs verticaux, mais difficiles à intégrer dans des systèmes compacts (Image : G.SKILL / Divulgation).

Photo : Canaltech

Pas spécifiquement dans le cas des notebooks, la solution pour prendre moins de place est d’utiliser des connecteurs articulés, qui fixent les Memory Sticks à un angle très raide, presque couchés. Cela limite néanmoins certains modèles plus compacts, tels que les consoles ultra-minces et portables.

Conception physique plus mince

Le premier changement notable des nouvelles mémoires CAMM2 est bien entendu la disposition et la forme des connecteurs, non plus sur la tranche, mais en bas du PCB. En conséquence, le matériel cesse d’être vertical et devient horizontal et plat, avec des contacts métalliques lisses, dans un design extrêmement fin.



Le nouveau format CAMM2 réduit le profil vertical des mémoires à quelques millimètres. (Image : Micron / Reproduction)

Photo : Canaltech

Le choix de contacts lisses à la place des broches elles-mêmes évite que les mémoires ou le connecteur de la carte mère ne soient endommagés par des déformations résultant de chocs, de petites vibrations lors du transport ou lors de l’installation des composants eux-mêmes.

Les modules sont fixés à la carte mère à l’aide de vis 5 étoiles (Philips) avec des petits « berceaux » dans la perforation, similaires à ceux des SSD M.2. De cette manière, même les consoles ultra fines et portables peuvent se passer de modules soudés à la carte mère, garantissant la possibilité d’évolutions dans un format ultra compact.

 

Communication plus efficace avec le CPU

Naturellement, le facteur de forme réduit ne justifierait pas à lui seul l’investissement dans un standard de mémoire complètement différent. Les normes DDR traditionnelles bénéficient grandement du facteur d’évolutivité car elles sont facilement remplacées, mais pour être viables, elles dépendent de microcontrôleurs et d’autres composants qui assurent la communication avec le processeur.

Cette distance et les pas plus importants dans l’accès du CPU à la mémoire limitent la vitesse d’exécution des instructions et, par conséquent, les performances du système. Ces temps d’accès sont ce que nous appelons la latence dans les spécifications de la mémoire, et mettre l’accent sur les taux de transfert en overclockant la mémoire améliore la vitesse maximale mais nuit aux temps d’accès.



Le format du connecteur plat raccourcit les chemins entre la mémoire et les modules CPU. (Image : JEDEC / Reproduction)

Le format du connecteur plat raccourcit les chemins entre la mémoire et les modules CPU. (Image : JEDEC / Reproduction)

Photo : Canaltech

Dans le même temps, les mémoires LPDDR, soudées aux cartes mères, disposent de voies de communication plus directes avec les processeurs, offrant des latences bien inférieures. Plus que le profil réduit, c’est l’une des principales raisons pour lesquelles de nombreux fabricants optent pour les mémoires LPDDR dans leurs projets.

Le nouveau standard de mémoire CAMM2 réduit considérablement la distance entre les mémoires et l’UPC, et augmente la surface de communication avec les nouveaux connecteurs. De cette manière, ils offrent des temps d’accès beaucoup plus courts et prennent en charge des vitesses de transfert plus rapides, même sans overclocking, le tout sans compromettre la capacité de mise à niveau.

Double canal intégré

Une autre différence importante est que les systèmes modernes utilisent le parallélisme pour augmenter l’efficacité des calculs et, pour cette raison, il est très important de travailler même avec des canaux mémoire. Le problème est que dans les normes actuelles, chaque canal nécessite un connecteur dédié, avec des distances différentes pour chaque canal, indépendantes. contrôleurs, et tout cela affecte directement les temps d’accès.



Le double canal intégré dans un seul connecteur plat améliore les performances et facilite le processus de validation. (Image : JEDEC / Reproduction)

Le double canal intégré dans un seul connecteur plat améliore les performances et facilite le processus de validation. (Image : JEDEC / Reproduction)

Photo : Canaltech

Dans le nouveau standard CAMM2, les deux canaux mémoire sont intégrés dans le même connecteur le plus proche du CPU, et avec un seul contrôleur. Cela optimise grandement les temps d’accès, mais facilite également le projet pour les fabricants eux-mêmes.

