Alberto Zurrón découvre l’histoire méconnue des grands écrivains dans “Sexe, livres et extravagances”

-

Alberto Zurrón écrit une histoire inédite de la littérature des coulisses centrée sur les grands auteurs des XIXe et XXe siècles et leurs obsessions les plus méconnues. « Sexe, livres et extravagances » (La sphère du livre) est un voyage hilarant plein d’anecdotes, de tragédies et de curiosités qui expliquent d’une autre manière l’origine douloureuse de chefs-d’œuvre comme “Ulises” soit ‘1984’. Le sexe, les fétiches et toutes les phobies du monde ne manquent pas dans ce fascinant raccourci vers le centre névralgique de la littérature, qui est ni plus ni moins ceux qui l’ont faite.

Il y a des écrivains avec des manies dignes d’un psy et des vies si extraordinaires qu’ils font pâlir celles de leurs propres personnages. Des romanciers incapables d’écrire une page sans un verre à la main ou si prolifiques qu’ils finissaient par s’étouffer dans leur propre ego. Un Ernest Hemingway partant dans l’autre monde dans les circonstances exactes choisies par son père, deux de ses sœurs et une petite-fille. Un Scott Fitzgerald qui entrait dans les casinos à quatre pattes ou une Virginia Woolf qui ne supportait pas de lire ses textes. Sans oublier Juan Ramón Jiménez qui a exclu d’aller personnellement chercher le prix Nobel parce que la Suède était loin, qu’il faisait froid et qu’il avait peur de mourir en chemin. L’histoire de la littérature regorge de passages et d’auteurs pleins de secrets, d’extravagances et de péchés inavouables.

« Les écrivains ont toujours voyagé de l’intérieur vers l’extérieur avec une valise à double fond : dans la partie exposée, le naturel, pour passer inaperçu ; dans le caché, l’unicité, la personnalité clandestine. L’inspiration des écrivains est un monde complexe à trois pôles ; Il existe un hémisphère nord peuplé de souvenirs et un hémisphère sud peuplé de sensations, et ces deux hémisphères ne peuvent s’embrasser qu’en traversant un troisième pôle fait de millions de briques : les mots. Ce sont eux qui ont réalisé ce but d’immortalité auquel tout le monde a atteint, soit en rampant, soit comme Horace s’est imposé : blesser les étoiles avec sa tête, même si pour cela il n’est pas nécessaire de chercher les armes les plus appropriées. , mais les mots les plus précis, pour savoir où blesser sans tuer et où tuer la mémoire sans blesser les sentiments”, explique Alberto Zurrón.

La gloire est cette ombre que l’écrivain poursuit avec une camisole de force pour la protéger du froid, et le lecteur est responsable du maintien non seulement de cette température, mais aussi du poids de l’écrivain, au point que ce qui est perdu en mourant, ce ne sont pas ces grammes que les scientifiques ont attribués à l’âme ; Ce poids est perdu par l’humanité dans son ensemble, sous forme de découragement. Quand on s’engage comme fantassin dans l’armée de la littérature, on sait qu’il n’y aura pas un instant de répit dans les avant-postes des envieux, sous les coups de canon des critiques et dans les cruelles embuscades du quotidien, où il n’y a pas de jours pairs et impairs, mais plutôt de l’inspiration sur les jours donnés pour réserver aux malchanceux un manque total de créativité, en regardant passer des mètres et des mètres de fil sans un point pour les coudre”, poursuit l’auteur de “Sex”. , livres et extravagances’ .

Si je n’ai pas trouvé quelque chose chez les écrivains, c’est la paix : ni extérieure ni intérieure ; ni mental ni digestif. Antonio Machado a dit un jour qu’il vivait en paix avec les hommes et en guerre avec ses entrailles, de sorte que, l’un sur deux, soit il quittait un confessionnal, soit il entrait dans la salle de bain en détruisant tout. Avec les écrivains, il n’y a pas de juste milieu. Pour eux, la paix est un grand inconvénient car elle est la maladie terminale de la routine, le coquelicot de leurs fantômes, l’acte de décès de leurs démons. Si vous êtes écrivain, c’est parce que tous les anges ont échoué et que seuls les démons restent, réclamer un prix effrayant car il consiste à leur donner toute leur vie sans avoir besoin de le concrétiser au préalable. Les écrivains sont une bonne preuve que les démons ont beaucoup à offrir, précisément à cause de tout ce qu’ils reçoivent, et le fait est que, dès qu’on leur offre le bon berceau, ils finissent par devenir l’animal de compagnie parfait”, souligne l’écrivain.

La sélection des auteurs que j’ai effectuée réside dans des préférences résolument subjectives, parfois ému non pas tant par l’éblouissement de toute une œuvre que par la noirceur de toute une vie ; alors je vous présente ici tous, ou presque, avec vos peurs et phobies, leurs angoisses et leurs inquiétudes, leurs haines et leurs ressentiments, leurs misères et leurs manies, leurs dépressions et leurs mécontentements, leurs fantasmes et leurs ébats, leurs défaites et leurs conquêtes, leurs bruits et leurs furies, leurs farces et leurs querelles, leur innocence et leurs astuces… Que demander de plus ? Peut-être de la lumière, plus de lumière, comme Goethe mourant ; mais… pour quoi faire?”, souligne Alberto Zurrón pour conclure.

Alberto Zurrón, avocat et écrivain de poésie, romans et essais

Alberto Zurrón, né à Gijón le 14 décembre 1968, est un avocat et écrivain basé à Oviedo. En 1988, il publie son premier recueil de poésie intitulé “Air et fantaisie”et depuis, ils ont vu la lumière “Vivre dans la vague” (1994) et “La terre était aussi un mensonge” (1998), ainsi que les romans “Le juge qui rêvait de baleines” (2009), “La solitude des boîtes mortes” (2012) et ‘Le paradis dont je t’ai parlé’ (2018). Il a également abordé le genre de l’essai avec “Le mythe de la laideur” (2005) et « Histoire inhabituelle de la musique classique »en deux volumes (2015 et 2016), dédiés à sa passion pour les accords et la diffusion historique.

Il a reçu plusieurs prix nationaux de poésie, dont le III Prix Villa de Cox (Alicante), en 1993 ; il Prix ​​de poésie de la ville de Tomelloso, en 1998; ou la Prix ​​de Poésie du Patrimoine de la Fondation Latineen 2010. Entre 1998 et 2001, il est chroniqueur et critique littéraire au journal Le commerce. En outre, en 1995, il a fondé et dirigé pendant des années le Société espagnole Rilkedédié à la diffusion de la vie et de l’œuvre du poète tchèque.

-

PREV 4 bons livres qui raflent les meilleures ventes d’Amazon ce mois de juillet et que vous pourrez emporter à la plage
NEXT Beatriz Gutiérrez Müller annonce un livre avec des réflexions sur les six dernières années