Les lacunes qui compromettent l’avenir de la réforme des retraites

Les lacunes qui compromettent l’avenir de la réforme des retraites
Les lacunes qui compromettent l’avenir de la réforme des retraites
-

00h01

Une feuille froissée, composée de deux paragraphes et pleine de signatures, définissait l’avenir d’au moins 26 millions de Colombiens affiliés au Système général de retraite. Il y a été établi que la Chambre des représentants accepterait le texte de réforme des retraites approuvé au Sénat, avec tout et ses « singes », pour redessiner le système qui gouverne depuis 30 ans.

Cela pourrait vous intéresser : Voici comment la réforme des retraites approuvée par le Congrès affectera tous les Colombiens

Le « petit jeu » promu par le banc de Gouvernement Petro laissé des doutes quant à la viabilité de la réforme. Avant juillet 2025, lorsqu’il entrera en vigueur et enverra 19 millions de membres supplémentaires à Colpensiones, le projet fera face à des poursuites pour inconstitutionnalité et il faudra résoudre ce qui adviendra des articles que le Sénat a laissés passer et qui coûteraient des milliards.

Parmi ceux qui se sont manifestés, le juge du Conseil national électoral, César Lorduy, a évoqué un arrêt de la Cour constitutionnelle (C-074-21), qui déclare inapplicable un projet de loi approuvé par la Chambre, acceptant le texte du Sénat. .

« La Cour dit : “Ne pas savoir suffisamment ce qui est approuvé, ou nier la possibilité de proposer, débattre ou ajuster, constitue une abdication des responsabilités confiées à cet organe par la Constitution”” Lorduy a parlé de la décision.

Vous pouvez lire : Voici comment les semaines de cotisation des femmes vont diminuer avec la réforme des retraites

Dans ce papier froissé, mentionné au début, les représentants signataires disent avoir connu en profondeur et en temps voulu le texte de réforme approuvé au Sénat, avec lequel ils cherchent en quelque sorte à se rétablir en santé. Ils indiquent même qu’ils satisfont aux normes exigées par la Cour constitutionnelle.

Quoi qu’il en soit, le conflit à venir créera un précédent dans le pays. Le Centre démocratique prépare déjà son artillerie juridique pour renverser l’initiative. “Nous allons poursuivre la réforme des retraites comme inconstitutionnelle et violant l’exercice bicaméral du Congrès. Nous ne leur permettrons pas d’exproprier les économies de millions de Colombiens par des ruses », a déclaré le sénateur Miguel Uribe.

Pour l’instant, le gouvernement célèbre sa victoire, ce qui représente une bouffée d’air au milieu des scandales des derniers mois et de l’échec du passage au Parlement d’autres projets de réforme. « Le pays connaît aujourd’hui la réforme la plus importante des dernières décennies en matière sociale », a célébré le ministre de l’Intérieur, Luis Fernando Velasco.

Et les « singes » ?

Au cas où il manquerait une touche d’incertitude, le recteur de l’Université EIA et ancien ministre des Finances, José Manuel Restrepo, a rappelé qu’après avoir accepté le texte du Sénat, il avait également relancé le « micus » de l’impôt sur les retraites. Et la même chose se produit avec l’article qui ferait en sorte que les indigènes, les afro-américains et les paysans prennent leur retraite plus jeune.

Il fait référence au fait que le Sénat a approuvé – dans l’article 84 – que « toutes les pensions, y compris celles perçues par les résidents colombiens de l’étranger, seront exonérées d’impôt sur le revenu. Ils ne seront imposés que sur la partie qui dépasse 1 000 (mille UVT).

Le problème est que cette dernière partie laisse la porte ouverte pour que les 1 000 UVT soient annuels. Autrement dit, les pensions de plus de 47 millions de dollars par an (3,9 millions de dollars par mois) sont imposées. Le problème avait déjà été résolu à la Chambre en précisant que les pensions s’élèveraient à plus de 47 millions de dollars par mois, mais cet ajustement ne verra pas le jour.

Concernant le traitement différentiel des communautés indigènes, noires ou paysannes, il faut dire qu’il s’agit d’une proposition entrée au Sénat à la dernière minute et consignée dans l’article 93 ; établit que les Danois doivent calculer la différence d’espérance de vie entre ces groupes et les autres Colombiens, et sur cette base, le MinTrabajo déterminera le moins de semaines et d’années avec lesquelles ils prendront leur retraite et accéderont aux avantages du système.

