Fête des Pères, pour donner et recevoir de l’amour – Periódico Invasor

-

La société les discrimine parfois, les diabolise et les juge tous de la même manière, minimisant leur rôle dans la formation, les soins et le soutien des enfants et de la famille.

Ne parlons pas de ceux qui ignorent ou oublient leurs devoirs, mais de ceux qui les assument avec dévouement et aiment donner de l’amour autant que le recevoir. Ceux-ci sont essentiels pour guider, conseiller, protéger et éduquer.

Le troisième dimanche de juin, fête des pères, n’est qu’un prétexte pour rendre la pareille à l’affection que nous recevons des parents, des grands-parents, des oncles ou des beaux-pères, des hommes qui, au-delà de l’éducation sexiste ou patriarcale, nous bercent avec tendresse ou marchent fièrement à nos côtés. vie.

On dit que l’histoire de la célébration remonte à 1910, aux États-Unis, et était l’idée d’une femme nommée Sonora Smart Dodd, pour honorer son père, un ancien combattant qui a pris soin d’elle et de ses frères et sœurs lorsque ils étaient orphelins de mère.

À Cuba, la tradition a été établie en 1938 à l’initiative de l’écrivain et artiste Dulce María Borrero, qui a plaidé pour la généralisation de l’hommage.

Être papa, c’est partager les responsabilités parentales, dénouer les nœuds, briser les moules, construire des espaces de croissance et il ne sera jamais trop tard pour essayer d’apprendre.

Félicitations à ceux qui se sont inscrits à l’école parentale, dont ils ne finiront jamais d’obtenir leur diplôme.

Grand comme ça

Ne lâche pas ma main

papa Rien de plus sûr que les bras de papa

papaJe ne tomberai pas d’ici, mais je ferais mieux de tenir le coup aussi

papaIl y a des amours qui n’ont pas besoin de mots

papa La route est longue, mais nous y irons ensemble

papaComme c’est beau d’ici

papaMon super Hero

papaAmis pour toujours

-

NEXT Karol G, émue par trois minutes d’applaudissements lors d’un de ses quatre concerts à guichets fermés au Santiago Bernabéu, du Real Madrid