En travaillant avec un seul connecteur avec deux canaux de mémoire intégrés, vous pouvez optimiser le processus de validation du connecteur et de la mémoire. En effet, il n’est plus nécessaire de valider chaque connecteur indépendamment puis de valider l’ensemble de l’ensemble pour déterminer les vitesses mémoire et la latence selon que le dispositif comporte un, deux ou quatre sticks.

Points positifs et négatifs du CAMM2

Comme toute nouvelle technologie, le coût de production initial finit également par être plus élevé, et cela se répercute inévitablement sur le consommateur final. Oh canaltech était au Computex 2024 et les fabricants de cartes mères ont suggéré que l’idée était que les modules CAMM2 suivent une fourchette de prix proche de celle pratiquée dans la norme DDR, mais une certaine augmentation, aussi minime soit-elle, est inévitable.

Si la technologie s’impose, les coûts de recherche et de production finiront par se diluer au fil des années, mais, au moins dans un premier temps, les mémoires CAMM2 devraient être relativement plus chères que les mémoires DDR5.

Points positifs

  • Le profil horizontal permet de remplacer les mémoires LPDDR soudées
  • Modularité pour une mise à niveau facile
  • La proximité du CPU réduit les latences
  • Un connecteur unique facilite le développement et la validation

Mauvais points

  • Plus cher à produire
  • Densité de mémoire maximale inférieure
  • Évolutivité limitée par la taille de la carte mère
  • L’installation est plus délicate et utilise des vis.

Les peignes DDR vous permettent d’utiliser les deux côtés du PCB pour accueillir des puces et d’autres composants si nécessaire. À tel point que Micron a déjà confirmé travailler avec des technologies combinées qui rendront bientôt viables les mémoires évolutives jusqu’à 1 To par carte mémoire.

Cependant, selon la manière dont ces technologies sont mises en œuvre, ce niveau d’évolutivité ne serait plus viable sur les ordinateurs portables, ni même sur les ordinateurs de bureau. Améliorer les performances en se concentrant sur d’autres éléments que la densité des puces NAND est donc une solution plus intéressante.

Dans le cas des mémoires CAMM2, une plus grande partie du bas du PCB est utilisée pour loger certains contrôleurs et le connecteur plat, réduisant ainsi la surface totale disponible pour les puces NAND. Dans un premier temps, la densité des premiers modèles finit par être plus élevée, avec un seul module ayant des capacités allant jusqu’à 128 Go.

D’un autre côté, l’évolutivité à long terme se limite à étendre la surface de l’ensemble du peigne, compromettant une plus grande surface de la carte mère des appareils et constituant un problème potentiel à moyen terme.

Quand les mémoires CAMM2 seront-elles publiées ?

D’après ce que canaltech Selon une enquête du Computex, les premières mémoires devraient arriver sur le marché au troisième trimestre 2024, avec des modules de 32 Go, 64 Go et 128 Go. Dans un premier temps, Only ADATA, qui est également fabricant de mémoires, a déjà confirmé une console portable avec le nouveau standard CAMM2.

 

Dans le secteur des ordinateurs portables, Lenovo a déjà lancé le premier ThinkPad P1 Gen 7 avec mémoires CAMM2 remplaçables, mais il n’y a toujours pas de date pour l’arrivée du modèle au Brésil. Du côté des ordinateurs de bureau, certains fabricants de cartes mères ont apporté des cartes avec CAMM2 au Computex pour les nouveaux processeurs. Intel Arrow Lake, mais sans fournir de détails techniques plus approfondis.

Cependant, la fourchette de prix n’a pas encore été révélée, mais il est important de rappeler que le coût de fabrication des puces NAND a subi plusieurs réajustements séquentiels, rendant plusieurs produits plus chers, des cartes microSD aux mémoires et SSD.

Tendances sans Canaltech :

-

NEXT Premières impressions et tests du Motorola Edge 50 Fusion