Cet article de la réforme crée potentiellement un système de retraite différent pour 41% des Colombiens. Un système sans clarté dans les paramètres et les coûts. Nous savons qu’il y a des communautés qui sont à la traîne et qui font face à d’énormes défis. Cependant, un débat d’une telle importance ne s’improvise pas », avait alors déclaré le président d’Anif, José Ignacio López.

Colpensiones et Banrep hésitent

L’autre « jambe faible » de la réforme est le rôle que joueront Colpensiones et la Banco de la República. La première laisse planer le doute car elle accueillera de facto 19 millions de personnes et ses travailleurs admettent ne pas être préparés, tandis que Banrep n’est pas tout à fait clair sur son rôle d’administrateur du Fonds de pension qui sera créé.

Cette semaine encore, William Rodríguez, président de Sintracolpen, l’un des syndicats les plus importants de Colpensiones, a laissé un message inquiétant : « Nous voulons, en tant que travailleurs, lancer un appel à tous les Colombiens : “En tant que travailleurs, nous sommes la mine d’or qui peut résoudre la réforme des retraites (…) mais actuellement nous n’y sommes pas préparés.”

Il a illustré que pour servir les près de 26 millions de membres que comptera désormais Colpensiones (avec les membres actuels et ceux qui arriveront), le personnel devrait au moins doubler.

Il a ajouté que “nous présentons actuellement des problèmes technologiques, qui résident dans les gestionnaires de documents et les applications de reconnaissance, qui, avec des pannes massives, génèrent des retards dans les réponses aux citoyens”.

Il s’interroge également sur l’arrivée de personnel peu qualifié. “Il y a des failles dans les processus de sélection, les gens arrivent aux postes et ne savent rien ou n’ont aucune connaissance (…) Nous craignons que Colpensiones ne devienne une forteresse politique d’un parti, parce que oui ou oui, c’est une entité technique.

De son côté, le Banco de la República demande que son travail soit délimité de celui de Colpensiones. “Il doit être clair que dans la composante prime moyenne du pilier contributif, les responsabilités en matière de financement des retraites et de couverture de tout risque éventuel appartiennent à Colpensiones et au gouvernement national et non à l’administrateur du Fonds.”

Il a également souligné l’importance de l’indépendance. « Pour remplir sa fonction d’administrateur du Fonds, Banrepública doit jouir d’une indépendance opérationnelle. Cela implique, entre autres, l’indépendance dans la sélection des véhicules à travers lesquels les ressources seront gérées et les décisions d’investissement seront matérialisées, la liberté dans le choix de qui participera à la gestion du portefeuille et d’autres questions techniques et opérationnelles nécessaires à sa gestion ».

La déclaration, signée par le gérant de l’émetteur, Leonardo Villar, a été incisive dans la mesure où les articles de la réforme qui font référence au Fonds exigeait une plus grande clarté sur les rôles et responsabilités des organes directeurs du Fonds et de son administrateur, ainsi que les directives en matière d’administration et d’investissement. Cependant, ces appels ont été ignorés à la Chambre.

Des doutes sur la durabilité

Même si la réforme voit le jour au sein de la Cour, sa viabilité reste à démontrer. La ministre du Travail, Gloria Inés Ramírez, a admis qu’il est conçu pour les 40 prochaines années, mais qu’il devrait être révisé d’ici 15 ans.

« Nous avons tiré cela d’expériences internationales, d’autres pays qui ont déjà connu le processus démographique, comme par exemple le Japon, l’Allemagne, la France, ils l’ont résolu grâce aux migrants, disons en termes généraux. Ce que nous disons ici, c’est qu’en Colombie, dans les études, nous avons jusqu’à 15 ans pour mener à bien une réforme paramétrique qui permette de réaliser réellement des ajustements démographiques.“, a déclaré le ministre.

Par ailleurs, le Comité Autonome de la Règle Fiscale (Carf) a averti que la réforme générerait une augmentation des dépenses de l’État et des décaissements vers Colpensiones, mais sans augmentation des revenus de cotisations.

La CARF estime qu’il y aura une augmentation du coût du pilier contributif, puisque la réforme introduit de nouveaux éléments tels que la prestation anticipée, des exigences de retraite plus faibles pour les femmes et la possibilité de sortir du régime d’épargne individuelle en charge des fonds de pension privés. . au régime de prime moyen payé par Colpensiones pendant moins de 10 ans pour prendre sa retraite.

