La Belgique, l’éternel favori et l’ombre de Courtois

La Belgique, l’éternel favori et l’ombre de Courtois
La Belgique, l’éternel favori et l’ombre de Courtois
-

La Belgique présentera ses références en Coupe d’Europe avec un début abordable contre la Slovaquie dont l’un des protagonistes ne sera pas sur le terrain : Thibaut Courtois


Belgiquel’éternel favori de la dernière décennie, orphelin de titres pendant toutes ces années et désormais avec beaucoup moins de pression, présentera ses lettres de créance au Coupe d’Europe d’Allemagne avec des débuts abordables contre la Slovaquie dont l’un des protagonistes ne sera pas sur le terrain : Thibaut Courtois.

L’absence du gardien du Real Madrid a marqué une partie de la concentration de l’équipe dirigée par Domenico Tedesco dans la concentration allemande. Les tensions entre le gardien blanc et son entraîneur, sa grave blessure au genou qui a suivi et l’annonce en décembre de Courtois de renoncer à jouer le Championnat d’Europe pour récupérer complètement, n’ont pas éteint cet incendie. Et l’apparition réussie de Courtois lors des dernières journées de Ligue et en finale de la Ligue des champions a relancé le débat.

Comment est-il possible que le meilleur gardien du monde ne participe pas à l’Euro ? C’est la question que se posent de nombreux fans belges. Et cette question est également tombée comme une pierre sur son remplaçant, Koen Casteels, qui aura tous les projecteurs braqués sur sa silhouette pour voir comment il se comportera tout au long du tournoi. Le gardien belge, récemment signé par Al Qadsdiah d’Arabie Saouditeest calme et sûr de lui : “Je n’ai rien à prouver”, a-t-il déclaré cette semaine.

Mais au-delà de ces cafouillages liés à des joueurs qui n’influenceront rien au moment de vérité, quand le ballon commence à rouler, il y a la volonté de la Belgique d’effrayer son statut d’éternel favori qui n’a rien gagné. La génération dorée du football belge qui mène Kévin De Bruyne, vous avez moins de pression sur vous après des années à aspirer à tout et à ne rester dans rien. Depuis la Coupe du Monde 2014 au Brésil, avec Marc Wilmots sur le banc (Roberto Martínez apparaîtra plus tard), les déceptions se succèdent.

Son plafond, dans tous les tournois qu’il a disputés depuis, a été la troisième place de la Coupe du monde 2018 en Russie. Au Brésil 2014, il s’est retrouvé coincé en quarts de finale, tout comme lors de la Coupe du monde 2016 et 2020 au Qatar. , dans lequel ils n’ont pas réussi à sortir de la phase de groupes, a clôturé la scène de Roberto Martínez pour commencer celle de Domenico Tedesco.

De cette Coupe du Monde Brésil 2014une décennie plus tard, seule l’équipe survit DeBruyne (32 ans), Jan Vertonghen (37 ans), Axel Witsel (35 ans) et Romelu Lukaku (31 années). Ce sont les plus grands représentants de la génération qui a connu le succès et qui veut maintenant renverser la situation. Et De Bruyne sera sans aucun doute le leader de l’équipe belge, qui compte plusieurs joueurs en difficulté.

Le premier, Youri Tielemans, avec gêne musculaire. Il est clé au milieu de terrain et, s’il n’arrive pas à temps, il sera remplacé par Mangala. Witsel souffre d’une gêne à l’aine : Zeno Debast et Wout Faes débuteront s’il ne récupère pas. Jan Vertonghen et Arthur Theate viennent de se remettre de problèmes physiques et sont dubitatifs. Et Thomas Munier ne s’entraîne pas avec le groupe.

Mais, des hommes importants comme Jérémy Doku, un ailier diabolique, Léandro Trossarddésireux de s’imposer comme titulaire après ses remplacements continus à Arsenal ou Amadou Onana, joueur clé en tant que pivot, sera là pour tenter de vaincre la Slovaquie, une équipe dont l’objectif est la troisième place et la surprise dans un groupe où elle est la rival le plus faible avec la Roumanie.

L’équipe dirigée par Francesco Calzona disputera son troisième Championnat d’Europe consécutif et son objectif le plus ambitieux est de passer la phase de groupes. Cependant, leurs meilleurs joueurs sont dans une forme discutable. Surtout Milan Skriniar, pratiquement inédit au Paris Saint-Germain en raison d’une blessure à la cheville qui a réduit ses chances de se faire une place dans le onze. La fiabilité du gardien Martin Dúbravka est incontestable, Stanislav Lobotka est l’axe sur lequel tourne le jeu slovaque et Lukas Haraslin apporte de la qualité à l’équipe.

Au moins, Slovaquie Il n’a aucune victime parmi ses joueurs. Les seuls qui ont eu des problèmes physiques se sont déjà rétablis. Juraj Kucka et Zsolt Fegyveres sont prêts à relever leur premier défi de la Coupe d’Europe: donnez la surprise face à la Belgique, qui veut commencer le tournoi avec de bons sentiments qui la confirment comme, une fois de plus, l’éternel favori.

-

NEXT La Haas è una squadra in ascesa