Mon retour à Villa de Leyva – Alonso Ojeda Awad #DomingosDeCuentoYPoesía

Mon retour à Villa de Leyva – Alonso Ojeda Awad #DomingosDeCuentoYPoesía
Mon retour à Villa de Leyva – Alonso Ojeda Awad #DomingosDeCuentoYPoesía
-

Merci à l’aimable invitation de mes amis Antonio Rojas. Amparito Garzón de Rojas et Francesco Ambrocci, je suis retourné auprès de mon épouse, pour recevoir la solidarité et l’affection des proches qui y vivent.

Villa de Leyva est une ville qui envoûte ses visiteurs avec cette magie légendaire qui semble être présente dans chaque pierre de ses rues, dans chaque porte de ses vieilles maisons et dans l’air qui se respire la nuit, avec un firmament plein d’étoiles. qui brillent dans l’immensité du ciel, nous rappelant le poème de Diego Fallón : « de larges constellations qui brillent si loin, regardant la terre de haut, pourquoi tes regards aux reflets pâles sont-ils si pleins de tristesse, si pleins de douceur ? .

Je suis revenu pour présenter mon plus récent livre « projet de nation » qui est mon approche de la grave crise des principes et des valeurs qui étreignent notre société angoissée. Le projet national né après l’énorme « guerre d’indépendance » menée par le génie du pays Simón Bolívar, a été trahi en toute impunité, lorsque ses seconds généraux ont revendiqué le bien suprême de la terre pour leur usage personnel et l’ont cédé exclusivement à leurs propres intérêts. descendants, créant cette figure odieuse du latifundium ou de la propriété foncière, qui a plongé notre nation dans une pauvreté laïque et une violence impossible à surmonter.

A côté de cette injustice, les pauvres de la terre, comme les communautés indigènes ancestrales, l’immense population afro-descendante ont été totalement reléguées du traitement qui correspondait à des citoyens de cette bonne terre, qui les avait vu naître depuis des temps immémoriaux et qui étaient les idéaux sociaux et politiques du libérateur.

Lors de la présentation du livre à la librairie « Relato », le centre culturel de notre grand ami Hernando, qui nous a accueillis avec cette immense solidarité et affection que seul un homme bon, comme lui, sait donner.

L’événement a été gratifiant et a connu une excellente participation de professionnels, d’éducateurs, de travailleurs culturels et agricoles et de dirigeants syndicaux, permettant un débat large et fraternel sur la manière de surmonter nos graves lacunes culturelles et sociales et de renforcer la pédagogie qui permettra de structurer des filles et des garçons, capables d’interpréter et de résoudre, dans l’immédiat, le nouveau et urgent projet national, que réclame notre société, pour laisser derrière nous et pour toujours la violence, la lutte armée, la corruption qui ronge notre fondements éthiques.

Nous devons travailler ensemble à la consolidation politique d’un immense bloc de femmes et d’hommes, de citoyens pour gagner, le plus tôt possible, la paix, le profond respect des droits de l’homme et du droit international humanitaire (les droits de l’homme et le droit international humanitaire comme base). de la nouvelle nation.

Nous sommes rentrés à Bogota profondément émus par l’excellente qualité humaine des participants qui nous ont accompagnés, confirmant leur retour pour la présentation du nouveau livre qui frappe déjà aux portes de l’imprimerie.

Merci beaucoup.

Alonso Ojeda Awad (auteur du projet Book Nation)


Biographie : Alonso Ojeda Awad

Il est né à Ocaña le 31 décembre 1944. Il est titulaire d’un doctorat en médecine de l’Université nationale. Il a également étudié la politique et la pédagogie à l’Université pédagogique. Il a été conseiller en droits de l’homme au Bureau du Médiateur et ambassadeur de Colombie en Hongrie.

Il est président du Comité permanent des droits de l’homme. À l’Université pédagogique nationale, il a promu la chaire de la paix. Écrivain d’opinion. Conférencier national et international, ses livres sont : Pédagogie de la paix et coexistence et mondialisation, contributions à la paix. L’empreinte du tigre.


Les écrivains intéressés à participer à cet espace dominical doivent envoyer leurs œuvres au nom de l’écrivain, Fabio José Saavedra Corredor, à l’e-mail : [email protected].

La longueur de l’ouvrage ne doit pas dépasser une page en police Arial 12. Le sujet est gratuit et une biographie de base (un paragraphe) de l’auteur doit également être incluse.

Les critères de sélection seront basés sur la créativité et l’innovation thématique, la valeur littéraire, la gestion de l’écriture et de la langue, ainsi que sa contribution à la culture régionale.

Chaque dimanche sera Histoire et Poésie, car il y a toujours quelque chose à raconter.

-