Lors de l’approbation budgétaire de la réforme des retraites, le ministère des Finances prévoyait que sa mise en œuvre coûterait 78,5 milliards de dollars d’ici 2070, alors que d’ici 2100, ce chiffre pourrait atteindre 500 milliards de dollars.

Pour José Manuel Restrepo, de l’EIA, au final, le point positif de la réforme est qu’elle inclut une prestation de solidarité pour 3 millions de personnes âgées qui n’ont pas la possibilité de prendre leur retraite, que la concurrence entre les Colpensiones et les fonds privés est éliminée et que Fin des méga retraites.

Mais le point négatif, a-t-il poursuivi, est la conception du régime qui couvrira les personnes qui ont cotisé mais n’ont pas pu prendre leur retraite. “Si vous avez cotisé entre 300 et 1 000 semaines, selon la nouvelle règle, vous ne recevrez ni les intérêts ni les économies que vous avez réalisées, vous ne recevrez qu’une très petite valeur à la fin de votre carrière productive.”

Pour Restrepo, le mécanisme pour définir la contribution des Colpensiones sur le salaire minimum de 2,3 était anti-technique et ressemble davantage à un consensus entre ce que voulait le gouvernement et l’opposition. Il s’est également interrogé sur le fait que la possibilité de choisir où cotiser serait supprimée et qu’en 2065 l’épargne cesserait et les obligations en matière de retraite augmenteraient, une mauvaise nouvelle pour les jeunes d’aujourd’hui.

La réforme des retraites entrera en vigueur en juillet 2025 et comportera un système de piliers. Le pilier contributif, où se trouveront les personnes qui cotisent au système ; le pilier semi-contributif, conçu pour ceux qui ont cotisé des semaines, mais qui n’ont pas suffi pour prendre leur retraite ; et le pilier solidarité, qui établit un revenu mensuel pour les personnes âgées vivant dans la pauvreté.

Les effets de ce projet Ils couvriront tous les Colombiens, à l’exception des hommes qui disposent déjà de 900 semaines de cotisations et des femmes qui disposent de 750 semaines de cotisations. qui feront partie du régime transitoire et continueront à bénéficier des dispositions du régime actuel.

Le cœur de l’initiative est le pilier contributif. Fondamentalement, toutes les cotisations jusqu’à 2,3 salaires minimum seront automatiquement versées à Colpensiones. C’est pourquoi il est dit que nous y citerons tous. Toutefois, si vous gagnez plus de 2,3 Smic, l’excédent de cotisation sera reversé à un fonds privé.

Le responsable de la gestion des ressources sera le Fonds d’épargne qui sera créé et dirigé par la Banque de la République. De plus, au moment de la retraite, la personne recevra une allocation unifiée entre ce qui a été épargné dans Colpensiones et le fonds privé – le cas échéant.

Concernant les exigences, il est établi que les hommes devront avoir au moins 1 300 semaines de cotisations et être âgés de 62 ans, tandis que pour les femmes, 57 ans seront requis et à partir de 2025, le nombre minimum de semaines diminuera progressivement de 1 275 à 1 000 en 2036.

Parallèlement, le pilier de solidarité prévoit que ceux qui se trouvent dans des conditions d’extrême pauvreté ou de vulnérabilité et qui ont atteint l’âge de 65 ans pour les hommes ou de 60 ans pour les femmes et qui ne disposent pas de pension pourront accéder à un revenu de base similaire à celui prévu par le maire de Colombie, qui, aux prix actuels, s’élèverait à 223 000 dollars.

Pour le pilier semi-contributif Il a été défini que les hommes de plus de 65 ans et les femmes de plus de 60 ans qui ont cotisé entre 300 et 1 000 semaines bénéficieront d’une rente viagère qui résulte de la somme de leurs cotisations ramenée à la valeur actuelle (c’est-à-dire actualisée en fonction de l’inflation).

Selon les données de la Surintendance Financière, fin avril, il y avait 19,1 millions de membres de fonds de pension privés et 6,8 millions de membres de Colpensiones. Jusqu’à ce mois-là, on comptait 2 millions de retraités, 1,68 million dans le régime public et 332 mille dans les caisses.

-