Des progrès dans les négociations de cessez-le-feu à Gaza, mais peu de chances de mettre fin à la guerre

-

TEL AVIV, Israël (AP) — Une délégation du groupe terroriste palestinien Hamas était au Caire samedi alors que les médias d’État égyptiens rapportaient des « progrès notables » dans les pourparlers de cessez-le-feu avec Israël, bien qu’un responsable israélien ait minimisé les perspectives d’une fin complète des négociations. la guerre à Gaza.

La pression s’est accrue pour parvenir à un accord mettant fin à une guerre qui dure depuis près de sept mois. Un haut responsable de l’ONU affirme qu’il y a désormais une famine généralisée dans le nord de Gaza, tandis qu’Israël insiste sur le fait qu’il lancera une offensive sur Rafah, la ville la plus méridionale du territoire, à la frontière avec l’Égypte, où se réfugient plus d’un million de Palestiniens.

Les médiateurs égyptiens et américains ont signalé des signes de compromis ces derniers jours, mais les chances d’un accord de cessez-le-feu restent liées à la question clé de savoir si Israël acceptera de mettre fin à la guerre sans atteindre son objectif déclaré de détruire le Hamas.

La chaîne de télévision publique égyptienne Al-Qahera News a déclaré samedi qu’un consensus avait été atteint sur de nombreux points controversés, mais n’a pas donné de détails. Le Hamas a appelé à la fin complète de la guerre et au retrait de toutes les forces israéliennes de Gaza.

Un haut responsable israélien, s’exprimant sous couvert d’anonymat pour discuter des négociations en cours, a minimisé les perspectives d’une fin complète de la guerre. Le responsable a déclaré qu’Israël était engagé dans l’invasion de Rafah et qu’il n’accepterait en aucun cas de mettre fin à la guerre dans le cadre d’un accord visant à libérer les otages.

La proposition que les médiateurs égyptiens ont soumise au Hamas prévoit un processus en trois étapes qui entraînerait un cessez-le-feu immédiat de six semaines et une libération partielle des otages israéliens, et inclurait une sorte de retrait israélien. La phase initiale durerait 40 jours. Le Hamas commencerait par libérer des otages civiles féminines en échange de prisonniers palestiniens détenus par Israël.

Gershon Baskin, directeur pour le Moyen-Orient à l’Organisation internationale des communautés, a déclaré qu’il semble que le Hamas ait accepté le cadre proposé par l’Égypte et qu’Israël ait déjà accepté. Il a déclaré que si Israël envoyait ses principaux négociateurs au Caire après la fin du sabbat samedi soir, cela signifierait que la situation serait très grave.

La guerre a tué plus de 34 000 Palestiniens, selon les autorités sanitaires locales de Gaza, provoqué des destructions généralisées et plongé le territoire dans une crise humanitaire sans précédent.

Le conflit a éclaté le 7 octobre, lorsque le Hamas a attaqué le sud d’Israël, enlevant environ 250 personnes et en tuant environ 1 200, pour la plupart des civils. Israël affirme que le Hamas détient toujours une centaine d’otages et les restes de plus de 30 autres.

Les frappes israéliennes tôt samedi sur Gaza ont tué au moins six personnes. Trois corps ont été retrouvés dans les décombres d’un immeuble de Rafah et transportés à l’hôpital Yousef Al Najjar. Une frappe dans le camp de réfugiés de Nuseirat, dans le centre de Gaza, a tué trois personnes, selon les responsables de l’hôpital.

Des Palestiniens se tiennent dans les ruines de la maison familiale Chahine, après une frappe israélienne nocturne qui a tué au moins deux adultes et cinq garçons et filles de moins de 16 ans à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le vendredi 3 mai 2024. (AP Photo/ Ismaël Abou Dayyah)

Au cours des dernières 24 heures, les corps de 32 personnes tuées par les frappes israéliennes ont été transportés vers les hôpitaux locaux, a annoncé samedi le ministère de la Santé de Gaza. Le ministère ne fait pas de distinction entre les combattants et les civils dans ses décomptes, mais affirme que les femmes et les enfants représentent environ les deux tiers des personnes tuées.

L’armée israélienne affirme avoir tué 13 000 militants, sans fournir de preuves pour étayer ses affirmations. Il a également procédé à des arrestations massives lors de ses raids à l’intérieur de Gaza.

Cette semaine, dans le même ordre d’idées, Israël a informé les responsables de l’administration Biden de son intention d’évacuer les civils avant l’opération de Rafah, selon des responsables américains proches des pourparlers.

Anadolu via Getty Images

Les membres de la famille Abu al-Anin, blessés lors de la frappe aérienne israélienne, sont retirés des décombres avec l’aide de passants à Rafah, Gaza, le 4 mai 2024.

Les Nations Unies ont averti que des centaines de milliers de personnes seraient « en danger de mort imminente » si Israël s’avançait vers cette ville densément peuplée, qui est également un point d’entrée essentiel pour l’aide humanitaire.

La directrice du Programme alimentaire mondial des Nations Unies, Cindy McCain, a déclaré vendredi que les civils coincés dans le nord, la partie la plus isolée de Gaza, avaient plongé dans la famine. McCain a déclaré qu’un cessez-le-feu et un flux d’aide considérablement accru par les routes terrestres et maritimes étaient essentiels.

Israël a récemment ouvert de nouveaux points de passage pour l’aide vers le nord de Gaza, mais mercredi, les colons israéliens ont bloqué le premier convoi avant qu’il ne pénètre dans l’enclave assiégée. Une fois à l’intérieur de Gaza, le convoi a été réquisitionné par les terroristes du Hamas, avant que les responsables de l’ONU ne le reprennent.

-

PREV Mises à jour sur les courses primaires et non partisanes de la région d’Augusta
NEXT Un groupe de producteurs de cannabis prévient que l’industrie pourrait s’effondrer d’ici un an si les agriculteurs n’obtiennent pas d’aide financière | Nouvelles