Salomón Eid Rivero : « La congestion des véhicules est la faute de la subvention »

Salomón Eid Rivero : « La congestion des véhicules est la faute de la subvention »
Salomón Eid Rivero : « La congestion des véhicules est la faute de la subvention »
-
Intégrer la note

16 juin 2024, 9h00

16 juin 2024, 9h00

Il y a quelques jours, il a publié un petit livre dans lequel il identifie les problèmes économiques urbains de Santa Cruz de la Sierra. Avec une simple arithmétique, cela montre que la migration a diminué en intensité, que le chaos automobile sera résolu lorsque les subventions au carburant seront supprimées et que « nous n’avons pas eu de chance » avec nos dirigeants.

-Pourquoi avez-vous intitulé votre dernière œuvre Metamorfosis ?

Je l’ai tiré de l’histoire de (Franz) Kafka, où Gregorio Samsa s’endort comme un être humain et se réveille comme un chulupi. C’est arrivé à Santa Cruz, nous nous sommes endormis en tant que ville il y a 50 ans et nous nous sommes réveillés en tant que super ville, pleine de problèmes, de défis ; Voilà donc la métamorphose urbaine. Et la fin de la métamorphose de Kafka est triste.

-Quel objectif poursuit Métamorphose ?

Je travaille sur les questions économiques urbaines depuis des années. Ce petit livre est le résumé de plusieurs travaux que j’ai réalisés et qui font référence à des problèmes toujours non résolus, de plus en plus vastes et coûteux, en raison du manque d’attention des autorités et du manque de formation du citoyen.

Santa Cruz est la ville la plus sale que je connaisse, c’est terrible. Et ce n’est pas un problème pour les riches ou les pauvres, car on peut voir des gens jeter une couche d’un Land Cuiser (van), par exemple. Ensuite, j’ai replacé d’anciens problèmes insolubles dans leur contexte.

Si nous voulons vraiment rester compétitifs, la locomotive de la Bolivie, nous devons régler de manière plus ou moins urgente la question urbaine. Des questions telles que la congestion (véhiculaire), la polycentricité de la ville, les coûts liés à une grande ville, que je définis d’un seul mot en anglais, étalement, une ville aussi grande que les villes nord-américaines, où l’on ne peut se déplacer qu’en voiture.

À Santa Cruz, vous ne pouvez pas faire de vélo, ce n’est en aucun cas accessible à pied. Nous devons surmonter ces problèmes, car d’autres villes font ce travail et le font bien.

-Quelles conséquences cela a-t-il pour le citoyen et pour les autorités ?

Le POA est le principal instrument de planification des travaux du gouvernement municipal, mais dans une économie de marché plus ou moins dynamique, comme celle de Santa Cruz, basée sur l’agro-industrie, les travaux municipaux ne devraient en être qu’une partie.

Les problèmes de la vieille ville augmentent parce que les autorités ne le comprennent pas, certains veulent du carrelage et d’autres veulent de l’asphalte. Mais la congestion routière est ce qui génère le plus grand coût social pour les citoyens, environ 40 minutes par jour, ce qui signifie 1,5 dollar par jour, soit l’équivalent de 330 dollars par an, soit l’équivalent de 8,25 % du PIB par habitant.

Et la cause des embouteillages à Santa Cruz est due à une très mauvaise politique appelée subvention (pour le carburant), avec de l’essence bon marché, selon laquelle les gens n’éteignent même pas le moteur (de leur véhicule) lorsqu’ils attendent 10 ou 15 minutes. pour que leurs enfants quittent l’école.

60 % de l’essence est dépensée à Santa Cruz. La subvention a grandement profité à notre département.

-Dans votre livre, vous dites que la migration a un peu ralenti. Est-ce que cela présente des avantages ?

Ici, près de la moitié de la population vient de l’extérieur et nous vivons toujours ensemble dans une certaine harmonie et rationalité. Cela est davantage dû à la population qu’aux autorités. De 2001 à 2022 la courbe s’est allongée, mais à un rythme qui tend à plafonner à 2%, mais j’en connais pas les causes.

J’ai peut-être quelques idées préliminaires, mais cela me semble intéressant car je pense que Santa Cruz ne suffit plus pour qu’autant de gens viennent et réussissent qu’avant. Mais s’ils ne viennent pas, le marché stagne et on perd un peu de dynamisme. Mais nous devrions aussi voir l’autre côté : il n’y a personne d’autre à venir ; Tous les gens de La Paz, Orureños ou Chuquisaqueños qui devaient venir sont venus. Avant, la main d’œuvre arrivait et maintenant arrivent les professionnels et les hommes d’affaires,

-Que faut-il faire pour changer ces problèmes dans la ville de Santa Cruz ?

Il nous faudra un peu de chance avec les autorités. Un changement où nous sommes aussi libres d’investir que les Paraguayens, en payant des impôts si bas, sans entretenir une bureaucratie aussi importante de plus d’un demi-million d’employés publics, est fou.

Je crois que Santa Cruz possède le dynamisme économique, le capital commercial et humain nécessaire pour poursuivre sa croissance ; C’est une ville résiliente, mais nous avons besoin d’un peu de chance comme d’autres pays l’ont eu, d’un changement important dans la direction du cycle macroéconomique qui permet, dans six ou sept ans, d’être meilleur qu’aujourd’hui.

-